Samedi 18 septembre 2021

Politique

« Ils ont aussi des droits! »

Après expérimentation de la prison, Bob Rugurika relève les lacunes dans le système carcéral burundais. Il plaide pour les droits des prisonniers.

Bob Rugurika : « Au moins 75% des détenus sont injustement, illégalement et irrégulièrement incarcérés.» ©Iwacu
Bob Rugurika : « Au moins 75% des détenus sont injustement, illégalement et irrégulièrement incarcérés.» ©Iwacu

« Je demande que l’autorité judiciaire soit consciente que le prisonnier a droit à une vie digne ». C’est la remarque principale que formule le directeur de la Radio publique Africaine, une semaine après sa sortie de prison.

Il se dit écœuré de la vétusté des infrastructures. « Imaginez-vous qu’à Mpimba, les canaux d’évacuation des eaux usées passent devant les chambres ! » Il regrette l’exiguïté de la prison de Muramvya et surtout l’insuffisance des latrines dans ce pénitencier. De tout quoi, Bob Rugurika demande à l’Etat burundais la construction des infrastructures « dignes d’abriter des êtres humains ».

Le directeur de la RPA se dit aussi désarmé face à une population carcérale pléthorique : « Les prisonniers vivent comme des oiseaux. Ils dorment à la belle étoile, notamment au quartier dit « prévenu » de Mpimba. » Si l’on en croit toujours ses témoignages, la situation est pire à Muramvya : les prisonniers dorment à même le ciment et passent la nuit pelotonnés les uns contre les autres.

Bob Rugurika alerte sur la vulnérabilité de la plupart des détenus, une situation consécutive à l’insuffisance de la ration alimentaire et des médicaments. Plus inquiétant encore, souligne-t-il, c’est que la prison de Muramvya ne dispose pas de véhicule pour l’évacuation des malades en temps utile.

Bob Rugurika dit qu’il a été particulièrement frappé par la solidarité des prisonniers, notamment pour ce qui est du soutien qu’ils témoignent à ceux qui passent de longues périodes sans recevoir une visite de leurs proches. Sur ce, il invite les hommes de bonne volonté à fournir une assistance matérielle aux prisonniers, en complément aux œuvres de la miséricorde corporelle de Caritas. Sans oublier les œuvres de la miséricorde spirituelle des aumôniers.

Les dossiers, un casse-tête

Il s’en prend particulièrement aux différentes irrégularités dans le suivi judiciaire des dossiers. C’est notamment l’incarcération sans dossier administratif ni judiciaire, le retard dans la signification des jugements entraînant la détention arbitraire des prisonniers pourtant relaxés par la justice, le manque d’information par les intéressés de l’état d’avancement de leurs dossiers judiciaires.

Sur ce, il salue l’action de l’Aprodh auprès des prisonniers et conseille au ministère de la Justice de ne pas diluer l’influence de l’Aprodh auprès des prisonniers.

A l’observation que l’amélioration des conditions carcérales demandent beaucoup de moyens financiers que le ministère de la justice ne peut pas facilement collecter, Bob Rugurika rétorque : « Ce n’est pas un problème de budget. C’est un problème de priorité ». Et de marteler que les décideurs ne sont interpellés sur les dures conditions carcérales des détenus que quand ils sont écroués.

Signalons que Bob Rugurika définit la prison comme « un lieu de recueillement où les prisonniers découvrent les tristes réalités de la vie et où ils vivent réellement les injustices commises par les individus qui devraient leur rendre justice. »

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. kAGANJI

    Ah!! ijoro ribara uwariraye!! Au moins cette fois-ci tu viens de dire qlq chose qui a du sens. izo nizo dossier mwogovye guterera pour amérioler la vie de la population. kuko na les prisoniers n’abarundi nkabandi. ça mérite une attention particulière. Merci aho abrundi tuzobakurikira twese. Komera

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19, faut-il en rire ou en pleurer ?

”Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés’’… La Covid-19 (puisqu’il faut l’appeler par son nom) continue de peupler nos hôpitaux-mouroirs, ces lieux de transit pour Mpanda et autres Ruziba, nos dernières demeures. Et nous continuons d’y accompagner, en (…)

Online Users

Total 1 399 users online