Mercredi 29 mai 2024

Opinions

OPINION* | « Je présume une incompétence de la FEBABU »

16/04/2024 37
OPINION* | « Je présume une incompétence de la FEBABU »

Par Ntagahoraho Dismas

Un lecteur d’Iwacu a partagé son opinion sur la crise qui secoue l’équipe Dynamo. Iwacu ouvre le débat.

Nous, amateurs, sympathisants du basketball ,sommes navrés, sidérés par le déficit de clairvoyance, le manque de capacité d’anticipation sur des dangers potentiels et connus à l’avance, des responsables de la FEBABU, pour des motifs développés dans les lignes qui suivent:

1. la gouvernance de la FEBABU suit une courbe dangereusement descendante.

2. La gestion de cette crise qui secoue dangereusement notre bien aimée équipe Dynamo brille par l’immobilisme et l’inaction ; et le pire est à craindre, puisque la machine répressive est bien huilée, de par la procédure administrative déjà déclenchée, par une suspension temporaire, avant même de s’expliquer. Histoire de comprendre que la faute présumée est qualifiée de « lourde », et qu’il faille préalablement procéder à une décision de « suspension provisoire ».

3. Le dynamisme de Dynamo, sa technicité, son ascension vertigineuse, tel un avion en vitesse de croisière, viennent de voler en éclat à cause d’un manque de réalisme politique, le « Real politik », dans la gestion des affaires politico-sportives.

4. Point n’est besoin de rappeler que ce n’est pas la première fois que la politique s’invite dans le sport, l’essentiel est de savoir comment et par quelle technique diplomatique il faut gérer cette question.

5. Ici le Président de la FEBABU a commis l’irréparable, il aurait demandé l’appui du ministre des Affaires étrangères pour régler la fameuse question qui, en réalité, n’est ni politique ni diplomatique.
Ceci pour deux raisons majeures :
– le règlement est connu en ce qui concerne les conditions de compétition et de participation à ce championnat avec sponsor officiel connu dès le départ

6. Ce n’est pas quelques heures avant le match que la FEBABU a pris connaissance que le Sponsor officiel est » Visit Rwanda » et que les joueurs doivent porter des maillots qui portent ce logo : c’est le règlement.

7. Cela étant précisé, l’on ne saurait comprendre et encore moins accepter que la FEBABU, n’ait pas préalablement, pendant la période de préparation posé cette question. Etant entendu que la FEBABU était sensée connaître le règlement.
Si jamais sa voix été ignorée, la FEBABU aurait alors pris la décision de se retirer bien avant et instruire Dynamo de ne pas participer et lui notifier par écrit les raisons ; au lieu de lui faire subir une très honteuse humiliation.

8. D’autre part, comment comprendre autrement, si n’est que « faux et usage de faux, « ou « falsification », le fait de « cacher » le sponsor officiel, en violation du règlement.

9. Par ailleurs, la diplomatie n’a pas été mise en branle pour jouer son rôle et, le cas échéant, pouvoir éclairer les responsables du basket sur la conduite à tenir.

10. Bien plus, le Burundi dispose d’une mission diplomatique à Prétoria, il aurait, s’il avait été contacté, pu intervenir pour amorcer des discussions sur la question de « Visit Rwanda « avant même que l’équipe se rende en Afrique du Sud.

En définitive, sans prétendre accuser qui que ce soit, je présume l’incompétence des responsables de la FEBABU et je ne doute point que le Basketball burundais risque de s’effondrer.

Le Président de la FEBABU serait tenu comme unique responsable.

L’histoire retiendra que la direction de la FEBABU s’est illustrée comme « ennemi n°1 du basket burundais, (toute proportion gardée).

N.B. je demande à tout lecteur de ce commentaire d’excuser tout écart éventuel de langage, de lapsus linguai ou calami.Puisse le Bon Dieu Tout puissant sauver notre Dynamo et notre Basketball.

Note d’Iwacu

*Les articles de la rubrique opinion n’engagent pas la rédaction.
Toute contribution exprimée avec respect sera publiée. Merci

Forum des lecteurs d'Iwacu

37 réactions
  1. Jean Pierre Hakizimana

    En conclusion,

    Mêmes si les autorités Burundaises aurait eu l’info sur les maillots, je ne vois pas ou se trouve le problème. Au fait, je serais étonné s’ils ne savait pas! Ceci dit:

    Des voisins frontaliers, le Burundi a tellement en commun avec le Rwanda que la Tanzanie & RDC: Deux langues presque similaires, religion & culture, presque similaire, un passé historique presque similaire, même une grande partie des dirigeants Rwandais qui sont presque des Burundais car ils sont nés et ont grandi au Burundi. Beaucoup de Burundais qui ont étés accueillis au Rwanda aussi. Autrement dit, ces deux nations devraient être des alliés naturels dans tout pas des ennemis. C’est vraiment triste de voir le Burundi bruler les ponts avec son demi-frère jusqu’à empêcher les enfants de jouer ensemble!

