http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/ICCO-15-O-22-TDRs-Evaluation-a-Mi-Parcours-MAVC-Final.pdf
Coup de chapeau à ...

La griffe Jeremie’s Production

Les débuts de la musique numérique au Burundi, c’est lui. Voici Jérémie Hakeshimana, chantre du mariage entre le synthétiseur et l’univers musical traditionnel burundais.

Ingénieur de son à Anvers (Belgique), Jérémie Hakeshimana est l'un des membres fondateurs de la Radio Fréquence Menya (88,9 Mégahertz sur FM au Burundi)

Ingénieur de son à Anvers (Belgique), Jérémie Hakeshimana est l’un des membres fondateurs de la Radio Fréquence Menya (88,9 Mégahertz sur FM au Burundi) ©JimBella

Une gifle, deux, trois, plusieurs, chaque fois que le crime se reproduit : « Mais tu es sourd ou quoi ? » hurlent les deux grands-frères de Jérémie, pasteurs. Ils ne savent plus comment gérer ce bout d’homme de 7 ans, né en 1975 et grand chenapan devant l’Éternel. Imaginez : il se faufile dans le magasin des instruments de musique de l’Église Pentecôtiste de Kibenga pour jouer de la guitare, « sans autorisation ! » Et il est si facile de savoir que le petit y est passé : suffit juste de vérifier les accords des cordes …
Les gifles : Jérémie en a marre, à la fin. Il décide de se fabriquer une guitare artisanale en taillant dans un boîte 5 litres d’huile de palme industrielle « Oki », qui fera office de caisson.

A côté de maman, Marie Nzikobanyanka, agricultrice, papa s’appelle André Misigaro, technicien à l’Office national des Télécommunications – Onatel plus de trente ans durant : « Mes premiers contacts avec les fils électriques et les câbles d’alimentation viennent de lui », se rappelle Jérémie d’un père qui n’est plus. « Il avait un surnom : Camarade. Il était très cool, surtout quand il jouait de l’ikembe lors des fêtes. » De quoi renforcer la réputation des natifs de l’Imbo, cette région du Burundi qui borde le lac Tanganyika et où l’on chante les vertus de la vie joyeuse au rythme de poisson braisé malmené à la pâte de manioc froide (uburobe).
La famille, qui comprend sept enfants, vit à Kanyosha, au sud de Bujumbura. « Tout cela, ce sont les racines de mon aventure dans la musique  » explique l’artiste, toujours souriant après 7 ans d’absence au Burundi.
En cet été 2014, il est de retour pour participer à la levée de deuil définitive de son père.

La rencontre avec les aînés

Jérémie donc. A 12 ans, il est à la tête de la chorale (et en profite pour y débusquer sa future épouse … ). Un missionnaire suédois lui apprend les bases de la guitare professionnelle. Avant de s’approprier l’instrument à 15 ans, dans la riche bibliothèque musicale de Minani Jonas, directeur d’alors de l’École primaire de Kibenga (« Chez Johnson »). A 17 ans, il rencontre le directeur de l’Orchestre national Muco Wera, qui l’introduit aux grands musiciens burundais d’alors pour une longue formation.
En 1993, il sera recruté dans le projet « Campus pour Christ » lancé par les églises protestantes pour une campagne nationale d’évangélisation avec musique et cinéma : « J’y joue pour la première fois à la guitare électrique. »

