Editorial

Au nom des réfugiés présents et à venir

09/02/2018 Abbas Mbazumutima 11

A peine publié, le rapport du HCR prévoyant une augmentation de 50 mille réfugiés au cours de cette année est sous le feu nourri des critiques. Bujumbura a sorti la grosse artillerie tirant à boulets rouges sur ce qu’il qualifie déjà de ’’manoeuvres pour avoir des financements’’.

Il est même allé un peu loin en parlant de ’’rapport mensonger’’ ravivant ainsi la guerre des chiffres.

D’un côté, le HCR parle de 430 mille réfugiés burundais enregistrés depuis la crise de 2015 dans des camps se trouvant essentiellement dans les pays comme la Tanzanie, le Rwanda, la RDC, l’Ouganda et la Zambie. Au même moment, Bujumbura avance un chiffre de plus de 200 mille rapatriés.

Mais une chose est sûre, certes des réfugiés rentrent au pays, mais pas dans ces proportions. Des photos d’irréguliers Burundais refoulés du Rwanda ont été partagées sur les réseaux sociaux.

Il y a également ces images de camions estampillés HCR au postefrontière de Gatumba et ces gros bus vus à Nyabitare dans la province de Ruyigi et à Gitara dans la province de Makamba, tous bondés de rapatriés.

Les prévisions n’ont jamais dépassé un plafond de 60 mille rapatriés par an. La logistique n’a pas suivi.

Il est vrai aussi que de nouveaux arrivants dans les camps de réfugiés burundais sont enregistrés. Pour
preuve, le HCR prévoyait, il y a quelques mois, d’établir un nouveau centre d’accueil de réfugiés burundais non loin du camp de réfugiés burundais de Lusenda. C’est à environ 60 km au sud d’Uvira, à l’Est de la RDC.

Bujumbura a ses raisons de soutenir que la paix règne, que ’’c’est impensable de fuir la paix’’. C’est de bonne guerre. Mais quand l’ancien patron du HCR aujourd’hui Secrétaire général de l’ONU se dit inquiet des répercussions de la révision constitutionnelle en cours, qu’il y a risque de tensions, cette agence onusienne a aussi ses raisons d’envisager des scénarios pour ne pas être prise au dépourvu.

Gouverner, diriger, gérer, c’est aussi prévoir, anticiper. Il faut toujours avoir un plan de contingence. Il est malaisé pour tout responsable de se retrouver à gérer les urgences, à colmater les brèches.

Forum des lecteurs d'Iwacu

11 réactions
  1. Ayahu Jean Pierre

    Au nom des réfugiés présents et à venir….
    « Au nom de.. » peut être une forme de manifestations de sympathie et de compassion envers autrui! Est-ce cala que M. Mbazumutima a voulu exprimer? Dans tous les cas, la guerre des chiffres est déjà là, la guerre de la compassion aussi; compassion par le HCR qui veut un accueil décent pour ces réfugiés présents et à venir, compassion de la part des autres, qui ont toujours déplorés que des citoyens aient été contraints de quitter leurs pays suite aux rumeurs diffusés par certains hommes et femmes. Disons les choses ils ont fui parce que l’on leur a dit qu’un génocide est imminent, que des Imbonerakure étaient prêts pour passer à l’acte après leurs intenses formations à Kiliba Ondes ( cfr Pierre Claver Mponimpa), la distribution des armes ( cable diplomatique), la mise en place de l’outil de propagande ( lettre de Léonce Ngendakumana au secrétaire générale de l’Onu) et différents autres alertes ( le Belge Louis Michel, le président Rwandais Paul Kagame, déclaration de Buyoya Pierre, celles de la société civile etc…).
    Je me rappelle qu’en Avril 2015, les premiers réfugiés avaient déjà franchi la Kanyaru pour se réfugier au Rwanda, à Mahama. Merci du reste au gouvernement rwandais d’avoir anticipé le flux et mis à disposition les moyens de transport à la frontière rwando-burundaise pour acheminer ces pauvres vers Mahama….
    Au -délà des gueguerres autour des chiffres, peut-on oser dire, avec recul, deux ans après le début de la crise, que peut-être le drame n’était pas celui annoncé? Pour finalement tenter de dissuader ces 50’000 autres départs que le HCR envisage d’accueillir pour plus tard et convaincre ces 400’000 (ou 200’000) autres à regagner plutôt le pays?

  2. Gacece

    Ben quoi!… Vous n’avez même pas répondu à la question :
    « En quoi est-ce que votre verbiage nous avance dans le débat qui nous concerne? N’essayez pas de vous en défiler!

  3. juju

    Il faut etre Gacece pour commenter sur un « verbiage » comme mon commentaire en haut.

  4. Gacece

    @juju
    Ahhh! Bravo! Eurêka! Vous avez fait une trouvaille! Et en plus vous savez compter jusqu’à 4!

    Eh! Et votre verbiage nous avance en quoi dans le débat qui nous concerne?