    Regardez ces catastrophes naturelles, qui, des ses voisins, est dans la position de venir prêter la main?

  2. Ange

    Un observateur avisé remarquera que l’incompétence est quasiment partout dans ce Pays.

    Umutama umwe ati : Nta madolari dukeneye.
    Uwundi ati : Amahera y’amarundi ijana angana n’amadolari atanu (100 FBu = 5$ US)
    Umuhungu wabo nawe ati : Coupe ya BAL yanyu ntayo dukeneye.
    Hoba n’uwatubwiye ati : Hako baguhambana ikara urivyarire basi kamwe. Naho nyene nawe yibagiye ko Mugenzi yavuze ati : Uwo bazoharika mumwirukeko mpaka ibirenge bishuhe mpaka tumeney uwayimuteye. (Hama bigende gute…?)

    Mbandanye canke…? Ni Urudubi. Partout, Aucune cohérence.

    Ubupfu bw’Umugabo nibwo buryo bwe, même quand il mène à l’échec de toute une institution, voire de toute une Nation. Et les Barundi sont résignés, personne ne s’engage pour un changement positif parce que le risque est grand, parfois trop grand. Et aussi surtout parce que trop imbibés dans les religions, où l’on nous dit souvent : « Tout pouvoir vient de Dieu. » Seulement, je me demande si cela est aussi valide même quand on parle du pouvoir du Diable sur ses démons ou encore ses pouvoirs quand le Diable et ses démons agissent avec ‘succès’ contre les intérêts de vrais croyants rangés du côté de Dieu ?

  3. jereve

    Si je devais évaluer cette aventure, en cochant les cases, je ferais comme ceci:
    – case préparation physique des joueurs – ok
    – case préparation mentale – ok
    – case motivation – ok
    Rien à reprocher aux joueurs. Ils étaient au top niveau.
    Ce sont les cases de la logistique qui deviennent problématiques
    – case vol/avion et itinéraire – pas vérifié. Autrement, s’il s’avérait qu’ils prendraient Rwandair, ils auraient dès le départ demandé de changer de compagnie. Est-ce qu’on leur a délivré les billets d’avion à la dernière minute?
    – case maillots – pas vérifié. Nos organisateurs n’ont même pas été curieux de demander par avance quel genre de maillots, quelles couleurs et quelles tailles allaient porter les joueurs. Aucune vérification des posts publicitaires gravés sur ces maillot! Ce sont pourtant des détails qui ne doivent pas échapper au contrôle quand il s’agit de compétition internationale.
    – case planification/prévision – nulle. Ils ont seulement pensé : on va jouer, c’est tout. Tous les autres détails qui entourent cette manifestation ont été ignorés.
    – case négociation – n’en parlons pas. Car on ne peut le faire qu’une fois qu’on maîtrise à temps tout le contour des problèmes qui risquent de se poser. Le point des sponsors a été ignoré.
    Bref, c’est comme si les organisateurs se sont réveillés un bon matin, en Afrique du Sud, pour se trouver devant des tas de problèmes insolubles.

    • Jean Pierre Hakizimana

      @Jereve,

      Si vous connaissez quelque chose des champions, avec leur esprit compétitifs , le maillot est leur dernier soucis. S’il le faut, ils pouvaient jouer dans sous-vêtements, pieds nus! Tell est le mental d’un champion!

      C’est une équipe championne de Basketball, pas des jeunes d’imbonekura! On dirait que vous oubliez/ne savez pas ce petit details.

      • jereve

        Je ne vois pas où vous êtes allé chercher cette critique. Car j’ai bien écrit qu’il n’y a « Rien à reprocher aux joueurs ». Rien. il faut me relire une deuxième fois. Me faire dire que je les ai considérés comme des imbonerakure est mensonge et malhonnêteté. Je devais exiger des excuses de votre part. Par contre, j’ai donné la mention presque nulle aux organisateurs, là j’accepterais la critique si vous pensez l’inverse.

        • Jean Pierre Hakizimana

          @Jereve,

          je m’excuse, je voulais dire ceci pour appuyez votre argument:  » C’est une équipe championne de Basketball, pas des jeunes d’imbonekura! On dirait que ils oublient/ne savent pas ce petit details. » « Ils » c’est tout ces gens qui pensent que ce qui s’est passé est normal. Merci pour votre comprehension et surtout votre effort de continuer à enrichir la conversation

          • jereve

            Merci. Je m’excuse moi aussi, car j’avais pensé que le « vous » s’adressait à moi directement.

