Vendredi 15 octobre 2021

Société

ONLCT : «Les maisons de trafic d’êtres humains seraient légions à Bujumbura»

16/12/2020 Commentaires fermés sur ONLCT : «Les maisons de trafic d’êtres humains seraient légions à Bujumbura»
ONLCT : «Les maisons de trafic d’êtres humains seraient légions à Bujumbura»
Me Prime Mbarubukeye : « L’Etat doit prendre le problématique au sérieux pour que son silence ne soit pas confondu à la complicité »

Dans son point de presse ce mardi 15 décembre, l’Observatoire national pour la lutte contre la criminalité transnationale (ONLCT), indique qu’il y aurait beaucoup de maisons facilitant le trafic d’êtres humains à Bujumbura. Cette association se dit inquiète face à cette situation et appelle les administratifs à être rigoureux pour endiguer ce fléau.

D’après Me Prime Mbarubukeye, représentant légal de l′association ’’ONLCT-Où est ton frère ?’’, ces victimes seraient rassemblées, avant leur départ, dans des quartiers résidentiels hors soupçons, comme Rohero, Kiriri, Asiatique, Kajaga, Mutanga Nord et Sud et beaucoup d’autres.

Au moment où les frontières aériennes étaient fermées suite à la pandémie du coronavirus, avance Me Mbarubukeye, le nombre de victimes a diminué, même si les trafiquants ont choisi ces moments pour réunir plus de «proies» dans des maisons éparpillées ici et là dans la ville de Bujumbura.

L’association ONLCT déplore malheureusement le fait que la plupart de ces victimes sont appréhendées étant déjà en possession de documents de voyage en bonne et due forme, « ce qui est très incompréhensible dans l’entendement de l’opinion publique »

Il demande au gouvernement de rester vigilant, et surtout pendant ces fêtes de fin d’année car, les trafiquants ont eu le temps de rassembler des gens au vu des mois passés l’Aéroport International Melchior Ndadaye étant fermé suite à la covid-19.

Le représentant légal de l’association ONLCT appelle les administratifs locaux et les leaders communautaires à la base à être l′œil et l’oreille de l’État, pour que leur silence ne soit pas qualifié de complicité avec les trafiquants.

Il demande que cette problématique de trafic d’êtres humains soit prise au sérieux par l’application stricte des lois portant prévention et répression de la traite au Burundi. Il en appelle à la fermeture des maisons favorisant ce trafic.

L′association ONLCT condamne avec énergie cette forme d’esclavagisme moderne, qui s’amplifie notamment avec l’ouverture de l’aéroport Melchior Ndadaye et dépouille le pays de ses femmes et filles.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Garder un œil, un seul, sur le Burundi

Malgré ses rapports sur les violations des droits de l’Homme au Burundi qu’une certaine opinion trouvait ’’pertinents, fouillés, documentés’’, au moment où une autre classe les qualifiait de ’’biaisés, de politiquement orientés, de nuls et de nuls effets’’, la Commission (…)

Online Users

Total 1 072 users online