Dimanche 07 mars 2021

Culture

Miss Heritage Global 2016 : la première dauphine représente le Burundi

11/02/2017 Martine Nzeyimana 3

Monna Walda Kaneza s’est envolée, ce jeudi 9 février, pour l’Afrique du Sud où aura lieu le concours Miss Heritage Global. Elle part confiante grâce aux répétitions.

Monna Walda Kaneza compte s’imposer dans le concours.
Monna Walda Kaneza compte s’imposer dans le concours.

Le 18 février prochain, Johannesburg accueillera soixante participantes qui concourront à Miss Heritage Global. C’est un concours de beauté centré sur la culture et le Burundi y participe pour la toute première fois. A six jours de la fin des votes en ligne, Monna Walda Kaneza, première dauphine de Miss Burundi 2016/2017 occupe la treizième place avec 787 voix.

C’est avec un visage souriant, creusé par la fatigue que Monna Walda Kaneza, 19 ans, s’est confiée sur les différentes épreuves qui l’attendent. Un mélange d’excitation et d’appréhension l’agite.

Pour s’imposer Monna Walda doit réussir avec brio à concocter un plat national, créer un objet artistique dans lequel les Burundais se reconnaissent et porter un habillement traditionnel.

Miss Héritage Global est un concours de beauté internationale dont la cible est la promotion des cultures dans toutes leurs diversités. Ce concours, qui en est à sa 4ème édition, voit la participation de plusieurs pays. Beaucoup de candidates sont pour la plupart des Miss Heritage de leurs pays respectifs. Toutefois, une miss d’un autre concours ou une de ses dauphines peuvent aussi y participer. Il a lieu chaque année, depuis 2013.

Ce plat, une des grandes préoccupations de cette ambassadrice du Burundi. «Il va falloir que j’emmène avec moi tous les ingrédients. Je ne sais pas s’ils vont garder leurs qualités, le temps du voyage», s’inquiète celle qui a peiné à trouver un plat typiquement burundais. Elle a opté pour une préparation de légumes. Confiante, Monna Walda se tue à la tâche, depuis deux mois, et espère gagner l’adhésion du jury.

Un concours bien récompensé

Alors que la première dauphine se réserve de donner des détails, elle affirme, toutefois, qu’elle a opté pour la poterie en ce qui est de la création artistique.

Monna Walda va aussi devoir convaincre au cours d’une série de débats organisés en marge de ce concours. Egalement pendant le « boot camp », les candidates vont enrichir leur culture générale via des excursions dans des lieux historiques et culturelles tels Robbin Island et le Nelson Mandela Museum et des safaris au Sun City Tour.

«J’ai vraiment envie de m’imposer dans ce concours ou au moins dans l’une de ses épreuves, mais je sais que la compétition sera coriace », confie-t-il.

Récemment, elle a coupé ses cheveux, aujourd’hui, des extensions lui donnent une chevelure abondante. «Je ne veux pas me blâmer pour quoi que ce soit. En beauté, les cheveux comptent aussi.»

Soulignons que l’heureuse élue pourra empocher un montant de 20.000$ et participer dans des rencontres internationales tel the African Achievers Awards symposium en Afrique du Sud, en juillet de cette année.

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Jereve

    Comme plat, je lui aurais proposé la banane – igisahira – bouilli avec tous ses ingrédients. Et l’umukeke légèrement séché ou grillé à défaut du frais, à cuire avec tous ses ingrédients. Le plat n’est pas typiquement burundais, mais c’est à coup sûr un délice aussi bien pour les papilles des burundais que des étrangers.

  2. Marie claire

    Bonne Chance Monna, la tâche qui t’attend n’est pas facile!!

  3. Vuvuzela

    Bonne chance Monna.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

A qui profite l’adhésion de la RDC à l’EAC ?

« Un seul peuple, une seule destinée ». C’est la devise de la Communauté d’Afrique de l’Est plus connue sous son acronyme anglais d’EAC (East African Community). Lors du 21ème Sommet par vidéoconférence samedi 27 février, les Chefs d’Etat de (…)

Online Users

Total 1 128 users online