  4. Abdou Zidane

    Explication « Visit Rwanda »
    est une campagne de marketing touristique lancée par le gouvernement Rwandais pour prouvoir le tourisme dans le pays. Pour attirer les voyageurs du monde entier à découvrir les merveilles du Rwanda

    • Jean Pierre Hakizimana

      Pour ajouter à votre explication, le coût de cette campagne publicitaire est couvert par les impots des entrepreneurs (La chambre de commerce Rwandaise), donc vraiment c’est une campagne privée que vous y réfléchissez . Voilà cher(e) Burundaises et Burundais un exemple d’un pays qui sait comment soutenir et encourager l’entreprenariat privé!

      • Gaby

        Comment un campagne couvert par des impôts est une campagne privée:”je rêve!?”

        *Rwanda Development Board (RDB) is a government institution, mandated to accelerate Rwanda’s economic development by enabling private sector growth.*

        • Jean Pierre Hakizimana

          @Gaby,

          Vous ne rêvez pas car c’est bien même marqué dans la mission « …..development by enabling private sector growth. ». La derrière fois que j’ai pris ma famille au Rwanda, tous les services, sauf à l’aéroport, nous ont été servis par des entreprises privées (Avions, hotels, location de voiture, restauration, etc…..). Ces entreprises privées payent une parties de leur bénéfices comme impôts plus tous ce qu’ils sont chargé les clients comme VAT. Le gouvernement investit, comme vous l’avez bien marqué dans la promotions du tourism: Sécurité, services de santé, etc….. Au Rwanda, comme ou je vis, c’est le privé qui crée l’emploi, pas le gouvernement. le gouvernement est la pour soutenir le secteur privé pas l’inverse. Je sais que c’est l’inverse au Burundi: Pour devenir riche, on devient grand fonctionnaire.

  5. Gacece

    Au contraire, je présume une incompétence de Dynamo ET de la FÉBABU. La BAL indique dans son site qu’elle a 6 partenaires majeurs (https://thebal.nba.com/partners).

    – Si le règlement de la FIBA en matière d’affichage du sponsor sur l’uniforme est clair et connu, il n’y a aucune information indiquant lequel des sponsors (partenaires) se retrouvera sur l’uniforme. Cette information est probablement communiquée à l’équipe (à vérifier). Dans ce cas-ci, l’équipe aurait dû informer la FEBABU qui à son tour aurait dû s’enquérir auprès des autorités sur les conséquences possibles.

    – Plusieurs questions se posent alors :

    a) À quel moment la BAL a-t-elle informé Dynamo du sponsor sur l’uniforme? Y’a-t-il un règlement à ce sujet et existe-t-il des délais? Les responsables de Dynamo ont-ils communiqué cette information à temps? Y’avait-il d’autres moyens (actualités, liens internet, canaux officiels entre la FIBA ET LA FEBABU, etc.) de connaître le sponsor sur l’uniforme sans avoir reçu de communication officielle?

    b) Connaissant la liste des partenaires et le différend ouvert entre le Burundi et le Rwanda, pourquoi aucun des responsables de Dynamo ou de la FEBABU n’a pensé à prévenir en informant à l’avance les autorités compétentes sur une situation aussi flagrante en conséquences? Vous savez? Anticiper que « VISIT RWANDA » ou « RWANDAIR » risquaient de se retrouver sur l’uniforme de DYNAMO?… et s’assurer d’avoir l’aval des autorités avant d’y aller!

    Je ne pense pas que la BAL informe ses équipes en fonction des politiques des pays ou entre pays, mais ses employés administratifs ne sont pas à l’abri des manipulations des partenaires non plus.

    Alors, sous toutes réserves, je me permets de soupçonner qu’on a retardé exprès la communication du sponsor officiel sur l’uniforme aux autorités Burundaises, pour les mettre devant le fait accompli. Personne n’a pensé qu’elles (les autorités) oseraient forcer Dynamo de quitter le tournoi déjà en cours.

    C’est trop facile de désigner un coupable tout aussi « facile » (le bouc émissaire). La sagesse veut qu’on identifie d’abord à quel niveau la communication a été défaillante et sur base de quels critères (règlement de la FEBABU et ses équipes, de la BAL et ses équipes, ainsi que de la FIBA en matière de communications internes et externes)… et remonter jusqu’au responsable qui a failli à ses devoirs.

    On ne punit pas tout une organisation à cause des manquements de quelques individus… Mais les responsables de ce caf-ouillage doivent écoper!

