Politique

Sécurité des élections : le camp Rwasa demande une force d’interposition

03/06/2015 Elyse Ngabire 22

«Qui va désarmer la milice Imbonerakure du parti présidentiel? Le pouvoir ? Alors qu’il est le commanditaire ?», se demande Aimé Magera porte-parole d’Agathon Rwasa.

Aimé Magera : «Tant que la question du désarmement des Imbonerakure n’est pas élucidé, il est toujours difficile de parler d’élections apaisées. »
Aimé Magera : «Tant que la question du désarmement des Imbonerakure n’est pas élucidé, il est toujours difficile de parler d’élections apaisées. »

D’après M. Magera, c’est un échec que le sommet des Chefs d’Etat n’ait pas déterminé qui fait quoi, quand et comment. La sécurité des élections, confie-t-il, reste un sérieux problème.

Même constat chez Sylvestre Ntibantunganya, ancien président de la République : « Comment gérer les Imbonerakure pour qu’ils ne constituent pas un handicap sécuritaire pour la bonne tenue des élections ? »

Et Magera d’ajouter : «C’est une désolation pour le peuple burundais qui tombent quotidiennement sous les balles des Imbonerakure, de certains policiers et militaires qui n’ont rien compris de leur mission de protéger la population.»

Une force d’interposition s’impose

Pour lui, seule une force d’interposition étrangère est capable de protéger la population et les candidats aux différents scrutins. Il s’insurge contre l’exil des milliers de Burundais à cause d’un seul homme et son près carré qui veulent s’accrocher au pouvoir.

Le porte-parole d’Agathon Rwasa exhorte les pays voisins, qui subissent les conséquences directes du forcing de Pierre Nkurunziza, de lui rappeler les termes des accords qu’ils ont eux mêmes parrainés.

Au peuple, Aimé Magera recommande de serrer ses rangs et utiliser tous les outils que la Constitution burundaise leur confère pour faire sortir Nkurunziza.

Il estime que la Communauté Est Africaine doit se solidariser avec le peuple burundais et prendre position claire comme d’autres partenaires clé l’on fait. Notamment sur l’inéligibilité de M. Nkurunziza : « Nous attendons d’eux des mesures plus contraignantes et bien ciblées.»

Contacté, Pascal Nyabenda, président du parti présidentiel s’inscrit en faux contre cette globalisation : « Il faut mettre les noms sur les visages : Nicodème, Jean, Michel, etc. » Et de rassurer que le parti a déjà pris des sanctions envers les jeunes qui se méconduisent.

Forum des lecteurs d'Iwacu

22 réactions
  1. Akamaramaza

    Merci Madame,
    Esperons qu’il a bien compris

  2. Larissa

    Abaririmba iyo ndirimbo yoguhayagiza umukuru w’igihugu nibake cane. Uzogire itohoza urabe, television y’iburundi iragerageza kubagira benshi, par montgage. Jew narazungurutse uburundi mumisi iheze nasanze Abasigaye bemera nkurunziza ari bake caaane, ngeregaej nukubabaza igituma hoba hakiriho abamwemera bambwiye bose niterabwoba nukwiyorobeka ngo ntabantu agifis . ngo mbere hagiyeho CENI idahengamye bamuretse akitoza nta 30% yamajwi yoronka . En realite azeye amatora m’ubusuma!!!! hahah! Imisi yokwiba ni 40. Ntimugerageze guterubwoba ntanguvu musumvya abarundi bubwenge. Ko nomukugwana hakora mumutwe!!!