« Digitaliser les sons burundais ! » Il répète ces mots, le visage illuminé, « une urgence, et il y’a tellement à faire. » Tout commence dans les concerts-live de la seconde moitie des années 1990 : « Chaque fois que je jouais des instruments traditionnels, le public devenait froid », se rappelle-t-il. A la Télévision nationale, même complexe quand les vieux musiciens passent : le jeu est sans éclat, les mines sont amorphes, accentuant chez les citadins le malaise face à cette musique « dépassée. » Pour Jérémie, par contre, « chaque musicien traditionnel me renvoyait à l’image de mon père avec son ikembe. » Pour rendre hommage à la figure paternelle, et apporter plus de vie dans le domaine, il entreprend de créer une banque de sons de tous les instruments de musique burundais : ikembe, indonongo (ou indingiti), ingoma, umuduri, inanga, etc. Le raisonnement est simple : « S’il est possible de jouer du saxophone avec un synthétiseur, cela l’est également avec les instruments burundais. Il suffit juste de les sampler, c’est à dire créer le maximum de sons produits et les enregistrer numériquement. » Cette quête des sonorités burundaises débordera vers le quotidien des foyers ruraux : les bruits que font les vaches qui vont paître, ou lors d’une coupe du bois, ou quand le pilon broie du manioc …
Le projet dénommé « Rythmes Didizo », offrira le premier spectacle à l’Institut Français du Burundi en 2006, avant que l’artiste ne quitte le Burundi pour une formation en Espagne. son travail de recherche a notamment été salué par le cinéma, puisque Jérémie composera la bande-son du court-métrage Na Wewe nominé aux Oscars en 2011.

Puis la guerre. Bujumbura se divise, il y coule du sang. En 1995, alors que les sans-échecs et autres mouvements de jeunes tuent, violent, rançonnent et sèment la terreur, les musiciens burundais décident de créer le « Lions Band. » On y croise le futur président de l’Amicale des musiciens, Memba, à la batterie, le bassiste Vicky Lufombo, le chanteur Thierry Kijanya, ou le DJ Nicholas.
Le groupe est multiethnique. Il est enthousiaste. Aux citadins bercés par le bruit des rafales et autres éclatements d’obus plus ou moins lointains, le Lions Band propose le concept de « live-concert », qui survivra une dizaine d’années plus tard sous le terme de « karaoké. »

Précurseur

En 2001, parce qu’il en a marre qu’on l’apostrophe dans la rue par « Lucky Dube », du nom du célèbre rastaman sud-africain tué en 2007, qu’il interprète à merveille, Jérémie quitte les live-concert.
Entre-temps, avec deux amis croisés quatre ans auparavant à l’École Belge où il enseigne la musique, c’est la création de l’Association Menya Media, qui va se doter d’un studio de production audiovisuelle.
Puis, pour signer ses œuvres, le musicien, qui passe facilement du piano à la guitare et à la batterie lance le label Jeremie’s Production, qui va signer les premiers albums de musique numérique au Burundi.

La suite est connue : sous le nouveau label, la musique urbaine explose avec Fariouz et son cultissime Niwanyemera (Si tu m’acceptes), Lolilo avec Saga Plage, Uncle Crazy dans Ari trop sexy (Elle est trop sexy), Soso K, Utujede, Ndiza Désiré, etc. Et surtout, Jérémie Hakeshimana parvient à moderniser la musique traditionnelle en la digitalisant. Tous les groupes culturels de l’époque, de Higa (avec la célèbre Yoronimu) aux Lacs aux Oiseaux, ou encore Abagumyabanga  y passeront.
Ironie du sort : bien des années plus tard, c’est ce rêve d’adaptation de la musique burundaise à l’ère numérique qui se retrouve en procès, les chanteurs préférant désormais les sons pré-enregistrés du synthétiseur au travail manuel des instruments …

  3   Vos commentaires
  1. Caliente

    Et voilà CQFD. Même pour la musique du «monde», il fallait qu’un mukizwa vienne vous aider. Wewe ga Jérémie, ingabire Imana yaguhaye zo kuyikorera watwaye muba pagani, tu seras jugé plus sévérement, et tu sais pourquoi. Ap 19

  2. Clean PP

    Jeremie pour President! Serieusement on devrait etre fier des patriotes comme Jeremie. Pleins succes et bien merci pour cet article

  3. Kunta

    Quel coup de pub! j’espère que ce n’est pas gratuit

Publicité