    • Anonyme

      Mr Gacece,

      Vous êtes fonctionnaire? Si non, il faudra y songer car vous êtes bien qualifié. Vous avez l’art de savoir embrouiller les cartes et, surtout vous mettriez bien l’art de la bureaucracy.

    • Jean Pierre Hakizimana

      @Gacece,

      Donc pour vous, si les autorités Burundais auraient su en avance que les joueurs allaient porter ces maillots avec la mention du sponsor, et qu’ils auraient empêché ces enfants d’aller jouer, c’est acceptable?

      Je pense que vous surestimez votre pays car, crois moi, on ne pense pas tellement au Burundi quand on organise un meeting sportif surtout que l’on sait très bien que le Burundi n’est pas capable de sponsoriser un événement sportif. Je ne suis même pas certain si les autorités Burundaises ont contribué aux dépenses de Dynamo (Tickets d’avion, séjours en Afrique du sud, etc…).

      Beggars cannot be choosers!

      • Gacece

        @Jean Pierre Hakizimana
        Cela n’est nullement une question d’acceptation. Il s’agit de cohérence. On ne peut pas fermer les frontières avec un pays et permettre à ses ressortissants de porter un uniforme invitant les gens à « Visiter ce même pays ».

        S’ils l’avaient su à l’avance, nous ne serions pas en train d’avoir cet échange. Avalez la pilule et dites aux vrais responsables de la situation de s’amender.

        S’il n’en tenait qu’à moi, je les aurais laissés jouer jusqu’à la fin de la compétition, quitte à sévir contre les fautifs après. Mais je ne peux que parler pour moi seul.

        • Jean Pierre Hakizimana

          A ce que je sache, c’est le gouvernement Burundais qui a fermé ses frontières avec le Rwanda. Une decision qui, comme celle d’empêcher ces braves enfants de jouer, coûtera plus aux Burundais que les autres.

          Vous savez bien qu’il y a plein de choses sur cette planète dont le processus opérationnel a été établit, donc plus besoin de débat car on est pas à re-inventer la roue. Time is money. On devrait pas expliquer aux participants dans une meeting sportif international certains règles basiques. Entre autre le rôle du sponsor. Une chose pour laquelle que les hommes fort du Burundi sont coherent est la paresse mentale. Plus de 15 ans qu’ils sont au pouvoir, mais on dirait qu’ils viennent d’accéder au pouvoir.

          La crème remonte tjrs à la surface. Ces jeunes champions, vont bientôt quitter le Burundi car il y a un vrai marché pour les pour les travailleurs! La nature a sa manière d’être juste.

          • Jean

            @Gacece
            Je trouve que votre argumentaire qui essaie de justifier la FEBABU,e
            présumant que la FEBABU a été mis devant un fait accompli en n’ayant pas été informé à l’avance sur l’identité du sponsor officiel a être mentionné sur les maillots des joueurs,ne tient pas du tout la route.

            Si le BAL mentionne et indique clairement l’identité de ses 6 partenaires.

            En connaissance de cette information,si les autorités burundaises avaient été clairvoyantes,elles auraient par principe de précaution refusé de participer à ce tournoi.

            C’est la faute des autorités burundaises et non de l’équipe de Dynama de n’avoir pas pris toutes les précautions indispensables pour s’informer à l’avance des
            différents détails concernant ce tournoi.

          • Gacece

            @Jean
            Il ne faut pas confondre la FEBABU avec les autorités gouvernementales. Et oui vous avez raison : c’est à la FEBABU, et aussi à l’équipe concernée, de s’assurer de vérifier et de transmettre toute l’information aux autorités gouvernementales… avant de prendre l’avion!

        • Gacece

          @Jean Pierre Hakizimana
          Vous vous écartez du sujet! Il y a un processus qui n’a pas été respecté par Dynamo et/ou la FEBABU et ce manquement a abouti à ce qu’on sait.

          Aussitôt qu’il y a eu l’annonce de la fermeture de la frontière, ils auraient dû être alertes, prévoyant et informer le Gouvernement.

          Ce n’est pas au Gouvernement qu’incombe la tâche de vérifier qui sera le sponsor sur l’uniforme des équipes. Alors n’essayez pas de mettre ce fiasco sur leur dos. Qu’ils aient eu l’information avant ou après le départ de l’équipe, leur décision aurait été la même. Mais les conséquences seraient différentes.

          À mon avis, Dynamo le savait déjà et ils appréhendaient le refus du Gouvernement de leur permettre d’y aller. Ils ont fait à leur tête et cela s’est retourné contre eux. J’ajouterais aussi que cet entêtement est un manque de respect envers les autorités.

