Jeudi 17 juin 2021

Société

Sécurité – Muramvya : 12 morts dont un officier de l’armée et 5 blessés, le nouveau bilan de l’embuscade de ce dimanche

11/05/2021 5
Sécurité – Muramvya : 12 morts dont un officier de l’armée et 5 blessés, le nouveau bilan de l’embuscade de ce dimanche
L’officier tué au cours de cette embuscade

Finalement l’embuscade perpétrée par des hommes armés non encore identifiés contre 3 véhicules de type Toyota Probox et un bus de l’agence Volcano, a fait 12 morts et 5 blessés, c’était dans la nuit de ce dimanche 9 mai vers 19 h et demie à 4 km du chef-lieu de la province de Muramvya au centre du Burundi.

C’est tout près de l’antenne de la Croix-Rouge sur l’axe très fréquenté Gitega-Bujumbura. Parmi les morts, il y en a qui ont succombé à leurs blessures à l’hôpital.

Ces hommes armés non encore identifiés avaient bloqués la route à l’aide de pierres, les deux premiers véhicules ont percuté ce barrage avant de déraper, ils ont essuyé des tirs avant d’être brûlés par cette bande armée. Selon des témoins un enfant a été trouvé calciné ainsi que 3 autres personnes.

Les rescapés de cette embuscade affirment que le bus de l’agence Volcano a été attaqué quand ces hommes ont soupçonné que quelques passagers étaient en train d’appeler la police au secours. Ce bus a été alors attaqué à la grenade, puis à l’arme automatique. Ces véhicules se dirigeaient vers Bujumbura.

Quand les forces de l’ordre sont arrivées sur les lieux avec un camion anti-incendie après une trentaine de minutes, elles ont été accueillies par des cris des rescapés d’appel au secours, des gémissements et des sanglots des blessés et des mourants. Plusieurs blessés ont été évacués vers l’hôpital.
Selon la police, 8 personnes y ont trouvé la mort sur le champ. Il y a eu plusieurs blessés parmi les occupants de ces véhicules. La police parle également de biens volés et affirme avoir déjà lancé des enquêtes.

Parmi les personnes tuées figurent un officier de l’armée burundaise, le Lt. Col. Onesphore Nizigiyimana, il a servi en Somalie dans le cadre de l’Amisom. Une de ses filles a été tuée, sa femme et un autre enfant ont été blessés.

Sur son compte Twitter, le président de la République, Evariste Ndayishimiye se dit ’’attristé par un acte des brigands qui viennent d’endeuiller la Burundi’’.

Selon lui, ’’des épreuves ne manqueront pas mais malheur à celui qui en sera la source’’. « Tous les malfaiteurs doivent être combattus », a-t-il averti avant d’adresser ses condoléances aux familles des disparus dans cette embuscade.

Signalons que le président de la République et son épouse avaient passé la journée au chef-lieu de cette province. Selon un tweet de Ntare Rushatsi House, la présidence burundaise, le couple présidentiel s’était ’’joint aux chrétiens de la paroisse de Muramvya pour la célébration de la messe dominicale, le 6ème dimanche de Pâques’’.

Dans son message, ’’le président de la République a demandé aux leaders de servir de modèles dans le renforcement de la cohésion sociale et la lutte contre la pauvreté’’.

Signalons que cette embuscade tendue à Muramvya par un groupe armé et qui a fait 12 morts et plusieurs blessés, est survenue à moins d’un mois d’une attaque perpétrée par des hommes armés à Rusaka dans la province de Mwaro faisant 7 morts et 3 blessés. Ces hommes armés ne sont pas encore identifiés.

Forum des lecteurs d'Iwacu

5 réactions
  1. Mbazumutima

    Non, mais les pouvoirs publics s’investiraient encore plus pour le combattre s’ils réalisaient que leur réélection était réellement jugée sur les résultats politiques et socio-économiques obtenus.

    • Magara

      Dans un an ce seront les élections en France (pays ou les dirigeants tiennent compte de l’opinion publique n’est-ce pas?). Je peux vous garantir qu’Emmanuel Macron sait fort bien qu’il jouera sa réélection, non pas dans les sables mouvants ou sont embourbés les bataillons français de l’opération Barkhane engagés dans la lutte contre le terrorisme islamiste au Sahel, mais sur le front de la lutte contre le covid-19 et les performances de l’économie française. Pour le reste, quelle que puisse être la justesse d’un combat à mener, rien ne peut justifier le recours au terrorisme comme modus operandi pour le faire aboutir. Ce que ne disait pas exactement votre premier post.

      • Abouadil

        La France (pays ou les dirigeants tiennent compte de l’opinion publique n’est-ce pas?)…

        Vous avez beaucoup d’illusions sur la France cher ami…

  2. Mbazumutima

    Comme les pouvoirs en Afrique ne tiennent pas compte de l’opinion publique, à quoi vraiment sert le terrorisme dans ces pays ?

    • Magara

      Doit-on comprendre que le terrorisme aurait une justification quelconque si les pouvoirs politiques en Afrique ”tenaient compte de l’opinion publique”comme vous le dites?

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

« 1972 », à chacun sa vérité ?

Depuis le 28 avril, cinq grandes conférences de témoignages et de réflexion sur les « événements de 1972 » sont prévues par le Sénat du Burundi. Elles vont se clôturer le 25 juin courant. Le but est de se souvenir (…)

Online Users

Total 1 118 users online