  3. Cher Monsieur Ayubu,
    J’ai lu attentivement votre commentaire et je vous remercie pour votre réactivité. Concernant les remarques données, je dois vous dire qu’elles ne sont pas fondées. En tant que journaliste en charge des questions politiques, je pense que j’ai fait mon boulot correctement. En effet, après la tenue du sommet des Chefs d’État à Dar-Es-Salaam, Aimé Magera, porte-parole d’Agathon Rwasa a réagi sur un point précis des différentes conclusions du sommet: le désarmement des Imbonerakure. A ce niveau, je pense que c’est son droit. Son inquiétude a été partagée par Sylvestre Ntibantunganya, ancien président de la République. Pour équilibrer mon papier, j’ai donné la parole au président du parti présidentiel qui s’inscrit en faux contre toute forme de globalisation. Où placez-vous donc le déséquilibre de l’information?
    En outre, vous vous insurgez contre le choix de la photo et vous estimez que c’est une publicité gratuite. Je pense que vous avez tort. Je m’explique ne sais pas si vous suivez au quotidien l’actualité politique burundaise, juste pour vous apprendre que nous sommes en période de campagne électorale si ce n’est pas à sa fin selon le calendrier de la Ceni et du gouvernement. Qu’Aimé Magera porte un tee-shirt où c’est marqué Vote for Agathon Rwasa, ce choix ne cause aucun problème.
    Je vous invite à visiter le dernier Iwacu: le président Pierre Nkurunziza était à la une en uniforme du parti. Pourtant, aucun commentaire de votre part. J’appelle également à votre sens de neutralité dans l’analyse du contenu.
    Merci.

  4. ntsimbiyabandi

    “Même constat chez Sylvestre Ntibantunganya, ancien président de la République”. Il n’a qu’à faire appel à ce qu’il appelle “la toute puissante Eglise Catholique” (Source: Ntibantunganya Sylvestre lors du sommet des chefs d’Etat et de Gouvernement de l’EAC, le 31 mai 2015 sur RFI)

  5. Mbega abarundi ko mwanka ukuri,coalition iba nziza iyo iguha abanywanyi,ikigoye kwumva ngaho ni igiki?
    Narondere izindi pretextes zo guhunga amatora imbonerakure aziveko!

  6. Iuvenis Mujeune

    Moi je pense que le forcing s’opère des deux côtés. Les uns clament haut et fort :” Nkurunziza doit dégager !!!” , “le peuple a assez de lui!” Mais écoutez cette chanson des femmes de Ngozi lors d’un meeting du parti présidentiel: “Wicecekere, wiyunamire kuvugwa nabi siko guta agaciro!” Et la célèbre chansons des imbonerakure :”Twarahiye yemwe twarahiye, Peter Nkurunziza azitoza!!” Combien sont-ils à chanter de tels slogans d’un côté et de l’autre? Comment va-t-on gérer les mécontents de ce groupe ou de celui-là si leur souhait n’est pas respecter? Voilà sur quoi devraient réfléchir les acteurs burundais avant de penser que seul Nkurunziza pose problème. Moi je me pose cette question : “Est-ce l’amour ou la haine pour ou contre Nkurunziza qui fait que tek ou tel s’entête ?”

  7. Ndayizeye M.

    @hihi: «Tenez-vous bien! Les révélations qui sont tombées dans notre rédaction sont stupéfiantes» & «Ces révélations doivent être prises au sérieux. Notre informateur nous en réserve d’autres!»
    Izina ngo niryo muntu kweri. Ce montage que tu viens de nous dresser te trahit sérieusement. Iyo mudafise ivyo mwandika biboneka, mupfume basi munuma. De quels rédaction et informateur parles-tu ici lorsque tu n’oses même pas t’identifier par tes propres noms? Garde sincèrement tous ces montages et plans diaboliques pour toi si ce qui nous intéresse présentement serait de voir Nkurunziza sortir des élections présidentielles pour un 3è mandat inconstitutionnel. Tes racontars ne tiennent pas debout et nous sommes loin de ce qui s’est opéré en 1972. Il est vrai que tu es hanté à tourner le film mais malheureusement il n’a plus sa place dans ce Burundi que je dirai moderne. Et quand tu parles des putschistes incorrigibles, où situes-tu ton chef suprême Nkurunziza, qui ose, aujourd’hui, violer au grand jour la Constitution nationale qui lui a porté au pouvoir et permis de compléter ses deux mandants présidentiels officiels sans tracas? Maintenant qu’il a juré soutirer un 3è mandat illégal par du forcing, que devrait-il s’attendre en retour ??? Sigaho kubesha en évoquant en plus les États-Unis et les occidentaux capables de te démontrer en un si peu de secondes que tout ce que tu baragouines là n’est que mensonge tout cru. Vous allez mentir jusqu’à quand ? Faites vite place aux véritables bashingantahe kuko gwanyu kabananiye mu vyukuri!…

  8. Ndabashinze

    @ celui qui se surnomme “HIHI”
    Je crois que vous délirez. De grâce, faites-vous soigner, ça presse!