          Il y a quand même un détail troublant : Une fois en Afrique du Sud, qui a informé le Gouvernement que « Visit Rwanda » se trouvait sur l’uniforme?
          Probablement un employé de la FEBABU qui a accompagné l’équipe et qui a découvert le « poteau rose » sur place? La FEBABU est tout aussi fautive. Ils auraient dû le savoir à l’avance.

          Le diable se cache dans les détails!

          • Jean Pierre Hakizimana

            Encore une fois, je vais répéter ce que j’ai dit avant: Vous semblez sur-estimer le Burundi sur le plan international. C’est quand la dernière que le Burundi a organisé des meeting sportifs Africains? Voici la reputation du Burundi en dehors de ses frontières: Un pays corrompu, pauvre et surtout gouverné par des analphabète ou faux diplômés au meilleur. A partir de la, votre opinion(Burundi) importe peu. On vous invite dans un meeting car on essaye d’être juste à vos enfants qui n’y sont pour rien, on vous envoie les tickets d’avions car on sait que vous pourriez pas vous en payer, on vous héberge, nourrit, etc… même avec cela, vous pensez que l’on ne vous pas respecté. Quand vous aller vous plaindre, on vous dit: « Combien avez vous payé pour que l’on vous rembourse! » Et la ca coince! Un peu d’humilité permettrait au Burundi de savoir sa place, vrai valeur, puis monter du trout dans lequel on s’est mis! Rules of holes!

            Beggars cannot be choosers!

          • Gacece

            @Jean Pierre Hakizimana
            « Un pays corrompu, pauvre et surtout gouverné par des analphabète ou faux diplômés au meilleur »
            C’est justement de ce manque de respect que je parle dans mon commentaire. Descendez de votre piédestal et commencez par les respecter! Même les analphabètes sont dignes de respect.

            Ils ont quand même, sans le poids que vous dites qu’ils n’ont pas, le pouvoir d’empêcher une équipe de continuer sa participation à un tournoi international.
            Les gens qui ont besoin de leurs services peuvent continuer à ignorer « leur poids négligeable » et ne soyez pas surpris du résultat.

          • @Gacece, beaucoup d,ecrits sur ce debat me semble etre des suppositions, de la speculation sans que l,on sache pointer du doigt les responsabilites dans cette affaire. Ce que l,on peut affirmer sans risque de se tromper est que les organisateurs d,un tel tournoi en l,occurrence le BAL ne font pas de l,improvisation. Toutes les informations relatives a la competition sont communiquees aux participants des MOIS en avance. Donc ces derniers ont toutes les informations relatives au tournoi. Les questions a se poser restent en interne au Burundi : quelle a ete le degre de communication entre les institutions concernees ( Dynamo, Febabu, Ministere des sports…), quelles sont les decisions qui ont ete prises, y a t il eu un goulot d,etranglement dans la chaine de communication…..etc. Pour nous eviter toute speculation, les concernees devraient eclairer l,opinion et nous dire ce qui s,est reellement passer qui a abouti au fiasco. Sinon on va tjrs speculer!!

          • Gacece

            @John
            Un goulot d’étranglement suppose une surcharge de travail qui provoque des négligences dans l’exécution efficace des tâches de routine.

            Quelle surcharge de travail peut-il y avoir chez Dynamo et à la FEBABU pour les empêcher de transmettre, à l’autorités gouvernementale compétente, une simple question comme « ‘Visit Rwanda’ sera sur l’uniforme des joueurs, y a-t-il un problème à cela? »

            Dans mon commentaire principal ci-dessus, j’indique clairement qu’il y a des gens, chez Dynamo et/ou à la FEBABU, qui n’ont pas correctement fait leur travail.

            Par ailleurs, le président de la FEBABU a indiqué dans son entrevue (https://www.iwacu-burundi.org/febabu-une-conference-de-presse-qui-na-pas-convaincu-les-amoureux-du-ballon-orange/) qu’ils l’ont découvert sur place en Afrique du Sud :

            – Si Dynamo le savait depuis des mois comme vous le dites, ils sont fautifs parce qu’ils auraient dû s’assurer de transmettre l’information.

            – Mais aussi, la FEBABU a le devoir de s’informer sur ce type de détails. Donc, ils sont fautifs eux aussi.

            – Ce n’est pas au Gouvernement de courir après l’information concernant les organisations sportives.

            Il n’y a aucune spéculation et il est rare que quelqu’un se dénonce lui-même. On sait où et à qui poser des questions pour identifier les individus qui n’ont pas fait leur travail… ET LES PUNIR!
            Encore faut-il qu’on ait la volonté de le faire.

            CHICHE!

