Vendredi 19 avril 2024

Économie

Le gouvernement burundais propose de nouvelles clauses entre l’OTRACO et la société Global Smart technologies

11/07/2023 1
Le gouvernement burundais propose de nouvelles clauses entre l’OTRACO et la société Global Smart technologies
Le Conseil des ministres

Après avoir constaté que la société Global Smart Technologies Burundi a surévalué ses équipements et son logiciel pour le contrôle technique à l’Office du transport en commun du Burundi (Otraco), le Conseil des ministres de ce mercredi, 5 juillet, a adopté un nouveau projet d’Ordonnance de modernisation des services de contrôle technique à l’Office du transport en commun du Burundi (Otraco).

78,7% est la part de l’État et 21,3% pour la société Global Smart Technologies Burundi. Ce sont les nouvelles répartitions des revenus pour le projet de modernisation des services de contrôle technique automobile et d’octroi des permis de transport sur un contrat de 3 ans 1 mois.

Le gouvernement a établi de nouvelles clauses du contrat après avoir résilié le premier qui autorisait la GST Burundi de gagner de 75% et 47% sur chaque service rendu et le gouvernement via l’Otraco touchait entre 35% et 15% de 2019 jusqu’en 2021.

Le gouvernement a gelé le compte bancaire de cette société sur un contrat qui devrait durer 10 ans. Il dit avoir constaté que la GST Burundi avait surévalué la valeur de ses équipements et son logiciel.

Selon le communiqué de presse sorti à l’issue du Conseil des ministres dernier, les ministères du Transport et des Finances ont par la suite procédé à une évaluation des apports de chaque partie dans le projet, de déterminer proportionnellement la part de chacun et d’élaborer un nouveau contrat qui respecte le principe gagnant-gagnant.

Les membres du gouvernement ont suggéré sur base d’une expertise de ces ministères, de faire le dégel du compte de GST Burundi, à caractère rétroactif à partir du gel du compte, le 29 juin 2021 ; s’assurer que les engagements de GST Burundi ont été respectées surtout les formations du personnel de l’Otraco, s’ils peuvent exploiter le logiciel après l’expiration du contrat et bien définir les limites des droits de propriété de la société; vérifier les montants encaissés par la société s’ils n’ont pas été exportés en devises et prendre les mesures conséquentes. La Banque centrale est appelée à faire le contrôle.

« La décentralisation des services de contrôle technique doit être une réalité notamment à Gitega et l’Otraco doit ainsi produire localement le carnet de contrôle technique », ont-ils insisté.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Kanda

    L’État avait été privatisé, ses intérêts étaient devenus propriétés des prédateurs qui s’accaparent la chose publique, il n’est jamais tard pour redresser les choses. C’est un bon pas à encourager et à appliquer partout ailleurs, les secteurs en pareil situation sont nombreux.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 3 432 users online