Mercredi 30 novembre 2022

Sécurité

Processus de Nairobi : Tous les groupes armés de l’Est de la RDC et les chefs coutumiers conviés au dialogue

05/11/2022 8
Processus de Nairobi : Tous les groupes armés de l’Est de la RDC et les chefs coutumiers conviés au dialogue
« Le Processus de Nairobi de paix à l'Est de la RDC et le Processus de Luanda de désescalade entre la RDC et le Rwanda, doivent aller de pair ».

En visite au Burundi, ce vendredi 4 novembre, l’ancien président kenyan, Uhuru Kenyatta en même temps facilitateur désigné de l’EAC pour piloter le Processus de Nairobi de paix à l’Est de la RDC, a rencontré le président de la République du Burundi, en même temps président du Sommet des Chefs d’État de l’EAC.
En visite au Burundi, ce vendredi 4 novembre, l’ancien président kenyan, Uhuru Kenyatta en même temps facilitateur désigné de l’EAC pour piloter le Processus de Nairobi de paix à l’Est de la RDC, a rencontré le président de la République du Burundi, en même temps président du Sommet des Chefs d’État de l’EAC.

Après un long tête-à-tête à Ntare House, la présidence de la République du Burundi, ils ont annoncé que le prochain round du dialogue dans le cadre de ce processus se tiendra le 15 novembre à Nairobi et verra la participation des chefs coutumiers en plus des différents groupes armés pour cette grand-messe.

Mais il y a une épine dans le pied de ce Processus de Nairobi : la reprise des hostilités avec le M23 au moment où la plupart des groupes armés manifestent la volonté de se mettre autour de la table pour dialoguer.
« Le chemin est encore long, quand on apprêtait à compléter l’envoi des troupes de la Communauté Est Africaine pour aider au retour à la paix à Est de la RDC, il y a eu ces combats auxquels on ne s’attendait pas avec le M23. Cela nous fait de la peine. Cela nous fait mal mais ce n’est pas un frein au vu du chemin parcouru », regrette le président Evariste Ndayishimiye.

Pour Sud-Kivu, fait remarquer le président Ndayishimiye, c’est proche du Burundi, on s’en occupe. « Différents groupes dont les Maï-Maï et autres Gumino ont pour le moment arrêté les hostilités et je me réjouis du fait que la plupart de ces groupes armés ont accepté de se joindre et d’intégrer le Processus de Nairobi et c’est pourquoi à mon avis, il faut associer à ce dialogue les chefs coutumiers pour qu’ils prennent part à ce Processus de Nairobi parce que bon nombre de ces groupes se réclament défenseurs de leurs communautés », fait savoir le président du Sommet des Chefs d’État de l’EAC.

De notre côté comme Communauté Est Africaine, insiste le président Ndayishimiye, si nous parvenons à contenir et faire cesser les hostilités menées par les différentes bandes d’hommes armés, même d’autres groupes n’auront pas de champ libre pour mener leurs attaques.

« Différents pays sont en train d’envoyer leurs troupes à l’Est de la RDC et la population congolaise fait confiance à ces forces de la Communauté Est Africaine », s’est félicité le président Ndayishimiye.

« On commençait à s’inquiéter pour l’envoi des troupes kenyanes mais maintenant c’est fait et je tiens à rendre hommage au président William Ruto pour ce geste ».

« Donner la chance à la paix »

L’ancien président kenyan, Uhuru Kenyatta, aujourd’hui Facilitateur désigné de la Communauté Est Africaine pour piloter le Processus de Nairobi de paix à l’Est de la RDC se réjouit des avancées enregistrées au Sud-Kivu et se dit attristé par la reprise des hostilités par le M23. Il appelle les parties concernées au cessez-le-feu et au dialogue.

Pour le Sud-Kivu, souligne ce facilitateur désigné de l’EAC pour piloter le Processus de Nairobi de paix à l’Est de la RDC, les rapports qui me parviennent sont encourageants et je tiens à féliciter la présence des troupes burundaises et le travail accompli dans cette région.

« Le problème crucial est cette reprise des hostilités au Nord-Kivu. C’est une situation désolante parce que la guerre n’a jamais été une solution. La solution aux problèmes auxquels nous faisons face et posés par différents groupes armés opérant à l’Est de la RDC, sera trouvée à travers un dialogue inclusif », propose cet ancien Chef d’Etat.

Il s’inscrit en faux contre toute violence : « Nous condamnons cette reprise des hostilités. Nous demandons à toutes les parties prenantes à ce conflit de déposer les armes pour donner la chance à la paix ».

Le facilitateur désigné de l’EAC pour piloter le Processus de Nairobi de paix à l’Est de la RDC a tenu à rendre hommage aux pays qui ont déjà envoyé leurs troupes à l’Est de la RDC pour la stabilisation de cette région.

« Cela va amener différents groupes avec les chefs coutumiers, comme le propose le président Ndayishimiye, à dialoguer, à mettre sur la table les revendications de chaque communauté. La solution ce n’est pas par la voie des armes et des guerres entre différentes communautés sur des bases ethniques mais c’est par un dialogue franc comme Congolais ».

L’ancien président kenyan, Uhuru Kenyatta et le chef d’Etat burundais ont émis le souhait de voir le Processus de Nairobi de paix à l’Est de la RDC et le Processus de Luanda de désescalade entre le Rwanda et la RDC, aller de pair.

