Vendredi 26 février 2021

Opinions

Une coexistence de deux Burundi pas viable sur le long cours

22/04/2019 Guibert Mbonimpa Commentaires fermés sur Une coexistence de deux Burundi pas viable sur le long cours
Une coexistence de  deux Burundi pas viable sur le long cours

Une appropriation du concept de résolution pacifique des conflits par les communautés à la base est en cours, depuis plusieurs mois, au Burundi.

Egide Nduwimana, jeune leader à Isare, évoque des pesanteurs socioculturelles en matière de conciliation au niveau communautaire : « On n’est pas pour supplanter les chefs collinaires, on est complémentaire. Nous avons notre contribution à donner pour la concorde sociale».

Yvette Niyonkuru, 20 ans, de la colline Mikoni, commune Bukinanyana en province Cibitoke, assure qu’elle aide dans la résolution pacifique des conflits, surtout chez les jeunes de son entourage. « Aujourd’hui, je n’ai plus peur de m’exprimer devant les gens».

Charlène Akimana, 19 ans, de la colline Campazi, commune Muruta en province Kayanza, dirige une quarantaine de personnes. «Je viens d’en hériter six autres. C’est une lourde tâche. Je vais essayer de l’accomplir avec brio».

Le sud du pays n’est pas en reste. De Kibago à Kayogoro en passant par Vugizo de la province Makamba, des jeunes leaders et leurs aînés sont formés en résolution pacifique des conflits.

Cette dissémination dudit concept provoque une lame de fond d’un changement des mentalités au moment où la courbe de l’intolérance politique, à la faveur de l’agrément du CNL, a connu une évolution ascendante, atteignant un pic en mars dernier.

Ces deux mondes ne sont pas deux droites  parallèles ayant vocation à ne pas se rencontrer. Leurs logiques reposant sur des ressorts antagonistes les conduiront à se faire face, ici et là, sur les 27834 km2. Quid de leur rapport de force ?

Celles et ceux qui ont la résolution pacifique des conflits chevillée au corps ont pour rempart  « la sagesse, l’humilité, la persévérance et l’abnégation ». Ces qualités leur permettront d’agir efficacement en situation d’interaction sociale avec leurs antithèses. En devenant des artisans patentés de la paix et de l’entente au niveau communautaire, ils affermiront leur leadership qui, le cas échéant, se transformera en forte capacité de mobilisation citoyenne.

Quant à ceux qui appartiennent à l’autre Burundi de 2019, leurs interactions avec les personnes du dehors se ramènent à la violence verbale, le terreau des conflits. Et ce, dans un contexte où des acteurs sociaux sont  déjà engagés résolument dans l’édification d’un Burundi où prévaut non pas l’absence de la guerre mais la paix positive, un préalable à un Burundi qui réussit. Dans ces conditions, la mécanique de la peur s’enrayera pour ne plus produire l’effet escompté.

Le salut d’un monde où « la raison du plus fort est toujours la meilleure » passera par le remplaçant de son logiciel de fonctionnement actuel par celui de la culture de la contradiction. Tout système cherchant à se succéder à lui-même se doit d’absorber le choc des idées contradictoires pour mieux se retourner et retomber sur ses pattes.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Main basse sur les morgues

Où sont passées les valeurs morales et humaines, l’« Ubuntu » chanté par les Burundais à longueur de journée ? Depuis un certain temps, avoir accès aux chambres froides dans les hôpitaux publics de Bujumbura relevait d’un parcours du combattant. Des gens qui (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 236 users online