    • Gacece

      @Anonyme
      Dites-moi ce qui n’est pas clair pour vous et je me ferai un plaisir de préciser.

      • Jean

        @Gacece
        Vous avez écrit que l’équipe du dynamo ainsi que la FEBABU,sont tous deux fautifs de ne s’être pas informé sur l’identité du sponsor officiel des maillots.

        Mais,ce que vous semblez ignorer pour des raisons inexplicables ce que l’équipe du Dynamo n’avait aucun problème de porter un maillot portant la mention du Rwanda,et on dirait de même pour la FEBABU compte tenu de la précipitation dans laquelle ils ont pris cette décision.

        En matière de loi,ce qui n’est pas interdit est autorisé.

        La question que j’aimerais vous poser est celle-ci y avait- il une indication,une loi qui avait été établie avant le début de ce tournoi, par les autorités compétentes, qui aurait pu notifier aux joueurs du Dynamo qui leur était complètement interdit de porter un quelconque habit mentionnant le Rwanda?

        Et vous avez aussi écrit que cette décision ait été pris avant ou après le début de ce tournoi,cela n’aurait rien changé,mais,il me semble bien approprié de conclure qu’à posteriori les conséquences n’auraient pas été les mêmes sur Dynamo en particulier et le basketball burundais en général,si cette décision avait été prise avant le début de ce tournoi.

      • Gacece

        «… l’équipe du Dynamo n’avait aucun problème de porter un maillot portant la mention du Rwanda,et on dirait de même pour la FEBABU compte tenu de la précipitation dans laquelle ils ont pris cette décision. »

        Le fait de ne pas avoir de problème à porter un maillot faisant la promotion du Rwanda ne les dispense pas d’informer les autorités gouvernementales, surtout après l’annonce de la fermeture de la frontière.

        «… y avait- il une indication,une loi qui avait été établie avant le début de ce tournoi, par les autorités compétentes, qui aurait pu notifier aux joueurs du Dynamo qui leur était complètement interdit de porter un quelconque habit mentionnant le Rwanda? »

        On ne peut pas interdire de porter un maillot dont on ne connaît pas les détails. D’où la nécessité de Dynamo et de la FEBABU de s’enquérir avant de faire le voyage.

        « Et vous avez aussi écrit que cette décision ait été pris avant ou après le début de ce tournoi,cela n’aurait rien changé,mais,il me semble bien approprié de conclure qu’à posteriori les conséquences n’auraient pas été les mêmes sur Dynamo en particulier et le basketball burundais en général,si cette décision avait été prise avant le début de ce tournoi. »

        – Vous me faites dire ce que je n’ai pas écrit : retournez lire mon commentaire.
        – Déclarer forfait avant le début de la compétition n’a pas les mêmes conséquences que refuser de porter un uniforme obligatoire pendant un tournoi.

        « En matière de loi,ce qui n’est pas interdit est autorisé. »

        Cela reste subjectif et discutable : il n’est pas interdit de se déplacer à cheval à Bujumbura, mais il est interdit de mettre en danger la vie des animaux et des humains de la ville de Bujumbura. Un accident est vite arrivé.
        Dans le même ordre d’idées, il n’est pas interdit de porter un maillot, mais il se pourrait qu’il y ait interdiction à un citoyen de faire la promotion d’un autre pays en conflit avec son pays.

        • Jean

          @ Gacece

          Vous avez écrit: »Le fait de ne pas avoir de problème à porter un maillot faisant la promotion du Rwanda ne les dispense pas d’informer les autorités gouvernementales, surtout après l’annonce de la fermeture de la frontière ».

          Ma réponse,pour quelles raisons, l’équipe du Dynamo se serait informé sur un sujet dont il n’est mentionné nulle part,qu’il constitue une infraction.
          C’était au gouvernement burundais de prendre sur lui-même les conséquences de ce manquement et non l’équipe du Dynamo qui au vu de la loi et des règlements burundais ne pouvait se reprocher d’aucune faute.

          Vous avez écrit: »On ne peut pas interdire de porter un maillot dont on ne connaît pas les détails. D’où la nécessité de Dynamo et de la FEBABU de s’enquérir avant de faire le voyage. »

          Merci,de confirmer mon point,que ce qui n’est pas interdit et autorisé.

          Je vous pose la même question pour quelle raison logique l’équipe du Dynamo se serait enquéris, renseigné sur un sujet dont il n’est mentionné nulle part qu’il constitue une infraction?

          Seriez-vous entrain de conférer des pouvoirs de divination à l’équipe Dynamo?

