Jeudi 17 juin 2021

Sécurité

Le président Ndayishimiye condamne la série d’attaques à la grenade de ce mardi soir

26/05/2021 1
Le président Ndayishimiye condamne la série d’attaques à la grenade de ce mardi soir
La vie reprend petit à petit après la série d’attaques à la grenade de ce mardi soir

Après la série d’attaques à la grenade perpétrées dans la soirée de ce mardi 25 mai 2021 dans des parkings en mairie de Bujumbura, la circulation en ville semblait normale ce mercredi matin, un calme plat.

Mais il y avait quelques patrouilles de la police à bord de pickups, de camions et de leurs véhicules blindés. Il y avait également déploiement d’éléments de l’armée aux arrêts bus et dans le parking de Musaga au sud de la mairie de Bujumbura.

A Kamenge au nord de la mairie, des témoins affirment avoir vu ce matin vers 7 heures un camion de la police avec plusieurs personnes à bord. « Probablement que ce sont des gens qui ont été arrêtés ».

Tout le monde se pressait pour voir ce qui s’est réellement passé : «Il y a du sang un peu partout, au parking du marché de Ngagara dit Cotebu, la première cible de ces jets de grenade et même à Mutakura à l’arrêt bus vers Butere où il y a eu explosion de grenade».

C’est la même désolation au parking communément appelé ’’Permanence’’ entre les zones Bwiza et Buyenzi sur le boulevard du peuple Murundi. Des témoins parlent d’une attaque à la grenade qui a touché un bus de type Toyota Coaster : « La portière a été arrachée et ce matin le sang est toujours visible ».

Au centre-ville, la circulation autour de l’ancien marché de Bujumbura était bloquée ce mercredi matin vers l’allée ouest en face du restaurant appelé Plazza, il y avait des cordons de sécurité.

Cet espace a été ce mardi soir la cible d’une attaque à la grenade, il très animée et sert d’étals pour les vendeuses de légumes et de jeune vendeurs de friperie. « Il y a du sang partout, des sachets, des cartons vides et d’autres objets par terre. Les policiers ne laissent pas passer des gens, ils sont obligés de faire détours pour aller prendre les bus », raconte un témoin interrogé ce matin.

Sur son compte Twitter, le président de le République, Evariste Ndayishimiye, condamne ces ’’actes terroristes’’ : « Je suis attristé par ceux veulent replonger le pays dans des tourments par des actes terroristes. Mais qu’ils sachent qu’ils n’ont plus de place. J’adresse mes condoléances aux familles des disparus suite à ces actes de lâcheté. Et prompt rétablissement aux blessés. J’appelle tous les Burundais à rester solidaires, notre victoire réside dans l’unité».

Sur son compte Twitter, le parti Cndd-Fdd ’’condamne avec énergie ces actes de terrorisme sur de paisibles citoyens de la mairie de Bujumbura’’. Ce parti ’’exprime ses condoléances aux familles des victimes et un prompt rétablissement aux blessés’’. « Que les auteurs soient exemplairement punis conformément à la loi », appelle ce parti au pouvoir.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Jereve

    Cela commence à être trop et intenable. Nous venions de perdre des dizaines de personnes sur la route de Muramvya, dans ce qui est apparu comme un attentat terroriste. Les larmes ne sont pas encore séchées, et voilà que l’horreur s’ajoute à l’horreur: à quelques jours d’intervalle, les terroristes frappent encore dans des lieux publics fréquentés par des gens paisibles. Encore des morts. Il ne s’agit plus d’actes isolés à mettre sur le compte de quelques individus mentalement dérangés et assoiffées de sang. Les forces de l’ordre et la justice doivent faire leur travail pour traquer et punir les coupables. C’est aussi important que nous tous burundais essayions de comprendre où se trouvent les failles dans notre système de sécurité.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

« 1972 », à chacun sa vérité ?

Depuis le 28 avril, cinq grandes conférences de témoignages et de réflexion sur les « événements de 1972 » sont prévues par le Sénat du Burundi. Elles vont se clôturer le 25 juin courant. Le but est de se souvenir (…)

Online Users

Total 1 110 users online