Vendredi 19 avril 2024

Sécurité

Région sud/Rumonge : Des cas de vols qui n’en finissent pas

18/03/2024 Commentaires fermés sur Région sud/Rumonge : Des cas de vols qui n’en finissent pas
Région sud/Rumonge : Des cas de vols qui n’en finissent pas
Il est demandé aux gens de la ville de Rumonge de ne pas se faire justice

Des machines à coudre volées ; des cas de vols dans les champs et dans les ménages signalés sur plusieurs collines ; des boutiques et des pharmacies vandalisées. Tel est le lot quotidien des habitants de la province de Rumonge. Le gouverneur lance un appel à la population de ne pas se faire justice.

Une dizaine de machines à coudre ont été volées au Centre de formation polyvalente de Gatete en commune Rumonge au début de cette semaine par des personnes non encore identifiées, a indiqué Dismas Ndayisenga, le directeur du centre.

Il indique que des personnes non encore identifiées se sont introduites dans les enceintes du centre. Ils ont cassé les cadenas de la porte et accéder dans l’atelier de couture où ils ont pris dix machines à coudre avant de se volatiliser.

Dans la foulée, deux veilleurs et une autre personne ont été arrêtés pour des raisons d’enquête judiciaire. La Police à Rumonge a déjà saisie quatre machines parmi les machines volées selon le directeur du centre.

Des sources policières indiquent être sur la bonne piste et espèrent que ces voleurs seront identifiés, appréhendés et punis conformément à la loi selon la même source.

Le centre de formation polyvalente de Gatete est appuyé par Enabel. Des filières comme la Couture, la Menuiserie, la Mécanique automobile, la Soudure, la Bureautique, les TIC y sont enseignées. Beaucoup de jeunes dont des rapatriés et des jeunes issus des familles vulnérables, y suivent l’enseignement des métiers.

Les parents des élèves demandent que le centre soit clôturé afin de minimiser les risques de vols à l’intérieur.

Sous un autre angle, des dizaines de personnes originaires des différentes collines de la province de Rumonge sont détenues au cachot du Commissariat de la police à Rumonge accusées d’avoir commis des vols dans les ménages et dans les champs selon des sources administratives au niveau des collines.

Cette information est confirmée par des sources policières qui font remarquer qu’il existe un regain de cas de vols dans les champs et dans les ménages. Elles parlent aussi des cas d’escroquerie et d’abus de confiance.

Certains jeunes s’adonnent aussi à des actes de braquage. Ils prennent des gens par force pendant la nuit sur la route et ils dépouillent de leurs biens dont de l’argent et des téléphones portables ainsi que d’autres objets de valeur selon toujours des sources administratives.
Des femmes et des jeunes filles sont également arrêtées, accusées de vols sur pied dans les champs et de vols dans les ménages.

Des réflexes de se faire justice

Face à ces nombreux cas de vols signalés sur plusieurs collines de Rumonge, la population commence à adopter des attitudes de se faire justice indiquant que les présumés auteurs de vols, une fois arrêtés, sont vite libérés au niveau de la Police ou du Parquet.

Certaines personnes sont mécontentes et tentent alors de se faire justice pour en découdre avec les présumés voleurs qui sèment la désolation au sein de certaines familles.

Dans certaines situations, la Police fait recours à des tirs de sommation pour protéger les présumés voleurs pour qu’ils ne soient pas lynchés par des foules de gens en colère.

Léonard Niyonsaba, gouverneur de la province de Rumonge lance un appel vibrant à la population de ne pas se faire justice car cela est punissable devant la loi.

Il demande à la population de se confier plutôt aux autorités administratives, policières et judiciaires en cas de vols afin d’être rétablie dans ses droits.

Le gouverneur instruit les officiers de la Police judiciaire, les magistrats et les juridictions de donner l’urgence aux vols qualifiés.
Certaines personnes contactées indiquent qu’il y a un grand défi au niveau du transport des présumés auteurs d’infraction à partir des collines vers les cachots des Commissariats communaux ou vers le Parquet.

Ce défi est confirmé par le procureur de la République à Rumonge qui ne dispose pas de véhicule pour pouvoir transporter ces présumés auteurs d’infraction vers les cachots.

Des personnes victimes des cas de vols sous couvert d’anonymat indiquent que face à ce défi de transport, ils sont obligés de supporter eux-mêmes les frais de transport des malfaiteurs.

Le gouverneur de la province de Rumonge recommande qu’il y ait une collaboration entre tous les services publics dont les communes afin que les véhicules des autres services puissent aider dans le transport des présumés auteurs d’infraction.

vol

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 3 605 users online