Vendredi 19 avril 2024

Sports

FEBABU : Une conférence de presse qui n’a pas convaincu les amoureux du Ballon orange

FEBABU : Une conférence de presse qui n’a pas convaincu les amoureux du Ballon orange
Pour le président de la Febabu, le chiffre d’affaires exact de la Febabu est de 270 millions de francs burundais et non 72 milliards comme le rapport d’audit l’écrit.

Le vendredi 22 mars 2024 à Bujumbura, le président de la Fédération de basket-ball du Burundi (Febabu) Jean-Paul Manirakiza, a animé une conférence de presse pour répondre aux préoccupations soulevées par les journalistes notamment sur un rapport d’audit sur la fédération et la disqualification du Dynamo BBC lors du tournoi de la Basketball Africa League (BAL). La soif est restée.

Plusieurs questions ont été posées par les journalistes mais deux principales questions ont dominé la conférence, à savoir la disqualification du Dynamo et le rapport d’audit pour l’année 2023 sur le fonctionnement de la Febabu.
En ce qui concerne le rapport d’audit, le président de la fédération a révélé que la maison d’audit a commis des erreurs, notamment en annonçant un chiffre d’affaires de 72 milliards de francs burundais, alors que le chiffre correct est de 270 millions de francs burundais. Et d’ajouter que l’audit n’avait pas été autorisé par l’Assemblée générale de la Febabu et que le rapport complet n’a jamais été reçu.

Quant à la responsabilité de la Febabu dans la disqualification du Dynamo BBC de la BAL 2024, M. Manirakiza a admis que le club avait signé un contrat stipulant qu’il devait porter le maillot de la BAL avec le sponsor officiel. Cependant, il s’est défendu en disant qu’il ne savait pas que les maillots porteraient l’inscription Visit Rwanda car le sponsor n’était pas clairement identifié dans le contrat signé entre la Febabu et la BAL.

S’exprimant sur les sanctions à l’encontre de Dynamo à la suite de ce forfait, la réponse a été que la Febabu n’en été encore informée par la Fiba.
Des réponses qui, visiblement, n’ont pas convaincu les fans du basketball burundais puisqu’elles semblent insatisfaisantes. Des interrogations sont en effet restées dans l’esprit des gens. Pourquoi par exemple la correspondance très tardive de la Febabu demandant aux joueurs de Dynamo de jouer avec leurs maillots et non ceux avec l’inscription Visit Rwanda ?

D’autres questions ont également été soulevées telles que la date de début du championnat de basket-ball ; les paiements non effectués aux arbitres par la Febabu ; les démissions de certains membres du Comité exécutif de la Febabu ainsi que le processus de nomination de nouveaux membres intérimaires.

Forum des lecteurs d'Iwacu

4 réactions
  1. Anonyme

    Même si le ridicule ne tue pas, je me demande pourquoi il est encore en fonction…
    Ses décisions loins d’être patriotiques, elles relèvent de la médiocrité. Son piston devrait agir sinon il est aussi complice de cette promotion de la médiocrité ? L’audit ? C’est juste l’argent qu’ils se partagent indignement. Mais, si ces jeunes avaient eu la chance de briller, des marchés potentiels auraient été conclus, et le Club et la FEBABU auraient trouvé beaucoup plus d’argent à se partager dignement.

  2. Jean Pierre Hakizimana

    Seul au Burundi, un pays où même l’auditeur fait tout sauf la comptabilité. Même un enfant de la cinquième année primaire sait très bien qu’il y a une difference entre 72 milliards de FBU et 272 millions de FBU!

    Comme je l’avais dit ailleurs, Il y a une place spéciale en enfer pour les gens qui se rêvent tous les matins et mettent tous leurs efforts pour tuer le rêve des jeunes esprits Burundais! Car des gens ont décidé d’ôter une chance bien méritée de jouer, se mesurer contre d’autres jeunes Africains, devant des recruteurs internationaux, dont ceux de la NBA compris, aux enfants Burundais. Ça c’est un crime contre ces jeunes!

    @Gacece, non il y a pas de mystère. Par contre ajouter des propos pour brouiller la réalité c’est ajouter à la tragédie Burundaise. Allez parler à ces jeunes joueurs Burundais, je peux parier que vue comment ils sont travaillé pour arriver en Afrique du sud, leur point le plus haut de leur carrière de joueurs de Basket, CE N’EST PAS EUX QUI ONT CHOISI DE NE PAS JOUER! Surtout des âmes qui sont plein qu’esprit compétitif.

    J’aurais aimé d’entendre le point de vu de ces enfants. Je pense que Iwacu devrait essayer de nous éclairer la dessus car je pense que cette histoire est un métaphore du mal Burundais. L’histoire personnelle a besoins d’être racontée si on veut qu’un jour le Burundi sort la tête de cette noyade.

    • Gacece

      @ Jean Pierre Hakizimana
      «… à la tragédie Burundaise. »? Vous n’y allez pas un peu fort là?

      J’ai donné des arguments légitimes, de mon point de vue en tout cas. Il n’y a personne qui va me convaincre que les joueurs d’une compétition récupèrent leur uniforme en débarquant de l’avion… ou au tout début de la compétition! Est-ce que toutes les équipes de la compétition ont eu le même traitement?

      Et si Dynamo avait reçu les uniformes (ou un exemplaire de l’uniforme si vous préférez) avant, toute cette « tragédie » n’aurait pas eu lieu puisqu’ils n’auraient même pas pris l’avion pour se rendre en Afrique du Sud. Il y a eu des magouilles à tous les niveaux, de tous les côtés. Alors, comme je l’ai écrit, ne cherchez pas un seul coupable : ils le sont tous.

      Les jeunes joueurs ont malheureusement été victimes d’une mauvaise gestion d’une situation prévisible.

  3. Nshimirimana

    Qui voudrait s’associer à nous pour offrir un prix à ce président ? Il s’agirait d’un jeu appelé « les charlatans de belcastel ». Un jeu trop drôle !

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Déceptions

Par Léandre Sikuyavuga Menaces, calculs ou pur suivisme ? L’Assemblée nationale vient d’adopter presque à l’unanimité le projet du Code électoral. Seuls deux députés ont émis leurs objections. Ce Code qui va régir les prochaines élections avait pourtant suscité moult réactions (…)

Online Users

Total 3 299 users online