EN

Économie

Marché de Cotebu : identification des occupants sur fond de polémiques

14/09/2014 Christian Bigirimana 1

Le gouvernement a procédé, du 8 au 10 septembre 2014 au stade Prince Louis Rwagasore, à l’identification des commerçants de l’ancien marché central de Bujumbura. Le président du Sygeco affirme que les commerçants n’en reconnaîtront pas les résultats tandis que l’Acobu salue l’activité.

Des commerçants en train de se faire enregistrer lors de l’opération d’identification ©Iwacu
Des commerçants en train de se faire enregistrer lors de l’opération d’identification ©Iwacu

L’objectif de l’opération, confie Melchior Simbavimbere, président de la commission de distribution des places au marché de Cotebu, était de connaître tous les commerçants qui détenaient des contrats à la Sogemac.
Ce lundi, des milliers de commerçants avaient répondu à l’appel de la commission. Sur place, attroupements, cris, bousculade régnaient au stade Prince Louis Rwagasore en début d’opération. Il a fallu l’intervention de la police pour mettre de l’ordre. Les commerçants se sont ensuite rangés par quartiers conformément aux quatre quartiers de l’ancien marché central de Bujumbura.

Une opération pour le moins réussie

Muni chacun de son contrat et de la photocopie de celui-ci, chaque commerçant se dirigeait vers les membres de la commission pour se faire enregistrer. Tout était informatisé. Le commerçant devait ensuite remplir une fiche sur laquelle il mettait son nom et prénom, le quartier où il travaillait, l’année de l’obtention du contrat et sa signature.

Côté commerçants : la joie était totale. Tous ceux qu’Iwacu a interrogés, parlent d’une opération réussie. Toutefois, certains affirment avoir des appréhensions quant aux places disponibles au marché de Cotebu : « Le nombre des commerçants qui viennent se faire enregistrer risque de dépasser le nombre de places prévues au nouveau marché. Où seront placés les autres. » Or, indiquent-ils, seuls 2498 stands sont répertoriés sur le marché Cotebu alors que les commerçants attendus devraient dépasser 5600.

Pour Melchior Simbavimbere, cette question ne se pose même pas. Et pour cause, explique-t-il, le marché central de Bujumbura comptait 2092 places en 1994, qui sont passées à 2500 en 2005. « Ces chiffres sont proches des places disponibles au marché de Cotebu. » Sans oublier souligne-t-il, que certains commerçants œuvraient dans le désordre car leurs stands étaient situés dans les allées réservées au passage des camions pompiers en cas de catastrophe, etc.

Divergence de vues

Audace Bizabishaka, président du Sygeco, condamne « cette identification qui n’en est pas une. » Pour la simple raison que le gouvernement a exclu le comité de crise des commerçants dans l’opération, lequel comité a été élu par tous les commerçants de l’ex-marché central de Bujumbura. « Cette identification a été faite sans le Sygeco qui pourtant préside le comité des commerçants. »

Après cette opération d’identification, fait savoir Melchior Simbavimbere, suivra la phase de dépouillement et de recoupement avec d’autres listes dressées antérieurement, comme celle confectionnée au lendemain de l’incendie du marché à la cathédrale Régina Mundi (5790 commerçants) et une autre dressée par la mairie de Bujumbura. « C’est seulement après cette phase que des stands seront distribués au marché provisoire de Cotebu. »

D’après lui, la Deuxième Vice-présidence a pris quatre commerçants exclus par l’Assemblée Générale des commerçants et elle a ajouté 13 commerçants recrutés dans l’association des Commerçants du Burundi (Acobu) afin de former cette commission. « Pourquoi collaborer avec des gens qui ont perdu la confiance et la crédibilité de leur pairs et qui ont été révoqués dans la représentation syndicale ? »

Ces arguments sont balayés d’un revers de la main par Melchior Simbavimbere : « Ce qui nous intéresse, c’est que les commerçants soient servis indépendamment de leur appartenance à telle ou telle autre organisation. » Et de s’interroger si le Sygeco représente les commerçants plus que l’Acobu ou la CFCIB, associées dans cette opération.

Antoine Muzaneza, président de l’Acobu, abonde dans le même sens: « Qui peut reconnaître les commerçants de l’ancien marché central plus que les chefs de quartiers eux-mêmes et Gabriel Kabura, président de l’association des vendeurs de l’ex-marché central depuis 1994, qui ont été associés dans cette opération? » Par ailleurs, s’étonne-il, même ceux qui se disent membres du Sygeco sont venus se faire enregistrer. Preuve qu’Audace Bizabishaka avance des arguments qui ne tiennent pas la route. Et de conclure : « M. Bizabishaka n’a jamais possédé un stand dans l’ancien marché central. »

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. NINTUNZE

    Nibaza ko mwihenze kw’izina ry’umuntu, si Melchior SIMBAVIMBERE, mugabo ni Melchior SIMBARUHIJE

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19. L’heure est grave

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Covid-19. L’heure est grave

« 41 nouveaux cas positifs ont été notifiés sur 1 242 tests réalisés, soit un taux de positivité de 3,3 %. Parmi ces cas, 35 sont de transmission locale, soit 85,37 % et 6 cas importés, soit 14,63 %. Ce (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 681 users online