Mardi 27 septembre 2022

Santé

Covid-19 : les cas positifs galopent

27/07/2022 3
Covid-19 : les cas positifs galopent
Le ministre Gervais Ndirakobuca et la ministre Sylvie Nzeyimana : « Respectez les mesures barrières. »

Le comité national de prévention et riposte contre la Covid-19 a tenu une réunion ce 26 juillet pour présenter la situation actuelle du coronavirus au Burundi. Le ministère de la Santé publique et de la Lutte contre le Sida tire la sonnette d’alarme.

423 personnes ont été testées positives sur 7 483 tests réalisés du 23 au 25 juillet : « Depuis la deuxième semaine du mois de juillet, il s’observe une augmentation des cas des personnes testées positives. On peut enregistrer en moyenne 200 personnes testées positives par jour. Vous voyez que les chiffres augmentent d’une manière incroyable », a déclaré la ministre de la Santé, Sylvie Nzeyimana.
La capitale économique, Bujumbura et celle politique, Gitega, figurent parmi les provinces qui enregistrent beaucoup de cas positifs.

Dans cette réunion, le ministre Gervais Ndirakobuca qui représente ce comité a fait savoir que le plus grand nombre des personnes testées positives sont des voyageurs empruntant l’Aéroport international Melchior Ndadaye pour entrer au pays : « A leur arrivée, ils nous présentent des certificats de test qui sont négatifs, mais nous ne comprenons pas pourquoi il y a beaucoup de cas positifs plus que sur d’autres portes d’entrées au Burundi. Je pense que beaucoup utilisent des documents frauduleux », a indiqué Gervais Ndirakobuca.

La ministre de la Santé demande aux voyageurs de consulter leurs boîtes mail avant de sortir de chez eux une fois arrivés au Burundi. Elle rappelle aussi de respecter les mesures barrières qui sont entre autres le lavage des mains et le port du masque.

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. James

    1. Vraiment des cas positifs au Burundi?
    Comment font ils pour les dépister?
    Au Burundi le test PCR qui se fait en un minimum de temps de 8 h se fait en moins de 2 heures. J’en ai l’expérience. Ca doit faire des jaloux au monde entier. Pourquoi ne pas commercialiser cette nouvelle technologie pour renflouer les caisses vides de l’etat?
    2. Tout simplement c’est au Burundi ou on falsifie le résultat des tests. Et ca se fait au su et au vu de tout le monde. La pratique de faire passer un test PCR au voyageur entrant n’est plus d’actualité q’au Burundi. En effet tout voyageur entrant au Burundi doit avoir un test PCR négatif de moins de 72h. Et normalement partout ailleurs c’est tout ce qu’il faut pour rentrer dans le pays de destination.
    Mais au Burundi on te demande 100$ pour faire un test inutile.
    Bien sûr pour continuer a justifier cette pratique et continuer a littéralement et illégalement piocher dans la poche des visiteurs étrangers, on falsifie les résultats pour prouver que c’est nécessaire de faire ces tests a l’entrée du Burundi. Ou va cet argent? Suivez mon regard.
    3. Les test PCR issus des pays développés sont absolument correct, il n y a pas moyen de tricher. C’est le contraire a l’ INSP ou tu es toujours testé positif quelle que soit ta situation si tu ne donnes de pourboire. Et teste toujours négatif si tu donnes un pourboire. Tout est connu de tout le monde. Ou va le pauvre Burundi?

  2. Hamiriza

    Pauvre ministre Ndirakobuca. Il est sur tous les fronts : insécurité, la fièvre de la vallée du Rift,… Il n’ y a plus d’administratifs compétents pour l’épauler ? Les conseillers auprès des cabinets ministériels devraient élaborer des politiques sectorielles, nos ministres les défendraient politiquement et les ministères techniques trouveraient les fonds et moyens de mise en œuvre.
    Guteza imbere igihugu n-abakibamwo n’indya nkurye. Ubwo abirukira gutwara bababa bazi izo ngorane zose ?

    • Jospin

      Vous avez raison de vous poser de telles questions. Le Burundi pourrait fonctionner à merveille avec 2 ministères: le ministère des relations extérieures et de la sécurité et du développement communautaire. Le reste n’est que figuratif. Bravo à ces deux ministres Gervais NDIRAKOBUCA et Albert NSHINGIRO.

      C’est mon humble avis que les internautes ne verront pas parce que je suis censuré.

      NOTE DU MODERATEUR


      Pourquoi vous censurer? C’est une opinion (discutable) mais exprimée avec courtoisie
      Merci

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une décision qui replace le droit à l’honneur

La décision gêne, dérange, embarrasse. La Cour de Justice de la Communauté Est-Africaine (EAC) a, dans sa chambre d’appel, conclu que la décision de la Cour constitutionnelle du 5 mai 2015 autorisant le candidat du parti au pouvoir d’alors à (…)

Online Users

Total 1 184 users online