Archives

Le gouvernement adresse ses condoléances à la famille du cameraman de la RTNB

15/10/2015 La Rédaction 14

Le gouvernement demande des enquêtes sur la mort du cameraman de la RTNB et de sa famille

Christophe Nkezabahizi
Christophe Nkezabahizi

Cette requête est contenue dans un message de condoléances du gouvernement rendu public ce mercredi 14 octobre par le porte-parole du gouvernement, Philippe Nzobonariba.

Il indique que «le Gouvernement de la République du Burundi vient d’apprendre avec grande émotion et une profonde affliction la nouvelle du décès de M. Christophe Nkezabahizi, cameraman à la RTNB, son épouse ainsi que ses enfants.» Selon Philippe Nzobonariba, cela est «survenu à la suite d’échange de tirs entre des groupes criminels et les forces de police, ce mardi 13 octobre 2015».

D’après ce message, «le Gouvernement du Burundi demande que des enquêtes urgentes soient diligentées pour connaître les circonstances exactes de ces tueries et établir les responsabilités ».

En attendant l’issue des enquêtes, poursuit Philippe Nzobonariba, le Gouvernement du Burundi demande à tout un chacun de se retenir et de se garder de toute forme de spéculation qui ne ferait que servir la cause de ceux qui sont en train de troubler la sécurité publique.

Et de lancer un appel : «Le Gouvernement demande à ceux qui fournissent des armes, encadrent ou financent les résidus de la dernière insurrection liée à la période électorale pour cibler les forces de sécurité, qu’ils soient nationaux ou étrangers, de se ressaisir et mettre fin à leur projet macabre car ce dernier ne fait qu’endeuiller des familles innocentes, et qu’ils sachent qu’ils vont en répondre devant la justice», avertit le porte-parole du gouvernement.

Forum des lecteurs d'Iwacu

14 réactions
  1. Cynique et toute honte bue, Nzobonariba vient verser les larmes du crocodile. Lui et son gouvernement seront châtiés par l’Eternel.

  2. gaheto

    waruvuze neza cane, ariko uhejeje nabi non,abo birirwa baratera ama Grenade Kumusaga na handi ngaha Ibujunbura ugonba kunbwir,ako ar,Inbonerakure?harageze aho tureka uburyarya tukabwirana ukuri.umuntu wese atunze ikigwanisho
    yaba Inbonerakure canke ugo Rwauka ngaho mugisagara,bamenyeko babitse ikara munpuzu.

  3. Bjorn

    Les barundis devraient arrete de payer l’impôt pour ne pas financer ce gouvernement voyou et ces policiers criminels. Ceux qui disposent des sociétés privées devraient déclaré leurs employés qu’ils bossent bénévolement pour baiser ce gouvernement voyou.

  4. hotora

    Je m’imagine ce qu’aurait dit ce nzobonariba si ce malheur s’était abattu sur sa famille! Il ne faut pas être aussi cynique! Serait-il conscient de ce qu’il dit? sinon je sais qu’il sait ce qui s’est passé.

  5. Verite Guess

    Oh mon Dieu, quel cynisme!!!
    ” Cela est survenu a la suite d’echange de tirs entre les groupes criminels et les forces de la police” . Ca me donne la nausee

  6. Tuze

    Cessez vos bêtises ironiques.

  7. Munyagihugu

    Mushingantahe Nzobonariba, wagize neza kurya umutima amenyo ugaha condoleances abuyo muryango wagandaguwe bunyamaswa., n’ibintu tutamenyereye. Ngirango umubabaro ntangere wabo wagushikirye. Ariko kuvuga ko umuryangao wose wazize les tirs entre les criminels et les policiers, ntibifashe na gatoyi. Iyo hicwa ume canke babiri aho umuntu yakekeranya. Ariko umuryanho wose bakarandura n’agahomeramunwa, n’amakungu arabatwenga.

    Enquete zanyu zirateye isoni. Imyaka cumi yaraheze les crimes ziba nta rapport d’enquete nimwe turumva isohoka.
    N’akamaramaza. N’uyo muryango bihereye aho. Ababishe barazwi, nta buhinga bwinshi bukenewe kugira mumenye les policiers bari muriyo quartiers bakoze iryo shano.

    Tera akama imbonerakure zose mu gihugu cose, banyarukane ibigwanisho bahawe bakigishwa ningene bikora babizane kumugaragaro. Mwongere mukure izo nkorabara ngo ni police bugarije ayo ma quartiers gurtyo aboba babirondera kubera ubwoba bwo kwikingira bazoca bafatira ho akarorero bahebe. Nta raison n’imwe yogutunga ibirwanisho bazoba bagifise. Bitabaye uko muracagandaguye abantu kandi impera n’imperruka bizobagarukako.

  8. nyawenda

    Il serait aussi intéressant que le peuple arrête de payer les impôts qui font que la police soit équipée et nourrie pour en retour tuer les contribuables. Qui pourrait officiellement donner ce message?

  9. kindros

    Quel sinisme ! Ngo murahojeje abantu, arimwebwe mwamaze abantu!Tôt ou tard muzobibazwa!

  10. roger crettol

    Dans combien de cas le gouvernement a-t-il jugé opportun d’adresser des condoléances aux familles de personnes décédées suite aux violences de ces derniers mois ?

    Je n’en sais rien, mais il se pourrait bien que ces condoléances soient dispensées avec la plus grande parcimonie. Il y a les morts dont on tient compte, et les morts qui ne comptent pas – double injustice.

  11. Ntahitangiye

    Au moment où je lis cet article , je vois qu’il est approuvé par 8 personnes contre 26 qui le désapprouvent. Les 26 personnes désapprouvent aussi sûrement le communiqué des Nations Unies:

    ” Dans un communiqué des Nations unies, M. Ban “demande instamment aux autorités burundaises d’entreprendre une enquête rapide et rigoureuse” sur ces “crimes méprisables” afin de poursuivre les responsables en justice.
    Parmi les civils tués figure un employé de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), Evariste Mbonihankuye, précise un communiqué de l’ONU.”
    Source de l’info:
    http://www.bbc.com/afrique/region/2015/10/151015_onu_burundi

  12. mupira

    Cela s’appelle les larmes de Crocodile.

  13. Yves

    C’est une larme de crocodiles qu’il verse

  14. ntazizana

    M. Nzobonariba, ton gouvernement devrait en répondre devant la justice. Vous avez mis Sur pied une unité chargée de tuer tout ce qui semble différent à elle. Le résultat vous le voyez: une famille décimée . Ces condoléances sont adressées à qui puisque les forces chargées de protéger ton gouvernement n’ont laissé aucune personne vivante.
    C’est une honte pour ton gouvernement.
    Les exécutanrs du génocide sont déjà à l’oeuvre. Aux victimes, je leur invite à réveiller l’instinct de survie.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

En attendant le verdict de la Cour constitutionnelle…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur En attendant le verdict de la Cour constitutionnelle…

« Doom and gloom ». Cette expression anglaise désigne un sentiment de trouble, de  peur-panique. Après la proclamation des résultats provisoires par la  Ceni, le 25 mai, et leur contestation par le principal parti de l’opposition, le CNL, une psychose  a (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 2 064 users online