Samedi 20 juillet 2024

Économie

Région Ouest/Cibitoke : Agriculteurs et éleveurs se regardent en chiens de faïence

10/07/2023 1
Région Ouest/Cibitoke : Agriculteurs et éleveurs se regardent en chiens de faïence
Les cultivateurs de Rugombo se lamentent que la mesure de stabulation n’est jamais respectée sur toutes les collines

Des vaches détruisent les champs de culture au vu et au su des agriculteurs. Ces derniers lancent un cri d’alarme. L’administration met en garde les éleveurs.

La mesure de stabulation n’a jamais été respectée sur toutes les collines de la commune de Rugombo province Cibitoke. Pour rappel, les vaches devraient rester dans leurs étables où elles sont nourries.

Pourtant, la situation est autre sur terrain. Les vaches sortent pour brouter et les bergers les laissent volontiers détruire les champs de cultures. « Sur la colline Mparambo II, 3ème transversale, au moins 1 hectare de maïs, manioc et de haricot a été récemment détruit par des vaches sous les encouragements des bergers », dénonce un agriculteur sur place.

Selon ce sexagénaire, cette mauvaise habitude a tendance à se répandre partout suite au non-respect généralisé de la mesure de stabulation.

Sur la colline Rukana II, sous colline Mbaza, un champ de coton a été récemment endommagé par une centaine de vaches. D’après un témoin sur place, les agriculteurs n’ont pas pu empêcher cette scène. Selon plusieurs sources locales, la situation semble dépasser les limites et des heurts se sont déjà produits entre éleveurs et agriculteurs.

L’un d’eux fait savoir que même les organes de régulation comme l’administration, la justice et la police n’arrivent pas à trouver des solutions sur les doléances qui leurs sont adressées.

Altercations entre agriculteurs et éleveurs

Des heurts sont déjà enregistrés où on note des blessées de part et d’autre. Une source administrative contactée à ce sujet dit que deux agriculteurs et deux éleveurs ont été grièvement blessés lors des affrontements, il y a un mois, dans la seule commune de Rugombo.

Différents observateurs interrogés parlent de situation explosive si rien n’est fait pour arrêter ce phénomène. La méfiance ne cesse de se manifester entre les 2 catégories.

Ils demandent aux autorités administratives d’engager diverses initiatives pour éviter un bain de sang entre agriculteurs et éleveurs. « L’Etat devrait faire respecter la mesure de stabulation pour l’intérêt général de ses citoyens », note un des observateurs agacés par ce conflit récurent entre éleveurs et agriculteurs.

L’un des administratifs contactés a précisé que des sanctions sévères seront bientôt appliquées aux éleveurs récalcitrants, conformément à la loi.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Stan Siyomana

    1. Vous ecrivez:« au moins 1 hectare de maïs, manioc et de haricot a été récemment détruit par des vaches sous les encouragements des bergers » … »
    2. Mon commentaire
    Quand j’etais encore jeune au Burundi, j’ai garde des vaches pendant les vacances. Je ne comprends pas comment un berger peut faire paitre son troupeau dans un champ de cultures expres ET LES GENS N’ONT PAS OU ALLER POUR SE PLAINDRE!!!.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’interdiction de Sapor fait débat

Le chef est une figure singulière dans notre société. Son autorité est principalement exercée par la parole – Ijambo. Dans notre tradition, la parole est respectée, et celle du chef, en particulier celle du Chef de l’Etat, est presque sacrée. (…)

Online Users

Total 2 745 users online