Santé

Gitega : Une étrange maladie frappe les porcs

03/12/2019 Jean Noël Manirakiza Commentaires fermés sur Gitega : Une étrange maladie frappe les porcs
Gitega : Une étrange maladie frappe les porcs
Les porcs meurent chaque jour d’une maladie non encore identifiée.

Plusieurs éleveurs ont déjà perdu leurs bêtes suite à une maladie non encore identifiée. Ils appellent les services d’élevage à intervenir le plus rapidement possible.

Dans les communes Bugendana et  Mutaho, les éleveurs ont la  peur au ventre. Ils  se demandent si leurs bêtes ne vont pas succomber à une maladie  qui reste jusqu’ici mystérieuse  et que  personne n’a pas encore identifiée.  Selon les habitants qui ont vu leurs porcs mourir sans rien y faire, l’animal commence à perdre l’appétit, la température corporelle monte en flèche, les oreilles perdent le poil et au bout de deux jours le porc succombe.

« Quand je me lève tôt le matin,  la première chose à faire est d’aller  inspecter si tous mes porcs sont tous debout. Si je n’entends pas de grognement dans la porcherie  mon cœur cesse de battre  », a  confié  un habitant de Bugendana  rencontré au chef-lieu de la commune.

Les habitants de Bugendana et Mutaho rencontrés sont toujours  inquiets. Il ne se passe pas un jour sans que quelqu’un de l’entourage  ne signale qu’une ou deux de ses bêtes ne mangent plus et ne peuvent plus se tenir sur leurs pattes.

« Ce qui nous angoisse  plus, c’est d’entendre que même le vétérinaire communal  a perdu tous ses porcs. Dans ce cas, nous  doutions qu’elle ne serait pas une maladie nouvelle qui résiste à tous les médicaments », souligne une femme qui affirme avoir perdu tous ses 7 porcs en un seul jour. D’après ces hommes et femmes éleveurs, la situation est  d’autant plus inquiétante dans la mesure où ni l’administration ni les services d’élevage ne sont en mesure d’identifier cette maladie. Le seul geste qu’ils ont pu faire, c’est d’interdire un moment la vente et l’abattage des porcs mais que cette interdiction  n’a duré  qu’une semaine sans fournir aucune autre justification. Les grillades de porcs étaient servies  à qui veut manger dans les bistrots ce mardi 26 novembre.

                      Attente des  résultats du laboratoire

Contactée, la direction  provinciale de l’Agriculture, l’Environnement et de l’Elevage à Gitega dit que pour le moment cette  maladie n’est pas généralisée dans toutes les communes ou sur plusieurs collines de  la province de Gitega. « Nous avons envoyé des échantillons dans le laboratoire à Bujumbura pour  faire des diagnostics et nous attendons les résultats», a lancé le directeur provincial de l’Agriculture, l’Environnement et de l’Elevage tout en promettant de donner plus de  détails prochainement.

Actuellement, la population  est déboussolée. Elle ne peut pas préciser  si c’est une pandémie ou une maladie  ordinaire .Mais ce qui est vrai, c’est qu’aucun médicament n’est venu à bout de cette attaque mystérieuse qui a laissé des pleurs et du chagrin dans beaucoup de ménages de Bugendana et Mutaho. En attendant, les bouchers et  les commerçants spéculent sur la vente des porcs. Pour les uns, il faut faire vite en se débarrassant des animaux encore sains pour ne pas perdre tout avant que cette maladie ne se généralise. Et pour les autres, il ne faut pas  dépenser beaucoup d’argent et surtout ne pas acheter plus car ils ne sont pas sûrs si la situation ne pourra pas être chaotique, si par malheur on  déclare les porcs invendables ou  interdits à l’abattage.

« J’ai un mauvais souvenir de la maladie qui a attaqué les chèvres ici même à Bugendana. J’avais plus de vingt chèvres destinées à vendre mais quand la zone a été mise en quarantaine j’ai tout perdu, l’argent et les bêtes », a déclaré un commerçant de Bugendana. Et aux éleveurs de déplorer : «  Nous sommes obligés de brader notre élevage, nous ne savons pas ce que demain nous réserve ! »

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

Le second souffle souffre…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Le second souffle souffre…

Effets dominos ou exécution des injonctions venues d’ « en haut ? » La question est sur toutes les lèvres après que différents administratifs ont pris des mesures presque identiques. « Les débits de boisson sont ouverts de 17 h (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 406 users online