Lundi 22 juillet 2024

Editorial

Quelle place pour l’opposition ?

28/03/2024 1
Quelle place pour l’opposition ?

… En juin 2008, un groupe de députés « frondeurs » du CNDD-FDD, avaient été tout simplement exclus du Parlement. Je disais que c’était « un dangereux précédent ». 

16 ans plus tard, en 2024, est-ce que le traitement des opposants politiques a changé au Burundi ?Cette question que je posais en 2008, est-elle toujours d’actualité ? J’ai peur de donner la réponse…

Quelle place pour l’opposition ?

Par Antoine Kaburahe ( Editorial publié en juin 2008)

Un chef d’Etat africain racontait à l’un de ses pairs que l’adversaire le plus difficile n’était pas le rebelle, mais le député. « Le rebelle, disait-il, on peut le combattre avec les moyens de l’Etat. Mais le député, il est là, payé par l’Etat, il s’oppose et vous ne pouvez rien faire ».

Mais justement, tout le jeu démocratique se trouve là. L’opposition dans une saine démocratie, n’est pas seulement tolérée, elle est écoutée, respectée, protégée. Et comment pourrait-on la considérer comme un adversaire qu’on rêve de neutraliser alors qu’elle représente une partie de la nation ?

La récente humiliation – car il s’agit bien de l’humiliation- d’exclure des élus du peuple, suite à une lecture, non pas juridique mais politique de la loi, crée un dangereux précédent. Nous avons pris le choix de la démocratie, acceptons ses règles.

Le parlement doit rester un lieu du débat contradictoire, une saine opposition doit s’y exercer en toute liberté. Tous les élus, qu’ils soient de la majorité ou de l’opposition, ne travaillent-ils pas pour tous les Burundais ? Nous, vos électeurs, vous demandons plus de sérénité. Les chantiers du Burundi sont immenses. Les blocages au Parlement ne font pas avancer le pays.

Et vous, en 2024 qu’en pensez-vous? Vos réactions sont les bienvenues.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Nshimirimana

    Cndd-fdd =service de l’emploi
    Parlement=section kigobe du cndd-fdd
    Conclusion: Peuple=objet et le respect des élus attendra

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.