  5. juju

    Tres belle coincidence dans nos noms, Fofo !
    – meme longueur: 4 lettres (comme dans juju)
    – la premiere lettre reapparait apres la deuxieme
    – la deuxieme reaparait apres la 3e (o pour toi et u pour moi)
    – Fofo, Juju.
    Toi et moi devrions explorer d’autres ressemblances dans la difference d’opinions.

  6. Fofo

    @juju,
    Disparaître les causes des fuites des personnes vers l’étranger ??? À ne pas confondre l’immigration suite à la recherche du bien-etre et la fuite pour les raisons de guerre !

    Je felicite le HCR pour son rôle de protection des réfugiés à travers le monde , mais j’ai peur que certains de ses fonctionnaires n’abusent la générosité des pays africains.
    Le fait de reconnaître que l’Afrique est une terre d’asile alors qu’elle globalement pauvre, pendant que les pays  »dits riches » ferment leurs frontières ou imposent des conditions d’asile extrêmement difficiles est une hypothèse qui nécessite un grand débat.

    Un autre paradoxe tout totalement incomprehensible : Comment un pays dont les rapports et les médias affirment être en grave crise ou en guerre devienne en même temps une terre d’accueil des nouveaux réfugiés. Par exemple, le Burundi selon, certains rapports et récits de certains médias est en crise grave, mais le HCR y installent les milliers de congolais fuient les combats dans une zone non loin du Camp des réfugiés burundais de Kugenda. Le HCR envisage en même temps accueillir dans la même zone, de nouveaux réfugiés les burundais !

  7. Gacece

    @Rurihose
    J’ai de bonnes nouvelles pour vous.
    – Dans un royaume, on n’a pas un président mais un roi. Et puisqu’on va bientôt mettre fin aux fonctions « à vie » au sein de l’appareil étatique, personne ne sera président à vie!

    – L’État n’est ni un jeu de monopoly où il faut jeter des dés!, ni un jeu de hasard! Mais vous avez le droit de jouer avec vos dés!

    – Au Burundi, on n’a pas de caravanes! Mais les chiens, ça existe partout et c’est dans leur nature d’aboyer…
    Remarque : je ne veux manquer de respect à qui que ce soit! Alors que personne ne se sente visé! Je parle uniquement de ces animaux qu’on appelle des chiens!

    – Nous ne resterons pas le pays le plus pauvre et le plus corrompu au monde. Quand on a touché le fond, on ne peut que remonter! Et puis nous avons déjà été le pays « pas » le plus pauvre et « pas » le plus corrompu! Avec un peu d’efforts, on va finir par y retourner.

    – « Une poignée de gens continuera de s’enrichir démesurément. »
    C’est vrai et c’est vrai partout dans le monde! Et l’on ne peut pas y changer grand chose!

    – « C’est cette Afrique dont parle Bush! »
    QUOI? Il y a plus d’une Afrique? Où ça c’est?

  8. juju

    Si tu ne veux plus de HCR, travaille fort pour faire disparaitre les causes des fuites des personnes vers l’etranger

  9. Fofo

    Imaginons un HCR sans réfugiés ! Ou que deviendrai cette institution, s’il n’y avait pas des réfugiés ? prévoir un nombre des nouveaux réfugiés, le mettre dans son plan d’action c’est presque normal mais le médiatiser n’est autre qu’une forme de publicité pour inciter les clients à venir d’accommoder.

    Gonfler les chiffres c’est pratique habituelle dans les camps de réfugiés. L’établissement des chiffres est-il transparent ? Les réfugiés qui rentrent sans le déclarer au HCR ne sont toujours pas considérés comme tels ? Le scandale de l’Ouganda en est l’exemple.

  10. Rurihose

    Nkuru aura sa présidence à vie au royaume du Burundi.
    Les dés sont jetés.
    Les chiens aboient et la caravane passe
    Nous resterons le pays le plus pauvre et le plus corrompu au monde.
    Une poignée de gens vontinuera de s’enrichir démésurément
    C est de cette Afrique dont parle Bouche (Bush)

  11. Philibert

    Cher Abbas
    « Gouverner, diriger , gérer c’est aussir prévoir et anticiper » . Là vous avez tout dit sur les qualités que devrait avoir un bon dirigeant . Je souhaiterais , cher ancien collègue , ajouter une chose . Sans la capacité d’anticiper ou prévoir on ne peut se targuer d’être un bon dirigeant , un bon gouverneur. Et pour anticiper il faut receuillir des informations, des données et les analyser, il faut étudier les tendances, étudier les scénaris, Il faut analyser les comportements et les agissements des principaux acteurs , le HCR et les journalistes chevronnés comme Abbas Mbazumutima savent le faire . Et les entreprises qui prospèrent le plus sont celles qui ont la capacité de collecter et utiliser les informations et faire de choix , mieux et plus rapidement que les autres . C’est ce qui a fait de Steve Jobs de Apple un visionnaire et un chef d’entreprise hors pair. Bravo Abbas pour ce brillant article qui nous élève tous vers le haut.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

283 utilisateurs en ligne