Mercredi 29 mai 2024

Sports

Éducation physique sportive : en péril au secondaire

04/04/2024 Commentaires fermés sur Éducation physique sportive : en péril au secondaire
Éducation physique sportive : en péril au secondaire
L’EPS, mésestimée par certains responsables scolaires

Les enseignants sur le terrain affirment être confrontés à de nombreux défis. Ils expriment de vives inquiétudes quant à l’avenir du cours d’éducation physique au secondaire soulignant divers problèmes, notamment la fusion du cours d’éducation physique avec d’autres cours, le non recrutement de nouveaux lauréats, la réduction du nombre de séances, …

Dans les milieux scolaires burundais, certains éducateurs physiques se posent des questions sans trouver des réponses satisfaisantes. Ils expriment leur mécontentement, en particulier à l’égard du programme actuel des cours au secondaire.

Certains affirment se sentir trahis par les concepteurs du programme, qui ont fusionné le cours d’EPS avec celui de nutrition pour créer un cours nommé « Sport et santé ».

Un éducateur a souligné que les séances d’EPS ont été considérablement réduites, certaines sections n’ayant plus qu’une seule séance de 45 minutes. Pour pallier cette courte durée de travail, il est contraint de compléter par des séances de chimie et de biologie, sous peine de risquer des sanctions.

Par ailleurs, les enseignants au secondaire indiquent que dans certaines nouvelles sections comme les mathématiques et les statistiques, l’EPS n’est pas incluse dans le programme. Cette situation contraste avec celle de l’école fondamentale, où les éducateurs physiques et sportifs qualifiés se font rares.

Le cours moins considéré

En outre, une jeune éducatrice physique déplore que, dans certaines écoles, des lauréats de la faculté des lettres et sciences humaines dispensent le cours d’EPS.

Certains directeurs minimisent l’importance de l’EPS en le réduisant à la simple course à pied, pensant que n’importe quel enseignant est capable de l’enseigner. Cette vision réduit la priorité du recrutement des éducateurs physiques dans les écoles secondaires.

Par exemple, dans toute la province de Rutana, A.M, un éducateur physique, affirme qu’il n’y a eu qu’au plus cinq lauréats recrutés dans cette province depuis 2013. Certains estiment que le cours n’est pas considéré car aucune section n’est évaluée lors de l’examen d’Etat.

Face à ces défis, les sources interrogées appellent leurs aînés à profiter de cette année 2024, pour organiser des débats enrichissants afin de trouver des solutions, d’autant plus qu’elle marque l’année jubilaire de l’Institut d’Education Physique et des Sports qui les a formés.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La Crédibilité de la Ceni en Jeu

Le train des élections de 2025 (communales et législatives) et de 2027 (présidentielles) est déjà en marche. La Commission Électorale Nationale Indépendante (Ceni) se dit à l’œuvre. Depuis février, elle a déjà mené plusieurs activités. Le nouveau Code Électoral a (…)

Online Users

Total 3 159 users online