Mercredi 12 mai 2021

Société

Favorite Partner Company : ses fondateurs arrêtés

22/04/2021 0
Favorite Partner Company : ses  fondateurs arrêtés
Les fondateurs de la société Favorite Partner Company arrêtés

La police a appréhendé les fondateurs de la société Favorite Partner Company, ce mercredi 21 avril. Ils sont accusés de violer les bonnes mœurs burundaises et de travailler en dehors de leur objectif légal de conseiller conjugal pour se lancer dans une sorte d’agence matrimonial.

Age, taille moyenne, taille du derrière, virginité, … un questionnaire à remplir rappelant certaines exigences des agences d’escorte, étaient parmi les questions posées dans le formulaire d’inscription aux services de l’entreprise Favorite Partner Company agréée le 25 mars 2021 par l’API (Agence pour la promotion de l’investissement).

L’annonce des objectifs de cette société a fait le buzz sur les réseaux sociaux. Mais elle a été suspendue et deux de ses fondateurs accusés d’atteinte aux bonnes mœurs arrêtés par la police.
«Sur le formulaire, les filles devaient mentionner la taille de leurs derrières et dire si elles sont vierges ou pas, vous voyez que ces critères entrent dans la violation de la vie privée des gens. C’est donc la violation des mœurs burundaises et c’est contre la loi », a fait savoir Pierre Nkurikiye, porte-parole du ministère de l’Intérieur, du Développement Communautaire et de la Sécurité Publique.

Selon lui, cette association travaillait en dehors de leur objectif. Dans l’acte d’agrément de l’API, elle allait œuvrer dans le conseil conjugal pour les mariés.

Mais ce qu’ils faisaient n’ont rien à avoir avec l’objectif pour lequel elle avait été immatriculée : « Ils aidaient les gens à retrouver un amoureux mais ils ne conseillaient pas les personnes mariées », a-t-il expliqué
Signalons que l’Agence pour la promotion de l’investissement a suspendu les activités de Favorite Partner Company ce mercredi 21 avril pour non-conformité à l’objectif légal.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La fête et la Covid-19

Au Burundi, le 1er mai, la journée internationale du travail a été célébrée avec faste pour honorer « ceux qui de la nature brute ont taillé et ouvragé toute la splendeur que nous contemplons », pour reprendre les mots de (…)

Online Users

Total 1 289 users online