  9. Gima

    Vous pensiez donc que Rema FM pouvait être brûlée impunément? Pour la Radio Nationale, les putchistes ont tenté de la faire taire, mais ils se sont cassés les dents.

  10. hihi

    Et la naiveté continue révélations stupéfiantes sur un génocide qui se trame au Burundi

    L’un des anciens hommes forts du régime de Pierre Buyoya, le Colonel Daradangwa, croupit en prison depuis quelques semaines déjà. Il a rejoint le général Cyrille Ndayirukiye, ancien ministre de la défense du major Buyoya, putschiste récidiviste. D’autres militaires ex-FAB ont été arrêtés ou sont partis en exil, essentiellement au Rwanda et en RDC. On cite surtout le Colonel Bernard BUSOKOZA qui serait déjàen exil au Rwanda. Tenez-vous bien! Les révélations qui sont tombées dans notre rédaction sont stupéfiantes: un génocide del’ampleur de 1972 se trame. Et c’est la vérité pure et jamais simple!Ce n’est pas le document “Que faire pour conjurer la catastrophe annoncée au Burundi?” qui a été sorti le 3 avril 2015 qui fait peur. Ce document visait à convaincre les gens naifs comme Godefroid Niyombare et d’autres mécontentsdu système CNDD-FDD. Mais c’estdu côté des aveux des putschistes que les vérités ont étéarrachées. D’après notre informateur, les USA et les Occidentaux ont accordé la bénédiction à un plan visant à tuerau moins dix mille burundais essentiellement des Hutus et Tutsis du système CNDD-FDD, du FNL de Rwasa et de l’UPRONA de Concilie Nibigira.Par peur des représailles des jeunes affiliés aux partis CNDD-FDD et FNL, les familles tutsies ont été encouragées à fuir le pays vers le Rwanda, les étudiants vers l’ambassade des USA au Burundi. On leur disait d’ailleurs que c’était une question de jour. Comme ça traîne en longueur, on leur dit que la procédure pour la réinstallation prend du temps. C’est ainsi que les délégations de l’EAC se succèdent dans les camps des réfugiés au Rwanda pour leur remonter le moral et empêcher qu’ils ne rentrent rapidement et enmasse vers le Burundi. Du côté de la Tanzanie, les réfugiés rentrent chaque jour.D’après notre informateur, tout avait été prévu pour que le plan degénocide soit éclair et qu’avec le mois de juin, le monde entier accourt plutôt vers Bujumbura pour l’arrestation spectaculaire de Rwasa Agathon pour le massacre des Banyamulenge à Gatumba et pour le lancement des mandats d’arrêts contre le président déchu Nkurunziza, le général Adolphe Nshimirimana et le général Gervais Ndirakobuca alias Ndakugarika etc. Nkurunziza devait être diabolisé et écroué à La Haye.Notre source affirme que les dignitaires du CNDD-FDD devaient être arrêtés et tués sous prétexte qu’ils ont trahi le pays et qu’ils ont détournés les deniers publics. C’est ainsi que le document de propagande donne par exemple le ministre Edouard Nduwimana (Tutsi) comme milliardaire avec plus de six villas à Bujumbura! Toutes les permanences du parti CNDD-FDD en ville et à l’intérieur du pays devaient être rasées.Une fois la terreur installée, Niyombare allait quitter le pouvoir, mort ou vif. Il devait céder la place à un président de consensus: Sylvestre NTIBANTUNGANYA! Bernard BUSOKOZA allait être choisi comme Premier ministre et chef du gouvernement. Comme en1972, les officiers de l’armée et de la police issus des anciens mouvements rebelles devaient être éliminés progressivement par empoisonnements. Et s’ils tentaient de regagner le maquis, les drônes et les satellites américains et français avaient été prévus pour les anéantir comme cela se fait en Libye, en Irak et en Syrie.Ntibantunganya a été mis au courant du putsch vers la fin du mois de mars 2015. En mai, il lui a été recommandé de déposer la candidature aux présidentielles pour que le choix se porte sur lui. On allait dire à l’opinion nationale et internationale que Ntibantunganya était candidat et qu’il avait le soutien des ex-FA, des ex-rebelles ( Niyombare et compagnons), des professionnelsdes médias, des syndicats et de lasociété civile. Mais Ntibantunganya ignore qu’il devait être un président comme Pasteur Bizimungu du Rwanda! Dans la diplomatie burundaise, les ténors de la société civile avec Pacifique Nininahazwe à New York, GertrudeKazoviyo à Genève, Audifax Ndabitoreye à Berlin et Pancrace Cimpaye à Londres. Sauf que ces diplomates hutus devaient être contrôlés par des ministres conseillers expérimentés et de l’ancien système de Pierre Buyoya!Le putsch a échoué grâce à l’intervention de la garde présidentielle. Niyombare s’est réfugié à Mombasa mais aurait déjà rejoint sa famille en France. Il pourrait servir une fois que le plan B qui se prépare au Rwanda sera prêt. Les Américains ne lâchent rien. Ils attendent que le report des élections soit officialisé. Ils bloquent pour le moment le dialogue et sont les premiers à rejetter la décision du sommet de l’EAC surtout en ce qui concerne la légalité de la candidature de Nkurunziza. Mais comme notre informateur le montre, le problèmen’est pas la candidature. Les USA ne veulent pas d’une démocratie majoritaire au Burundi.Ils veulent le système de Paul Kagame à Bujumbura. Ils reconnaissent que les Burundais sont déterminés à défendre leur dignité. Mais marcher sur des milliers de morts, cela n’effraie jamais le lobby américain. Les médias internationaux sont au courant du complot. Les USA souffrent tout de même car les réseaux sociaux jouent les troubles-fête. Mais ce n’est pas la première fois que les USA échouent lamentablement. Ces révélations doivent être prises au sérieux. Notre informateur nous en réserve d’autres!