          Vous avez écrit : » Vous me faites dire ce que je n’ai pas écrit : retournez lire mon commentaire.
          – Déclarer forfait avant le début de la compétition n’a pas les mêmes conséquences que refuser de porter un uniforme obligatoire pendant un tournoi. »

          Ma réponse, l’équipe Dynamo n’a pas déclaré forfait,les joueurs de cette équipe ont tout simplement refusé de participer dans ce tournoi en portant un maillot mentionnant le Rwanda.Et à la lecture des premières sanctions,en plus d’autres qui sont en cours d’évaluation par le FIBA, l’équipe Dynamo devra payer 50000 dollars US en guise de dédommagement pour le compte du sponsor officiel.Ces milliers de dollars n’auraient-ils pas été plus utiles,s’ils étaient restés sur le sol burundais?

          « En matière de loi,ce qui n’est pas interdit est autorisé. »

          Vous avez écrit : »Cela reste subjectif et discutable : il n’est pas interdit de se déplacer à cheval à Bujumbura, mais il est interdit de mettre en danger la vie des animaux et des humains de la ville de Bujumbura. Un accident est vite arrivé.
          Dans le même ordre d’idées, il n’est pas interdit de porter un maillot, mais il se pourrait qu’il y ait interdiction à un citoyen de faire la promotion d’un autre pays en conflit avec son pays. »

          Ma réponse,il me semble que vous n’êtes pas du tout informé sur les différentes articles et règles énumérés dans le code de la route burundaise régissant l’usage des véhicules attelés,pour penser que l’usage des chevaux dans la circulation routière burundaise n’est pas régulée.

          Et,pour ce qui est de l’absence d’interdiction de porter un maillot faisant la promotion d’un pays ennemi du Burundi.
          J’aimerais savoir sur quelle bases légales et juridiques vous basez-vous,pour conférer le titre de traitre à la nation n’importe quel burundais,qui porterait un maillot mentionnant un pays ennemi et plus particulièrement lors des tournois sportifs

          • Gacece

            @Jean
            Arrêtez de détourner le sens de mes propos s’il vous plaît!

            – Je n’ai jamais mentionné les mots « traître » et « ennemi » dans mes commentaires. Même les membres d’une même famille peuvent avoir des conflits entre eux sans pour autant être des ennemis et des traîtres.

            – On peut circuler « à dos de cheval » sans utiliser une attelle. Existe-t-il une loi régissant les cavaliers au Burundi? J’avoue que j’aurais dû le préciser.

            – Je n’ai déclaré nulle part que Dynamo a déclaré forfait : ils ont refusé de porter un uniforme obligatoire. S’ils s’étaient renseigné auprès du gouvernement sur une possible interdiction avant de se rendre en Afrique du Sud, ils auraient pu déclarer forfait et éviter les conséquences que nous connaissons maintenant.
            L’article 20 des « Règles du jeu » de la FIBA et ses paragraphes (https://www.fiba.basketball/fr/documents) stipule clairement les raisons pour lesquelles une équipe perd par forfait et c’est exactement ce qu’ils ont fait : ils ont posé des actions (refuser de porter un uniforme obligatoire) qui ont empêché la tenue des matchs… une fois, 2 fois, 3 fois?

            « Je vous pose la même question pour quelle raison logique l’équipe du Dynamo se serait enquéris, renseigné sur un sujet dont il n’est mentionné nulle part qu’il constitue une infraction? »

            « ‘Visit Rwanda’ sera sur l’uniforme des joueurs, y a-t-il un problème à cela? »
            C’est dans mon autre commentaire et, de mont point de vue, c’est à la fois une question logique et pertinente à poser après une annonce de la fermeture de la frontière avec le Rwanda et qu’on sait qu’on sera obligé de porter un uniforme indiquant de faire le contraire. On appelle cela de la p r é v o y a n c e ! Et j’ai également mentionné que ce n’est pas seulement à Dynamo de s’informer et d’informer les autorités, mais aussi à la FEBABU.
            Mais je vous l’accorde : vous pouvez avoir une interprétation différente de la mienne à ce sujet. Le hic, c’est qu’on sait où cela a mené. Mon petit doigt me dit que ce qui est arrivé semble me donner raison!

            J’ai pour principe de répondre à tous ceux qui répondent à mes commentaires, non pas pour m’acharner ou pour prouver que j’ai raison – quand j’ai tort je le reconnais volontiers – , mais par respect. Pour ce coup-ci, je décide d’arrêter de jouer au chat et à la souris avec des interlocuteurs malhonnêtes. Continuez sans moi.

