http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/ICCO-15-O-22-TDRs-Evaluation-a-Mi-Parcours-MAVC-Final.pdf
Nos brèves

Expulsion foncière à Bururi : sit-in d’une dizaine de familles devant le bureau communal

Hommes, femmes et enfants font un sit-in devant le bureau communal, depuis une semaine.

Ils réclament une indemnisation juste et équitable pour avoir été expulsées du site d’Iteba. Ces familles s’insurgent contre l’attitude de l’administration communale qui a fait usage de la force pour les chasser du site d’Iteba, alors qu’une commission se penchait sur ce problème.
Denise Hamenyimana indique que l’Office de l’huile de palme a chassé tous ceux qui habitaient sur le site d’Iteba en 1986 sans verser aucune forme d’indemnisation. « Aujourd’hui nous voulons une indemnisation juste et équitable. »
Ces familles dénoncent l’usage disproportionné de la force par la police car certains d’entre eux ont été traînés par terre et ont été embarquée de force dans la camionnette de la commune sans considérer l’âge ou l’état de santé des personnes.

«  Elles ont eu une forme d’indemnisation »

Jean de Dieu Mutabazi, directeur général de l’Office de l’huile de palme, indique que toutes ces personnes ont eu des parcelles et des tôles comme indemnisation.
Gérard Ndikumana, administrateur Communal de Rumonge, révèle que la police a dû utiliser la force pour les chasser de ce site sur lequel sera construit des maisons pour les démobilisés. Il souligne, par ailleurs, qu’une commission est à pied d’œuvre pour chercher une solution à ce problème. Elle est composée des représentants de l’administration communale, de ces familles et ceux de l’OHP.
Signalons que ces familles expropriées ont déjà porté leur affaire auprès de l’Ombudsman pour un dénouement de ce conflit.

La commune de Rumonge connait depuis 2002 des mouvements de contestation de la population qui réclame des terres ou se dit victime d’une expropriation foncière. Précisons que le site d’Iteba de la ville de Rumonge a une superficie de plus de 7ha. Signalons que 7 personnes qui avaient été arrêtées par la police, pour avoir résisté lors de l’expulsion du site, ont été libérées, ce lundi.

Publicité