  11. Karikurubu

    @Jean-Pierre Ayuhu
    Ayuhu, aurait-il été possible que la police et milice Nkurunziza soient également partiales dans la mise à feu des stations de radios à Bujumbura? Pourquoi ont-elles volontairement ciblé uniquement les radios privées? Si elles croyaient bien faire, n’auraient-elles pas commencé par incendier la Radio télévision nationale pro-gouvernementale Nkurunziza si charité bien ordonnée commence par soi-même? Barayamaze ngo UMWERA UVA I BUKURU UGAKWIRA HOSE…

  12. Akamaramaza

    Urabona aho umukinyi umwe ariwe atora arbitre,akaba ariw ahitamwo uwo bakina,abandi akababuza no kugira entrainement,akanica abafana ba equipe adashaka canke atinya.
    Iyo match woriha amahera ngo uje kuyiraba?Canke ngo ute umwanya wicara imbere ya tele vision ngo uyirabe?
    Si inyishu ari oya,wumva ayo matora ameze uko ari nyabaki?
    Ako karorero nizere ko kaza kugufasha gutahura niwaba utavyiyobagiza nkana

  13. Akamaramaza

    Voyons t’es mal informé mon ami.
    Ils ont lancé près d’une dizaine de grenades sur des manifestants à Kanyosha Dieu merci et bizarrement sans faire de dégâts majeurs, ils attaquent presque quotidiennement armés dans Cibitoke Kinama et Mutakura accompagnés et appuyés par la Police, tuent et torturent sélectivement toujours appuyés pas des forces de l’ordre. Et tu serais peut être le seul à ne pas savoir qu’ils maintenant armés et on déjà infiltrés les forces de l’ordre et sont en tenus. N’oublions pas que ce pays est trop petit abantu tuzizanye.
    Même s’ils se font tirés dessus quotidiennement les mains en l’air, je ne suis pas du tout pour certains actes d’ailleurs criminels des manifestants mais de là qualifier les imbonerakures d’anges victimes serait totalement ridicule

