Vendredi 26 février 2021

Économie

Covid-19/Transport : SOS pour les chauffeurs qui font le convoi des véhicules importés

11/02/2021 Hervé Mugisha 1
Covid-19/Transport : SOS pour les  chauffeurs qui font le convoi des véhicules importés
Ces chauffeurs demandent d'entrer sur le sol burundais sans contrainte aucune

Depuis que le gouvernement a décidé de fermer de nouveau les frontières terrestres et maritimes, suite à la recrudescence des cas positifs, c’est l’abattement chez cette catégorie de chauffeurs. Ils demandent à être traités de la même manière que les camionneurs.

Désespoir et consternation sont les mots pour décrire le ressenti des chauffeurs assurant le convoi des véhicules importés passant par le port de Dar-es-Salaam. Depuis la mise en application de la mesure n’autorisant que les camions transportant les marchandises à entrer sur le sol burundais, ils disent ne plus savoir à quel saint se vouer. « Un deux poids deux mesures sans nom », peste Patrick Murengerantwari, responsable d’Ingoma Transport, une des agences assurant ce genre de convoi. Ils ne comprennent pas pourquoi ils ne sont plus autorisés à entrer sur le territoire burundais alors qu’il n’y a aucune correspondance ou note officielle le leur notifiant.

Il y a une année, argue Stany, membre d’Ingoma Transport, le gouvernement a fermé les frontières. « Il ne nous pas empêchés de travailler. Pourquoi alors le faire aujourd’hui? » Pour eux, tant qu’il n’y a pas de correspondance leur signifiant d’arrêter les convois, ils se considèrent comme lésés par la police de l’immigration. « En principe, nous devrions être traités de la même manière que les camionneurs ».

La logique est simple, explique Pacifique, en partant du postulat selon lequel les voitures en convoi sont déjà dédouanées avec toutes les pièces justificatives, dont “l’exit note” et le nom du chauffeur attestant qu’il est responsable de ladite voiture. « La police de l’immigration devrait nous permettre d’entrer sur le sol burundais sans contrainte aucune. Sûrement qu’elle le fait sciemment. Ces voitures, à l’instar d’autres denrées, sont des marchandises dont les propriétaires se sont acquittés des taxes et autres impôts ».

Des dommages collatéraux

Depuis l’entrée en vigueur de ladite mesure, dans les ménages de ces chauffeurs, c’est la consternation. Un calvaire sans nom, surtout pour les pères de famille. La plupart n’ont pas d’autre source de revenus. Hassan témoigne que si rien n’est fait dans l’immédiat, ils risquent de se retrouver à la rue. « Actuellement, on se débrouille comme on peut, mais jusqu’à quand? » Si cette situation perdure, il envisage de quitter le pays. « C’est la seule solution pour continuer à subvenir aux besoins de ma famille ».

Un avis partagé par M. Murengerantwari : « En temps normal, il nous était difficile de joindre les deux bouts de mois. Qu’en sera-t-il durant cette période de soudure?» Le responsable de l’agence Ingoma Transport fait savoir qu’il a déjà encaissé un manque à gagner avoisinant 2 millions de BIF. « Et c’est sans compter les charges inhérentes au loyer, aux impôts de l’OBR, salaires des sentinelles ».

Tout le monde redoute un manque à gagner. « Payer 30 $ chaque nuit qu’une voiture passe dans les stocks de la douane alors qu’elle est déjà déclarée, c’est un risque que peu de gens peuvent pendre », glisse Marc, un chauffeur. Comme conséquence, indique-t-il, le prix des voitures tend à augmenter.

Pour éviter des pertes de temps, il fait savoir que certains font désormais appel aux chauffeurs tanzaniens. Il estime que c’est un grand risque : « Il est rare que les véhicules arrivent en bon état. Si ce ne sont pas les radios qui manquent, ce sont d’autres pièces, telles que les phares.»
Contacté, le ministère en charge du Commerce et du Transport a promis de réagir ultérieurement.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Kagina Aimable

    Ouvrir les douanes pour les vehicules transportant les marchandise seulement. Si no, on est en danger

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Main basse sur les morgues

Où sont passées les valeurs morales et humaines, l’« Ubuntu » chanté par les Burundais à longueur de journée ? Depuis un certain temps, avoir accès aux chambres froides dans les hôpitaux publics de Bujumbura relevait d’un parcours du combattant. Des gens qui (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 084 users online