Mardi 27 juillet 2021

Elections 2020

Bujumbura : Indignation des électeurs en attente des cartes

12/05/2020 Commentaires fermés sur Bujumbura : Indignation des électeurs en attente des cartes
Bujumbura : Indignation des électeurs en attente des cartes
Une foule des électeurs qui attendent leurs cartes devant les bureaux de la CECI Ntahangwa

Initialement prévue du 30 avril au 4 mai, la période de distribution des cartes d’électeurs pour les élections du 20 mai a été prolongée jusqu’au 12 mai. A moins de 24h, de la fin de cette dernière, des files indiennes des gens indignés s’observent devant les bureaux des CECI à Bujumbura.

Vers 10h, ce lundi 11 mai en zone Kamenge, commune Ntahangwa, une foule de gens attend  devant le bureau de la commission électorale communale indépendante. IIs attendent tous leurs cartes d’électeurs. Certains d’entre eux sont venus de l’intérieur du pays. Cependant, ils déplorent « la lenteur» des agents de la CECI depuis le début de la semaine passée. « Nous sommes ici depuis 5h du matin. Jusqu’à quand allons-nous rester ici ?  On n’en peut plus ! Les bureaux restent fermés, ils ne font rien.»  indique  un d’entre eux en colère.

Même son de cloche pour N.P, une dame venue de Gihanga en province Bubanza. Même si elle a été matinale, elle n’a pas espoir de pouvoir récupérer sa carte. D’ailleurs, cette dame soupçonne un agenda caché derrière ce dysfonctionnement. «C’est notre droit d’élire nos dirigeants, personne ne votera à notre place. S’ils ont décidé de ne pas nous les remettre, qu’ils nous le disent simplement.», lâche-t-elle dépitée.

La CEPI contre la prolongation du délai

Paul  est venu de Matongo en province Kayanza. Il  vient  de passer quatre jours  à faire la queue sans arriver à récupérer sa carte. « C’est inadmissible qu’un seul agent de la CECI se charge de vérifier et de distribuer les cartes pour tous les habitants des quartiers que compte la commune. En  quatre heures, il n’a donné que deux cartes». Dès lors, il demande à la CENI d’augmenter les agents pour que le travail soit rapide.

Du côté de la Ceci de Mukaza, c’est le même scenario. L’espoir d’avoir les cartes, à moins de  24 de l’échéance fixée par la Ceni, s’amenuise.  Un policier, Sur la ligne d’attente,  suggère plutôt à la CENI de prolonger la période de retrait pour  que tous les Burundais jouissent de leur droit. Une idée qu’il partage avec la plupart des personnes rencontrées sur place.

Contacté, Térence Bizimana président de la Commission électorale provinciale indépendante (CEPI) en mairie de Bujumbura a refusé toute possibilité de prolongation de cette période de retrait. Il a fustigé cette attente du dernier moment pour venir retirer les cartes. «Des dispositions nécessaires avaient été prises  pour la distribution de ces cartes mais ils n’ont pas voulu en profiter. Chaque commission communale ne dispose que cinq agents. Il leur est difficile de servir avec efficacité 30% qui n’ont pas retirer les cartes en premier temps».

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

« Nyakamwe » n’est pas seul

Cinq ans après la disparition du journaliste Jean Bigirimana d’Iwacu, sa famille porte toujours le deuil avec douleur. On sent chez elle une sorte de résignation stoïque suite à la perte de son cher fils, qui était aussi un pilier (…)

Online Users

Total 1 709 users online