« Il nous faut ramener la stabilité dans ce pays frère qui fait désormais partie intégrante de notre communauté pour renforcer notre économie afin de permettre à nos populations de jouir de la paix qui est la base de tout développement », projette le facilitateur désigné de l’EAC pour piloter le Processus de Nairobi de paix à l’Est de la RDC.

Signalons que le président de la République du Burundi, en même temps président du Sommet des Chefs d’État de l’EAC est attendu à Nairobi le 15 novembre pour prendre part à ce prochain round du dialogue annoncé entre différents groupes armés opérant à l’Est de la RDC, des pourparlers qui verront la participation des chefs coutumiers.

Notons qu’au cours de ces échanges entre le Facilitateur désigné de l’EAC pour piloter le Processus de Nairobi et le Chef de l’Etat, Evariste Ndayishimiye, le mouvement Red-Tabara hostile à Gitega et qui a des éléments dans certaines localités au Sud-Kivu n’a pas été mentionné, du moins officiellement. Avant leurs déclarations à la presse, il y a eu un long tête-à-tête.

Forum des lecteurs d'Iwacu

8 réactions
  1. Margarita

    Again and again.
    Le problème n’est pas le M23. Regardez ailleurs.
    Dites la vérité aux congolo Zairois. Ce sont nos frères.
    Nous étions si fiers quand nos parents étudaient à Lovanium ou Yangambi.
    Maintenant nous envoyons nos troupes pour mâter des rébellions multiples.
    Il a fallu 3 armées: Rwandaises, Burundaises et ugandaises pour chasser le dictateur mobutu.

  2. Samandari

    Ngarambe et Margarita disent la vérité.
    Ibindi c’est comme p…er dans le vent.
    Attaquez vous aux causes if you can.
    Ahandi ho, dans une année ou même 6 mois, je vous nommerais des commandants d’unité Ougandais, kenyans , burundais qui ont des comptoirs d’or, terres rares , etc… Ils seront riches comme Crésus au dos du pauvre Congo.
    Le Zaïre continuera d’être pillé sans vergogne .
    Vous rendez vous compte? plus de 200 groupes armés. A shame.
    Les gens, psr hypocrisy ou diplomatie ne crachent pas la vérité.

  3. Ngarambe

    Nos pays ont mal démarré. A cause des ventriotes, les personnalités qui nous ont conduits à l’indépendance ont été sauvagement assassinés. Les nouveaux colons nationaux installés ont souvent été pire que les colons blancs : divisions ethniques suivies par des tueries de citoyens innocents jusqu’à nos jours. Nos hommes politiques tant qu’ils n’ont pas compris qu’ils sont là pour améliorer le bien-être de leurs peuples, les servir et non se servir ; izo ngorane zizokwamaho. Bokwikubita agashi bagahindura ingendo amahoro yogaruka.

  4. Margarita

    Je persiste et signe. La communauté internationale appréhende mal l’insécurité à l’Est du Zaïre.
    Un pays minuscule cimmevle Burundi envoie des troupes pour combattre les groupes armés. Pourquoi la Monusco et l’armée zairoise ont échoué?
    Mauvaise gouvernance et corruption. Full Stop.
    East African armies are they going to implement good governance and wipe corruption? No.
    Kubera iki groupes armés zifata imbunda?

    • Don't worry

      @Margarita
      Se battre avec le M23 est une question de détermination. La Tanzanie lui a une fois donné un coup au cul, et il a couru se cacher chez ses sponsors sans vergogne.

      • Claypton

        @ Don’t worry , La Tanzanie et L’Afrique du Sud avaient pour mandat de s’attaquer à tous les groupes armés mais ils se sont attaqués uniquement aux M23 et patatra..ça reprend 10 ans plus tard ..tout observateur lucide devrait conclure que ce n’était pas la bonne méthode et si EAC retombe dans ce piège le résultat sera le même sauf que cette fois ci le M23 semble avoir tirer les leçons du passé et que la géopolitique n est plus la même…

        • Mwana wa Adam

          Kuri Margarita Samandari na Ngarambe,

          Mwirengagiza amateka muyazi 1.M23 +abanyamulenge s’abakongomani.
          2.U Burundi nta choix bufise svp butegerezwa gufasha nos frères congolais mwebwe ivyo murondera turabizi kandi mu mumenye ko Congo atari Uganda mwifatiye.
          3.Mwama mwiyumvira ko muri hejuru muri vyose buca congo ibavugutira umuti iyo corruption mwitwaza iri kwisi yose.
          A bon entendeur .

          • Maragarita

            Uti corruption iri kw isi yose au meme titre que le Zaire et le Burundi?
            Pathetique.
            Le Burundi, Rwanda, Congo et Uganda sont des pays frères. Si le Congo était un pays développé comme le Ghana, tous les pays limitrophes en profiteraient et il les tirerait en haut

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Je suis Misago. Ou presque

Après sa tribulation, sa réapparition, lundi 21 novembre vers midi après deux jours d’inquiétude, suivi d’une sorte d’arrestation par des agents du Service national de renseignements (SNR) dans les montagnes ’’sacrées’’ de Magara, devenues un lieu de pèlerinage pour quelques (…)

Online Users

Total 2 003 users online