Mardi 13 avril 2021

Culture

Dans deux mois, élection de Miss Burundi !

03/02/2021 Commentaires fermés sur Dans deux mois, élection de Miss Burundi !
Dans deux mois,  élection de Miss Burundi !
De gauche à droite, le Maire de la ville, la Première Dame et la ministre en charge du Tourisme, lançant Miss Burundi 2021.

Le Burundi aura enfin son ambassadrice de la beauté. Après quatre ans sans élection, Miss Burundi 2021 sera choisie le 10 avril prochain. Ce mardi, l’événement a été lancé.

C’est en présence de grandes personnalités du pays et hauts cadres de l’Etat que l’évènement Miss Burundi 2021 a été officiellement lancé ce 2 février, par la Première Dame du Burundi, Angéline Ndayishimiye.

Contrairement aux évènements précédents, le lancement de Miss Burundi 2021, organisé par SS entreprise en collaboration avec le ministère en charge du Tourisme, donne l’air d’un évènement « sérieux », déjà par ses participants: le Maire de la ville de Bujumbura, des ministres et représentants de différents ministères, des gouverneurs de provinces, ces grands hommes d’affaires, des organisations internationales et autres grandes entreprises.

Les inscriptions pour ce concours de beauté sont ouvertes depuis ce 2 février pour se clôturer le 28 de ce mois. Les critères requis : Burundaise, célibataire, sans enfant, âge compris entre 18-25 ans, avoir terminé l’école secondaire. La miss élue devra résider au Burundi et ne pas se marier durant l’année que dure son règne.

« Vendre l’image et la culture du pays », c’est le rôle principal de Miss Burundi 2021, d’après la ministre du Commerce, du Transport, de l’Industrie et du Tourisme, Immaculée Ndabaneze.

« Reculer pour mieux sauter »

Les anciennes dauphines de Miss Burundi 2016 et 2017 n’ont pas caché leur satisfaction. Toutes estiment que c’est une édition hors du commun, sérieuse et bien organisée. « Je crois à 100% à la réussite de cette édition 2021 », explique Ornella Gahimbare, 2ème dauphine de Miss Burundi 2016. Pour elle, l’ édition 2021 semble de loin très bien organisée que les précédentes.

Elle confie que c’était honteux de passer autant d’années sans une ambassadrice de la beauté burundaise. Elle se rappelle quand elle avait représenté le Burundi dans un concours des Miss africaines au Nigéria, on lui a demandé pourquoi après elle, il n’y a plus de Burundaises qui participent dans cet évènement régional. « J’avais honte de dire que nous n’avons pas de miss. »

Même son de cloche pour la 2ème dauphine de Miss Burundi 2017. « Je me sens très excitée de retrouver l’évènement Miss Burundi, qui revient en force. Ils ont reculé pour mieux sauter. » Pour elle, la présence de différentes autorités prouve que c’est une édition sérieuse et bien organisée.
Seul bémol, le Directeur général de la Culture, Aimable Nkunzumwami, confie en passant, que Miss Burundi est entre les mains d’un ministère non habilité. « Partout, l’organisation de l’évènement doit impliquer le ministère de la Culture. »

La ministre en charge du Tourisme rétorque que cette édition a l’objectif de vendre l’image du pays, ce qui ressort du domaine du tourisme.
Pour rappel, la dernière Miss Burundi a été élue en 2017. La société « Burundi Events » a tenté d’organiser l’édition 2018 qui a tourné au fiasco. Le staff et les candidates ont démissionné, dénonçant un manque de transparence dans l’organisation.

Le patron de SS Entreprise, Sultan Suleiman, qui reprend les rênes de cet événement, assure avoir fourni beaucoup d’efforts pour faire de cette édition une grande réussite et éviter les erreurs du passé.

D’après lui, Miss Burundi 2021 remportera une voiture neuve, un salaire mensuel durant toute l’année et les frais académiques pour son cursus universitaire. Les dauphines auront « une enveloppe. »

Rendez-vous le 10 avril, pour découvrir Miss Burundi 2021.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Hippocrate au secours !

« Dans toute maison où je serai appelé, je n’entrerai que pour le bien des malades. » Cet extrait du serment d’Hippocrate « échappe » à certains praticiens du corps soignant. Iwacu a mené une enquête en rapport avec le traitement des patients dans (…)

Online Users

Total 1 081 users online