Mercredi 08 décembre 2021

Santé

Journée internationale du cancer du sein : il est le plus fréquent au Burundi

20/10/2021 Commentaires fermés sur Journée internationale du cancer du sein : il est le plus fréquent au Burundi
Journée internationale du cancer du sein : il est le plus fréquent au Burundi
“Le caractère génétique et les hormones (œstrogène) sont les principales causes” @Droits réservés

Dans l’unique Centre d’oncologie au Burundi de l’hôpital CMCK, le constat amer est que les malades du cancer du sein sont les plus nombreux par rapport aux autres cancers. La plupart des patients souffrant du cancer du sein viennent à un stade avancé. Le médecin du centre appelle les gens à se faire dépister à temps.

« Sur 180 patients adultes souffrant du cancer, plus de 90 souffrent du cancer du sein », a fait savoir Dr Jean de Dieu Nziyumvira du Centre d’oncologie de l’hôpital CMCK. Il ajoute qu’aujourd’hui, ce cancer peut se manifester chez les filles ou les femmes de moins de 20 ans mais la tranche d’âge la plus touchée se situe entre 40 et 60 ans. Le Dr Nziyumvira indique qu’ils ont déjà traité trois hommes qui souffrent du cancer du sein, des cas rares.
Le patient du cancer du sein est traité par une chimiothérapie, par une chirurgie et une radiothérapie. Il est curable quand il est soigné à temps.

Le cancer du sein se manifeste souvent par une bosse perceptible au toucher, une augmentation anormale et soudaine de la taille du sein, une crevasse en forme de sillon, des veines palpables et visibles, des écoulements mammaires, aspect de « peau orange », une inversion ou des lésions sur le mamelon, une douleur au niveau du sein et une rougeur sur le sein.
« Les malades se font soigner étant sur un stade avancé et dans ce cas, le traitement n’est plus curatif », souligne Dr Nziyumvira. Il appelle les femmes à adopter une habitude d’autopalpation et de ne pas considérer le sein comme un organe tabou.

Du côté financier, le chemin est encore long puisque les assurances privées ne prennent pas en charge leur affiliés quand elles souffrent du cancer. Les indigents sont assistés par le ministère de la Solidarité dans ce centre d’oncologie de l’hôpital CMCK

Le caractère génétique et les hormones (œstrogène) sont les principales causes. L’infertilité et le célibat endurci font partie des facteurs de risque.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’entrée de la RDC dans l’EAC, quelles opportunités ?

Depuis son investiture, le 24 janvier 2019, le président Félix Tshisekedi s’est donné comme priorité d’axer sa politique régionale sur la coopération et l’intégration. Il s’est aussi engagé à travailler étroitement avec ses pairs afin de rétablir la paix et (…)

Online Users

Total 3 895 users online