  14. Gima

    Mr MAGERA, le premier problème à résoudre, est de montrer où et qui sont ces imbonerakure. Pour le moment, le rôle que les médias leur attribue est amplement joué par ces hordes incendiaires que l’on qualifie pudiquement de “jeunes”. Le deuxième problème sera de distinguer tes braves frères et cousins des coupables. L’expérience du passé a montré que quand il s’agissait de casser du nègre, les bons et les mauvais sont partis tous ensemble. Je crois qu’un adulte de quelque tendance qu’il soit ne doit jouer avec certains mensonges. Au Rwanda, en 94, un parti d’opposition a inventé le terme AKAZU, pour enfoncer Habyarimana. Demandez-leur maintenant qui en a profité.

  15. Ndabirabe

    Magera, le départ de Nkurunziza avant tout, ibindi après…
    None iyo force d’interposition wipfuza izoguma mu Burundi?
    Nkurunziza doit partir, et cela ne demande pas une force d’interposition pour le
    chasser de la pésidence, juste des sanctions sévères et l’insistance incessant qu’il doit
    renoncer à sa candidature entachée d’irrégularité donc inconstitutionnelle…
    Le Pays et ses institutions fonctionnent aujourd’hui tous à l’envers, l’insécurité est grandissante,
    les gens meurent d’autres prennent le chemin de l’exil à cause de cette maudite candidature de
    Nkurunziza qui s’est invitée dans des élections dites démocratiques. Ces dernières ont pris
    une autre tournure et la population ne sait plus à quoi s’en tenir.
    Alors, Nkurunziza doit se retirer des élections pour que le Burundi repart sur ses rails…

  16. Bimbabampisha

    Umugani w’araho ngo “politike zirarutana” none nawe uremeje yuko “coalitions zirarutana”!
    Tubwire rero udusigurire coalition wewe urimwo ingene ari nziza hanyuma wongere udusigurire ingene coalition yabo ari mbi!
    Nayo ivya Jake Birigimana ni ibishegu … nta n’umwe abiyobewe: Uwuhagarikiwe n’imfyisi canke ibingira aravoma… ibirohe…

  17. Jean-Pierre Ayuhu

    Chère Madame Ngabire,
    Et à vous le responsable du journal Iwacu,
    Cela fait quelques jours que la question des rapports entre les médias et le pouvoir fait jaser.
    Aujord’hui, vous publiez quelques diatribes de M. Aimé Magera contre le pouvoir et comme si vous voulez le mettre en évidence, sur sa photos, est inscrit “AGATHON RWASA”.
    C’est de la Pub gratuite…..
    Et puis le rôle d’un journaliste n’est pas d’avaler tout cru ce qu’on raconte. C’est aussi d’informer de manière impartiale..Or, tout lecteur qui ne connait pas le Burundi ne va retenir qu’une chose. La dangerosité des Imbonerakure. Or des voitures servant au transport public son régulièrement incendiées. Un jeune homme sans histoire a été brulé vif à Nyakabiga. Des maisons appartenant aux agents de l’ordre ont été détruites, des voitures appartenant au gouvernement ont été brulés…

    Il faut nuancer le propos…de temps en temps.

