Editorial

Derrière Aaron

IWACU_hebdo_312La photo choquante de ce jeune homme ligoté, encerclé par des militaires et policiers, puis froidement abattu, a fait le tour des réseaux sociaux.

Sur ces « exécutions sommaires », on se souviendra des démentis outrés des autorités administratives, policières et militaires.

Iwacu a mené une enquête (Lire  notre dernier numéro ). Nous avons reconstitué l’itinéraire du jeune garçon, jusqu’à son exécution.

Comme celle de centaines de milliers de jeunes burundais, la vie d’Aaron Manirampa est tragiquement banale: une enfance bercée par la guerre, une scolarité chaotique, puis interrompue, le chômage, les petits boulots, un crochet dans un mouvement rebelle, la démobilisation, encore le chômage… En décembre de l’année dernière, la famille perd sa trace… Aaron est retrouvé en photos sur Facebook et autres Twitter dans les conditions que l’on sait…
Par les temps qui courent, au moment où l’actualité politique est « chaude », 3ème mandat oblige, beaucoup de nos lecteurs peuvent se demander pourquoi on s’intéresse sur ce cas.

Notre raison est simple : le respect de la vérité, des faits. Les autorités ont accusé les médias de « colporter des ragots », voire « de faire des montages » pour « salir » le gouvernement.

Loin de nous l’idée d’exonérer le fait que lui et d’autres jeunes ont pris les armes et attaqué à Cibitoke. Mais cela ne rend pas l’Etat moins responsable.

Qu’est-ce qu’il y a derrière l’histoire du jeune Aaron Manirampa ? Les Burundais ont le droit de connaître qui ont attaqué à Cibitoke, qui les a envoyés et pour quels mobiles. Mais aussi pourquoi on a éliminé ceux qui, tel le jeune homme, avaient été arrêtés.

Nous (ré) affirmons donc que des personnes arrêtées à Murwi (Cibitoke) ont été froidement liquidées. Aaron Manirampa est un cas parmi des dizaines d’autres.

Comme journalistes, nous sommes dans notre rôle dans la recherche de cette vérité qui dérange et que le gouvernement veut occulter. Nous allons continuer cette difficile quête.

  10   Vos commentaires
  1. Annabelle

    @Iwacu,
    Par respect pour ce jeune homme et sa famille, vous ne devriez pas exposer au grand jour sa photo après son décès.
    La famille est en deuil, il ne faut ajouter à cela la douleur de voir d’abord sa photo au moment du meurtre, puis de la savoir exposée dans la rue.

  2. BUCUMI

    Je ne soutiens l’exécution de qui que ce soit. Cependant il y a une chose qui m’étonne : pourquoi dans votre recherche de vérité vous vous acharnez sur le gouvernement et vous ne cherchez pas l’identité de ces personnes qui nous ont attaque avec pour but de déstabiliser le pays? On pourrait penser que derrière votre souci de recherche de juste se cachent des motivations obscures.

  3. mami

    Ariko jewe murantangaza pe, wewe ga ntiyari yazanywe n’ukwica abandi nimba atari yamaze kwica abandi? Ko wumva yaciye muri rebelion kuva kera urumva ko kari akazi kiwe kandi yari azi ko impera n’imperuka uyo mwuga atawuhevye uzomuhitana. Ivyo bigongwe vyawe ntaho bifatiye kuko ngo uworukarisha rwomumwa. Noneho ndazi ko ari campagne contre le parti au pouvoir mwatanguye kandi mubandanya, ariko muzohava mubura iyo munyikira hamwe CNDD FDD yosubira gutsinda. Mugire Imana muyitsinde nayo ahandi muzorira ndabarahiye!

    • mami,
      Ivyo biriko bivuga umuntu yaciye kuntebe y’ishure???
      Womenyera mubadutwara hatarimwo abigeze gufungwa womenyera baretse kubicira iki ko nabone bari abicanyi?Hamwe babuza abanyagihugu kwihanira mugabo bobo bakihanira kubera iki?
      Naho mubita kubandi abakoze ivyo mu cibitoke bazoteba bamenyekane naho babica kugira bafute des pistes.

  4. abruzi

    Vous ne nous apprenez rien en nous disant qu’il y a eu des combattants morts au cours d’une guerre.
    Trouvez-nous plutôt l’ information utile : qui a envoyé les rebelles attaquer le BURUNDI.
    Et n’attendez pas le début des élections(surtout pas la fin) pour le dire. Vous n’aurez pas rendu un bon service à la nation.

  5. UKURI

    Murakoze caaane kuguma mudufasha kumenya ibinyegezwa…..,Ariko Barundi,barundikazi,mwize umwuga wo kumenyesha amakuru
    Nihagera abo mwipfuza bagashika kubutegetsi,maze namwe mukaronka ababakorera nk’ibu mugira ngo muriko mushira ahabona ukuri,ntimubona ko uburundi tuzaama mundyane zitazohera???
    Icipfuzo jewe nyotewe,nuko mwofasha reta gukora amatohoza kumurwi wateye igihugu,mutubwire abaribo mutaduhenze….
    nayo ivyo kutwereka abaguye kurugamba,abo baratashe….none mwipfuza leta itange indishi y,aka babaro?Mwipfuza vy’ukuri habe iki?ikihe ciza ayo matohoz azozanira iciza leta n’abarundi tweeze muri rusangi ?
    mwibuke ko twese turi munsi y’ijuru,
    Ntituje ngaho ngo AKAGAHUZU (UBURUNDI) NGO TUGATABAGURE…..EKA YE nyabuna dufashanye mukugasanura no kugahesha isura ryiza hirya no hino

    GUKEBURA:Reta y’uburundi n’abadutwara sibo bansi b’uburundi n’abarundi.abansi nabarota batera imigumuko ,abatera igihugu,abadakunda igihugu cabo,abanebwe,…n’izindi nkozi z’ikibi zose

  6. RUBONDO

    Ndazi ko mubihaga amatama mubizi. Mu gihugu cacu hariho niiryo, ba ntirumveko….Nico gituma bigoye kumenya neza uwo kwizera.

  7. Bizos

    « CNDD-FDD ishira Imana imbere », est-il gravé quelque par à la permanence nationale du parti. Avec ce que les ténors de ce parti font ou cautionnent, on est tenté de dire : « Aba CNDD-FDD bariciriye urubanza ». On ne joue pas avec le nom de Dieu!

  8. Mudy

    Courage.ukuri kuzoja ahabona

  9. Theus nahaga

    Même si nous acceptons le cas d’une rebéllion qu’il fallait mettre hors d’état de nuire, nous sommes ici manifestement devant un cas de crimes guerre sinon plus. Une armée qui se respecte ne tue pas l’ennemi capturé. Un Etat qui se respecte ne permet pas à ses forces de l’ordre de tuer des personnes qui ont déposé les armes.
    Le gouvernement de Bujumbura doit expliquer comment ce jeune homme a pu être tué, sinon il est complice.

Publicité