  6. Kibinakanwa

    Juste pathétique
    Si nos dirigeants gérent ivyo bajehwe gurtyo.
    Ntituzoreka kwicwa n’inzara.
    Twibereye muri Eden (avant que Dieu ne sépare les eaux et la terre)

  7. W

    @Ntagahoraho Dismas
    L’immense majorité (99,99% sans avoir enquêté) des burundais est plus préoccupée par la hausse du prix de la nourriture et du manque de carburant que du basket. Le basket est une préoccupation de ceux qui ont bien mangé (abahimvye).

    Note du modérateur

    Réaction très radicale. Aimer le basket ou le football n’est pas l’apanage de « ceux qui ont bien mangé »
    Merci

    • Epictète

      Nywamazi birahera Disima. iyo immense majorité uvuga yibagira iyonzara nivyobiciro kubera basketball.

      • W

        Weho ushaka kubahohosha; wewe wokinana umukanda mu nda udashaka kugirako?

    • Stan Siyomana

      @W
      « « Je dois dire que les sportifs sont les meilleurs ambassadeurs du Cameroun parce que sur le plan politique et autre, on ne voit pas quelque chose de consistant », se réjouit Cyrille Sam Mbaka… »
      https://actucameroun.com/2024/03/10/cyrille-sam-mbaka-les-sportifs-sont-les-meilleurs-ambassadeurs-du-cameroun/

    • W

      @Rédaction
      Je voulais juste souligner qu’il y a peu de gens concernés par le basket au Burundi. Et que un grand nombre ignore même son existence. Pour dire que cette polémique de Dynamo n’est qu’une tempête dans un verre d’eau.

      • Jean Pierre Hakizimana

        On voit le president tjrs entrain de promouvoir l’entreprenariat surtout « PRIVE » au Burundi. je me dis que la federation du Basket emploie pas mal de gens au Burundi?

        L’ultime but/ambition de ces jeunes joueurs est le NBA! Amusez vous à aller voir la valuer de cette ligue et surtout la moyenne salariale des joueurs! Et c’est comme cela que l’état Burundais encourage l’entreprenariat ?

        Mêmes si vous ne savez pas l’existence de cette ligue, il savoir que les dépensés des uns constituent les salaires des autres! Tout est connecté cher(e) W.

        Pour moi, cette polémique nous montre la ligne de penser des Burundais, surtout leurs dirigeants. Voici comment le pays est arrivé ou il est aujourd’hui! C’est aussi simple que cela même si c’est hyper compliqué pour certains de comprendre. Vous savez il est presque impossible de faire comprendre quelque chose à une personne qui est payé pour ne pas comprendre.

        • Stan Siyomana

          @Jean Pierre
          1. Vous ecrivez:« L’ultime but/ambition de ces jeunes joueurs est le NBA! Amusez vous à aller voir la valuer de cette ligue et surtout la moyenne salariale des joueurs!… »
          2. Mon commentaire
          Moi je me suis amuse a aller voir l’histoire du sud-soudanais Manute Bol.
          « Manute Bol (/məˈnuːt ˈboʊl/ mə-NOOT BOWL; d. June 19, 2010) was a Sudanese-American professional basketball player and political activist. Listed at 7 ft 6 in (2.29 m)[1] or 7 ft 7 in (2.31 m)[2] tall, Bol was one of the tallest players in the history of the National Basketball Association (NBA).
          After he played college basketball for the Bridgeport Purple Knights, Bol was selected by the Washington Bullets in the 1985 NBA draft. Bol played for the Bullets and three other teams over the course of his NBA career, which lasted from 1985 to 1995. A center, Bol is considered among the best shot-blockers in the history of the sport and is the only NBA player to retire with more career blocked shots than points scored. As of March 2024, he ranked second in NBA history in blocked shots per game and 16th in total blocked shots.
          Bol was notable for his efforts to promote human rights in his native Sudan and aid for Sudanese refugees… »
          https://en.wikipedia.org/wiki/Manute_Bol

      • Stanislas Siyomana

        @W
        Vous dites que vous n’y voyez «  qu’une tempête dans un verre d’eau… » alors qu’il y aurait une amende d’un demi-million de dollars americains a payer, interdiction de participer dans des competitions internationales et que l’auteur de l’opinion dit bien « 3. Le dynamisme de Dynamo, sa technicité, son ascension vertigineuse, tel un avion en vitesse de croisière, viennent de voler en éclat à cause d’un manque de réalisme politique, le « Real politik », dans la gestion des affaires politico-sportives… »

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La Crédibilité de la Ceni en Jeu

Le train des élections de 2025 (communales et législatives) et de 2027 (présidentielles) est déjà en marche. La Commission Électorale Nationale Indépendante (Ceni) se dit à l’œuvre. Depuis février, elle a déjà mené plusieurs activités. Le nouveau Code Électoral a (…)

Online Users

Total 3 175 users online