Jeudi 17 juin 2021

Sécurité

Attaques à la grenade dans quelques parkings des bus en mairie de Bujumbura, plusieurs victimes

25/05/2021 12
Attaques à la grenade dans quelques parkings des bus en mairie de Bujumbura, plusieurs victimes

Selon des sources concordantes 4 attaques à la grenade ont été perpétrées dans la soirée de ce mardi 25 mai vers 19 heures. La première a été signalée dans le parking des bus au marché de Ngagara, communément appelé “Cotebu”. Il y aurait eu 4 morts et plusieurs blessés. La personne qui aurait lancé cette grenade a été abattue par la police, selon des témoins sur place, ce malfaiteur avait sur lui d’autres grenades.

D’autres attaques à la grenade ont été signalées dans le parking des bus desservant le sud de la mairie et une autre explosion de grenade a été entendue près du parking des bus desservant le nord de la mairie, au niveau de l’allée communément appelé “Plazza”, à l’ouest de l’ancien marché central de Bujumbura, en face des étals des vendeuses de légumes. Ces deux attaques ont fait plusieurs blessés, des témoins évoquent “plusieurs corps inertes gisant sur le sol.”

Dans un mouvement de panique générale, plusieurs bus en attente de clients sont repartis vides, des taxis ont évacué des blessés vers différents hôpitaux, des sirènes d’ambulance mêlées de klaxons ont été entendus  dans la foulée des   explosions.

Une autre attaque à la grenade a été perpétrée sur le boulevard du peuple Murundi, au niveau de la zone Bwiza, au parking des bus appelé ’’Permanence’’.
Des témoins parlent de plusieurs blessés : «Il y avait du sang partout et des chaussures en plastique appelées  ’’yeboyebo’’, maculées de sang jonchaient le sol. Des blessés ont été évacués non loin de là, vers l’Hôpital Prince Régent Charles. Plusieurs blessés affluaient et réclamaient d’être soignés les premiers et les infirmiers étaient débordés ».

Sur son compte Twitter, le ministère de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique, parle de ’’ terrorisme par jets de grenades en mairie de Bujumbura vers 19h, bilan : 2 morts, (l’un sur place à l’ex-marché centrale et un autre après évacuation) et des blessés évacués vers les structures de soins de santé. « Un des terroristes blessé par grenade arrêté », souligne ce tweet. « Enquêtes en cours », conclut ce tweet.

Ces explosions ont été suivies d’arrestations de gens suspects opérées par les forces de l’ordre dont des éléments de l’API (Appui à la protection des institutions) et du GMIR (Groupement mobile d’intervention rapide).

Un barrage policier était d’ailleurs érigé en face de l’Ecole belge et plusieurs agents fouillaient minitieusement une dizaine de véhicules. Un taxi était mis au travers de la route. Au niveau des différents axes en mairie de Bujumbura, le contrôle a été renforcé.

Forum des lecteurs d'Iwacu

12 réactions
  1. Remy BUCUMI

    Rien ne peut justifier de telles barbaries

  2. Karikumutima

    C’est du terrorisme pire et simple. aucune autre justification aucun autre nom, et ce n’est pas en tuant les gens que les revendications/ questions trouveront solutions. Se justifier qu’on est mecontent sonne mal dans les oreilles et coeurs des familles/des victimes innocents. Que celui qui achete ou donne la grenade donne plutot une houe / ou un petit capital pour travailler afin de trouver a manger et a boire/ bref lutter contre la pauvreté. iterabwoba rirwanywa nk’iterabwoba ntabindi

  3. Burundi politique is not right, the politicians the must go back to schools is lik the don’t have knowledge. The must be like South African politicians

  4. Ndabaza

    C’est du terrorisme point c’est tout quand on s’en prend aux pauvres citoyens. Ces derniers n’y sont pour rien dans la gestion du pouvoir! Et même quand ils votent en âme et conscience pour un changement, ils ne sont pas après responsables des résultats du décompte de leurs voies. Comme dit Jean de Dieu les politiciens mangent bien , dorment bien et oublient les autres. Jusque quand le Murundi lamda continuera-t-il à payer les déboires de ces politiciens qui sont incapables de s’entendre pour lui donner la paix ?

  5. Vumiliya

    Ouverture politique, démocratie véritable, partage du pouvoir avec la vraie opposition, bonne gouvernance , justice équitable et indépendante etc
    ivyo bitabonetse on tend vers le pire

    • Doni

      Cela n’est pas une guerre.
      Appelle le pire, tu pourrais être le premier à en savourer les fruits…

    • Stan Siyomana

      @Vumiliya
      Si les politiciens burundais étaient tous là pour résoudre les problèmes socio-économiques du Burundi, ils auraient déjà publié leurs idéologies bien spécifiques et je ne crois pas que l’on en serait à cette pléthore d’une quarantaine de partis politiques agréés dans le pays.
      S’il y avait des élections vraiment libres, C’EST SEULEMENT PAR LES URNES QUE TOUT LE MONDE, Y COMPRIS “LA VRAIE OPPOSITION”, DEVRAIT ACCEDER AU POUVOIR.
      Personnellement, j’aurais voulu que la société burundaise se débarasse du système des quotas éthniques (des Accords d’Arusha) pour aller progressivement vers un SYSTEME DE MERITOCRATIE ET DE COMPETITION TRANSPARENTE.

  6. Kagabo

    It is clear that some people dont want Burundi people to continue living in harmony. It is like showing to the members of the international meeting in place and EU meeting of tmrw that there is no peace inside Burundi!!! Pay attention with the so called human right activists, especially those who used to keep one lady ready to marry religiously for more than 3 months without informing the police!!!

  7. Jean de dieu

    La guerre ne terminera jamais au Burundi , aussi longtemps qu’il y a des mecontentements politiques . On a des politiciens sans visions du futur , ils mangent bien , dorment bien et oublient les autres . La paix se trouve dans leurs Villas seulement . Il faut Battir une societe stable avec une paix durable au lieu de sacrifier des vie humaines Pour quelques petites interets .

    • Kagayo

      Les mécontents ne doivent pas tuer les innocents. C’est une stratégie bien rodée de destabiliser le Burundi et éloigner le monde du pays. Ces terroristes veulent montrer qu’il n’y a pas de paix au Burundi alors qu’il y a une rencontre internationale qui se tient à Bujumbura. L’architecte qui a délocalisé le sommet comesa est toujours à l’oeuvre.
      Qd on les arrête c’est vous-mêmes qui vous mettez à dire qu’ils sont innocents. Tout le monde connait votre stratégie. Burundi will alwats prevail.

  8. Gloria

    Mon pays vas mal…c’est vraiment triste…Imana Iremeshe imiryango basize 😭

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

« 1972 », à chacun sa vérité ?

Depuis le 28 avril, cinq grandes conférences de témoignages et de réflexion sur les « événements de 1972 » sont prévues par le Sénat du Burundi. Elles vont se clôturer le 25 juin courant. Le but est de se souvenir (…)

Online Users

Total 1 103 users online