Samedi 03 décembre 2022

Société

Vers la fin des cotisations forcées chez les enseignants ?

19/04/2021 1
Vers la fin des cotisations forcées chez les enseignants ?
De droite à gauche : Etienne Nkeshimana, inspecteur général du travail, Victor Ndabaniwe, président de la COSESSONA et la cheffe de cabinet du gouverneur de Rutana

Le ministère de la Fonction publique met en garde tout syndicat des enseignants qui s’arroge le droit de prélever des cotisations pour des fonctionnaires non syndiqués. La confédération, COSESSONA réfute toute responsabilité et exige une enquête.

« Nous allons prendre des mesures qui s’imposent pour juguler le problème des cotisations forcées sur des enseignants non syndiqués. Je mets en garde tout syndicat qui force les fonctionnaires sans leur accord et même un agent du ministère qui serait complice. Ils seront tous punis conformément à la loi ». Un avertissement fait ce vendredi le 16 avril par Etienne Nkeshimana, inspecteur général du travail et de la sécurité sociale au ministère de la Fonction publique.

C’était au cours d’une assemblée générale des représentants nationaux et provinciaux des syndicats fondateurs de la Fondation de logement pour le personnel enseignant, FLE à Rutana.

M. Nkeshimana parle de beaucoup de plaintes des enseignants au sujet des prélèvements des cotisations à la source sans leur consentement. D’autres, a-t-il dit, subissent une double imposition. « On ne peut en aucune manière forcer un fonctionnaire de s’affilier à une organisation syndicale. C’est une atteinte aux droits des fonctionnaires et à la sécurité publique qu’on ne peut pas tolérer dans le ’’gouvernement responsable et laborieux’’ », a-t-il insisté.

Pour Victor Ndabaniwe, président de la COSESSONA, aucun syndicat membre de cette confédération n’est impliqué dans cette affaire. Il explique qu’en 2019, les syndicats affiliés à la COSESSONA se sont engagés à éradiquer cet esprit d’imposer des cotisations pour des enseignants non syndiqués.
A cet effet, dit-il, une fiche d’identification des enseignants victimes des retenus doubles a été élaboré et envoyées dans différentes provinces et communes, pour que ceux qui le veulent, se désengagent. « Nous ne pouvons pas avaliser un tel comportement ».

Le président de la COSESSONA accuse notamment les nouvelles organisations syndicales et les cadres du ministère de la Fonction publique. « D’après nos informations, les nouveaux syndicats ont reçu l’autorisation de retenir des cotisations sur les comptes des enseignants sans présentation de la fiche individuelle d’engagement pour cotisation syndicale. Cette fiche est un outil préalable mis en place par le ministère ».

M. Ndabaniwe appelle le ministère de la Fonction publique à faire des enquêtes pour identifier et punir les personnes impliquées. Il demande une séance avec la ministre, des cadres chargés des fonctionnaires et des traitements informatiques ainsi que les représentants syndicaux pour établir des responsabilités.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Mbariza

    « M. Ndabaniwe appelle le ministère de la Fonction publique à faire des enquêtes pour identifier et punir les personnes impliquées. Il demande une séance avec la ministre, des cadres chargés des fonctionnaires et des traitements informatiques ainsi que les représentants syndicaux pour établir des responsabilités » : Très Très facile :
    1) On connaît les cadres chargés des fonctionnaires et des traitements informatiques
    2) On a le nombre de plaintes ainsi que le montant des cotisations forcées par personne
    3) Les cadres chargés des traitements informatiques connaissent qui a /ont ordonné ces retenues non désirées à la source
    4) Vérifier là où est l’argent récolté
    5) Responsabilités donc établies
    6) Sanctions prévues par la loi

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Vaciller mais avancer

Pour un journaliste, savoir que son travail est accessible à ses auditeurs, ses lecteurs ou téléspectateurs est très important. Pendant plus de cinq ans, on nous lisait comme par effraction. Pour rappel, depuis le 10 octobre 2017, les lecteurs d’Iwacu (…)

Online Users

Total 1 485 users online