Mercredi 08 décembre 2021

Société

PARCEM : Pour la restauration de la mission juridictionnelle de la Cour des comptes

23/04/2021 2
PARCEM : Pour la restauration de  la mission juridictionnelle de la Cour des comptes
Pour Faustin Ndikumana, la corruption est à l’origine de tous les maux

L’ONG locale PARCEM considère qu’il faut des réformes profondes pour pouvoir s’attaquer à la corruption et les détournements des fonds. Selon lui, la justice doit être au centre de tout.

« Il faut restaurer la mission juridictionnelle de la Cour des comptes. Lui donner la force, l’indépendance et les moyens pour faire son travail. Elle doit être renforcée car, elle exerce un contrôle externe. Ne pas seulement recevoir des rapports et les mettre dans les tiroirs», a insisté Faustin Ndikumana, expert en économie et directeur national de Parole et Action pour le Réveil des Consciences et l’Evolution des Mentalités.

C’était ce jeudi, 22 avril, au cours d’une conférence pour proposer les principaux axes qui pourraient figurer dans cette stratégie nationale de lutte contre la corruption. Pour lui, l’inspection générale de l’Etat qui exerce un contrôle interne doit prendre ses responsabilités.

Faustin Ndikumana étaye ses arguments par des actes qui d’après lui sont inacceptables. Il parle des détournements des fonds au ministère des Finances et des recettes communales, des entreprises publiques qui sont en faillite, la passation des marchés entachée d’irrégularités où la durabilité des infrastructures laisse à désirer.

Des organes répressifs actifs

Il déplore également la lenteur dans l’exécution des projets de la zone économique spéciale. « Cela suscite l’attention des autorités. Vous avez vu le premier ministre faire des descentes pour constater comment un tel projet affiche une lenteur légendaire ». La construction des barrages de Kajeke, dit-il, n’a jamais abouti.

Le directeur du PARCEM propose la révision des lois pour améliorer le cadre légal contre la corruption. Il faut, dit-il, réformer la justice pour la rendre indépendante afin que la machine répressive soit opérationnelle.

«Les détournements des recettes communales découvertes par le ministère de l’Intérieur auraient déjà été par les organes de contrôle et de répression de la corruption et des infractions connexes».

M. Ndikumana, fait savoir que la lutte contre la corruption et les malversations économiques exige une synergie des acteurs. C’est la raison pour laquelle, il propose la sensibilisation de la population sur les méfaits de ce fléau afin de le dénoncer.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. James King

    Tu es courageux Mr Faustin!! Mais il faudrait que ti trouves un autre boulot !

  2. Kibinakanwa

    Les lois sont là. Mais on ne les applique pas.
    Why then?
    La justice a les mains liées.

    Par exemple, y a t il quelqu un ici qui peut nous expliquer pourquoi au Burundi les dignitaires ne déclarent pas leurs biens à l’entrée en fonction?

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’entrée de la RDC dans l’EAC, quelles opportunités ?

Depuis son investiture, le 24 janvier 2019, le président Félix Tshisekedi s’est donné comme priorité d’axer sa politique régionale sur la coopération et l’intégration. Il s’est aussi engagé à travailler étroitement avec ses pairs afin de rétablir la paix et (…)

Online Users

Total 3 933 users online