  18. MINANI

    L’idée d’une force d’interposition devient ridicule du moment qu’il n’existe pas de forces armées en belligérance. De même que cette idée ne peut passer auprès d’aucune institution sérieuse, aussi longtemps que les militaires burundais sont encore dans plusieurs missions de maintien de la paix en étranger. Il faut que nos politiciens en cours d’arguments sachent trouver des expressions adéquates pour exprimer leurs vœux, sinon, certains d’entre eux se montrent de plus en plus animés d’amateurisme, avec un très faible niveau de réflexion politique.
    Concernant l’armement des Imbonerakure, on ne saurait ni affirmer ni infirmer cette réalité. Cependant, si les Imbonerakure de Cibitoke, Kanyosha et Mutakura étaient armés, la situation ne serait pas la même dans ces quartiers après plus d’un mois de manifestations. Il y auraient plus de morts et de dégâts. Il semble que l’idée de l’armement des Imbonerakure n’est qu’un ALIBI pour faire venir des militaires étrangers au Burundi pour un soi-disant génocide en préparation. Et ceux qui avancent cette idée sont les organisateurs des manifestations et du putsch raté. De là, on voit que même si les gens qui sont au pouvoir sont des bandits qui ne se soucient pas du peuple, de même, les gens derrière les manifestations sont aussi des malhonnêtes, autant ventriotes que ceux qu’ils combattent.
    Si Dieu pouvait seulement nous gratifier d’un nouvel homme politique patriote à l’instar de NDADAYE, sinon, nous encore du temps à essuyer des larmes….

  19. Kete

    Le secretariat de L’EAC, le Secretaire general de l’ONU et la presidente de L’UA sont ete TOUS BIEN informes avant les faits: les imbonerakure ont ete armes pour tuer et terrorriser par le pouvoir et il n y a plus de doutes. Demander au meme gouvernement et parti au pouvoir de les desarmer?????? Vous serez partiellement responsable de ce qui se passe (se passera) ici.

  20. Kazivyi

    Hewe twama tubivuga, niyo ataba Nkurunziza, ntihari Kubura iyindi nyndamuvano mwari kwadukana. Birababaje ko abarundi twiyemeje gufata izindi nzira ngo dusubirize abaturongora. None uyo n’umuzeze ngo bakeneye force d’interposition? entre qui et qui? murabesha ntawuzosubira muri transition z’amagabura nyama atabaho. muragerageze gukora politique mubundi buryo canke muyivemwo kuko yabananiye. Erega natwe twese twarakora politique, tubonye ari umukino ugoye turata turaheba. aho kubandanya muhenda abantu ngo mukeneye kuja mumatora, kandi atarivyo, nimute mutinyuke mubwize ukuri abantu bose ko mutagomba amatora. Murakoze

  21. Boooose bashaka gutegeka,kandi bitwaza imbonerakure comme slogan à la propagande.Uyo nta na gapapuro na kamwe afise ,ari mu kugwara umutima kubera amafiriti na jupiler zo mu bubiligi,agenda abesha abatamuzi ngo ni general,vraiment des fois hari abatwengeje!Mbega yibagiyeko twamaze kumenya ko FNL ya gwasa ata bantu igifise kuri terrain ,Jacsques Bigirimana a tout rafflé,none iyo force ni iyiki ko ata banywanyi umuntu yobahora?Vous avez vraiment besoin de vous faire valoriser aux yeux de l’opinion nationale et internationale,gezaho nta banywanyi mugifise babavuyeko kubera coalition mbi mwakoze ,si tu es courageux magera subira kw’ishure ureke gushaka kurya ivyo utabiriye akuya!
    La junesse du parti iri harya ntaco muzoyigira,muriko murabatoteza iwanyu ariko ntaco muzovyishura!

  22. Gondwanais Lamda

    Si révolution il y a, c’est une révolution burundaise. Je pense que nous commettons une erreur en attendant de l’aide extérieur dans l’immédiat. les Burundais disent qu ” Akimuhana kaza imvura ihise”. Il faut serrer les rangs, il faut rester debout tout en sachant que chaque révolution demande des sacrifices. Il faut eviter les pieges, et surtout pas de dimension ethnique dans notre révolution. Le reste quand la balance va commencer à pencher du coté du peuple, le soutien extérieur viendra pour la conclusion finale. Que Dieu protège la Nation.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

Prévenir, atténuer, alerter

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Prévenir, atténuer, alerter

C’est parti. La Commission électorale nationale indépendante, CENI, annonce qu’elle présente le calendrier électoral la semaine du 17 au 23 juin. « The die is cast », les carottes sont cuites pour la préparation des élections électorales de 2020. Cependant, cette activité (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 373 users online