Vendredi 12 avril 2024

Société

Zone urbaine de Kanyosha : Des transformateurs de courant mettent en danger la vie des gens

16/02/2024 Commentaires fermés sur Zone urbaine de Kanyosha : Des transformateurs de courant mettent en danger la vie des gens
Zone urbaine de Kanyosha : Des transformateurs de courant mettent en danger la vie des gens
Ce transformateur à Gisyo a emporté la vie d’un passant le 14 février courant.

Dans la zone urbaine de Kanyosha, commune urbaine de Muha en mairie de Bujumbura, des transformateurs de courant de la Regideso emportent de temps en temps la vie des gens de cette localité ou celle des passants. Les personnes croisées demandent aux autorités de leur venir en aide en aménageant les lieux où sont implantés ces transformateurs.

En zone urbaine de Kanyosha, ces transformateurs sont installés dans plusieurs endroits. La plupart d’entre eux sont par terre ou à peu près à deux mètres de hauteur. Ils présentent un grave danger pour les habitants car ils sont implantés tout près des ménages où tout le monde peut accéder.

Le 14 février 2024 par exemple, aux environs de 15 h, dans le quartier Gisyo de cette zone, à l’endroit dit « Kugisufe », un homme qui passait a été électrocuté par l’un des transformateurs se trouvant sur les lieux.

Les habitants de Gisyo craignent pour leurs vies. Si une personne tente de s’approcher de cette installation de la mort, ils crient à l’unisson et très fort : « Éloigne-toi de cet endroit si tu ne veux pas être électrocuté !».

Ils demandent à la Regideso et aux autorités habilitées d’aménager les endroits où sont implantés ces transformateurs dans l’immédiat avant qu’il ne soit trop tard : « Ces transformateurs ont déjà emporté la vie de plusieurs personnes, y compris celle de jeunes enfants. On compte déjà aujourd’hui deux cas de morts électrocutés en un mois seulement et la Regideso ne fait rien pour nous protéger » se lamente frustré David Nikiza, un natif de Kanyosha.

Il ajoute qu’ils ont alerté à maintes reprises la Regideso, mais rien ne change : « Nous avons prévenu plusieurs fois la Regideso, et ils sont au courant de ces cas. Malheureusement, des solutions se font toujours attendre. »

À la 8e avenue du quartier Kajiji, un autre transformateur se trouvant à moins de deux mètres de hauteur sur un poteau est implanté tout juste à l’entrée de la parcelle de Gabriel Hakizimana.

Les câbles conducteurs du courant électrique de ce transfo sont dénudés. Pendant ce temps, tout près du transformateur, plusieurs gens y exercent leurs activités. Dans accidents malheureux deviennent dès lors possibles.

Les habitants des environs craignent surtout pour la vie des enfants qui passent à côté du transfo : « La vie de nos enfants est en danger, sans oublier la nôtre. Mais les enfants sont beaucoup plus exposés que nous les adultes au regard de leur insouciance. » souligne M. Kakizimana.

D’après les habitants de cette localité, lorsque la pluie tombe, les câbles du transformateur dégagent des étincelles. Du coup, personne ne passe dans les parages de peur d’être emporté.

La Regideso, quant à elle, dit que les personnes électrocutées sont des malfaiteurs qui essaient de voler quelques matériels de ces transfos : « Les gens emportés par ces transformateurs sont des voleurs qui viennent prendre quelques matériels de ces appareils, car ils sont de grande valeur. On demande à la population de nous donner un coup de main pour surveiller ces appareils, ce sont de bien commun », disent certains agents de la Regideso trouvés sur place.

Ce que David Nikiza de Gisyo qualifie de « vraiment très honteux » à partir du moment où l’on sait qu’il y a eu déjà des cas d’enfants. C’est quand ils ne vous parlent pas des hommes ivres qui viennent se soulager tout près de ces installations.

Les transformateurs implantés par terre ou à même le sol se remarquent malheureusement dans plusieurs quartiers de la mairie de Bujumbura.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Déceptions

Par Léandre Sikuyavuga Menaces, calculs ou pur suivisme ? L’Assemblée nationale vient d’adopter presque à l’unanimité le projet du Code électoral. Seuls deux députés ont émis leurs objections. Ce Code qui va régir les prochaines élections avait pourtant suscité moult réactions (…)

Online Users

Total 2 195 users online