Jeudi 11 août 2022

Sécurité

RDC/ Nord-Kivu : Le calvaire des déplacés

02/07/2022 Commentaires fermés sur RDC/ Nord-Kivu : Le calvaire des déplacés
RDC/ Nord-Kivu : Le calvaire des déplacés
Des déplacés fuyant les affrontements entre l’armée congolaise et le M23

La communauté humanitaire redoute que les interventions humanitaires soient aussi entravées par la persistance des violences dans le territoire de Rutshuru dans la province du Nord-Kivu, confie la Radio Okapi.

Plus de 170 mille nouvelles personnes déplacées dans les territoires de Rutshuru et Nyiragongo ont besoin d’aide humanitaire. Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) demande à qui de droit, d’accorder l’accès aux humanitaires, sans condition, pour sauver des vies et soulager les souffrances des personnes en besoin d’assistance.

Selon Okapi, les déplacés sont logés dans des écoles, des stades et d’autres espaces collectifs ou dans des familles d’accueil. Ces personnes vulnérables vivent dans des conditions alimentaires et sanitaires difficiles, disent les humanitaires.

3 530 autres ménages déplacés depuis les groupements Kisigari, Jomba et Bweza se sont installés dans des écoles, églises et autres lieux publics à Kanyaruchinya, dans le territoire de Nyiragongo, à une dizaine de km au nord de la ville de Goma.  Ils ont fui leurs villages à la suite des combats opposant l’armée congolaise FARDC au rebelles du M23 dans le territoire de Rutshuru.

Selon le président du site de Kanyaruchinta, Théo Musukula, les déplacés vivent dans une forte promiscuité : pas d’eau, pas de nourriture, ni des installations sanitaires.

Il parle d’un véritable calvaire : « Nous vivons tel que nous sommes arrivés. Pas d’eau, nous sommes dépourvus de tout. Pour manger, les déplacés passent dans des champs agricoles pour quémander. Nous vivons difficilement. Nous demandons à toutes les ONG des humanitaires, surtout au PAM, HCR, NRC et autres, de nous venir en aide d’abord avec de la nourriture. Si non, nous allons mourir ici à cause de la faim ».

Ces déplacés demandent au gouvernement congolais de tout faire pour mettre fin à cette guerre afin de leur permettre de rentrer dans leurs villages.
Le chef de bureau de OCHA en République démocratique du Congo, Joseph Inganji, a confié à nos confrères de la radio Okapi que la communauté humanitaire est en train de planifier l’assistance à ces déplacés. Il a promis la distribution de l’assistance humanitaire dès la semaine prochaine.

L’ONU alerte

Selon la représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU en RDC, Bintou Keita, la dégradation de la situation sécuritaire a conduit à l’augmentation du nombre de déplacés.
Lors de la présentation de la situation sur la RDC devant le Conseil de sécurité de l’ONU, ce 29 juin, la cheffe de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilité en République démocratique du Congo (MONUSCO) a également rapporté des attaques des forces démocratiques alliées (ADF), de la coalition des démocrates congolais (CODECO), ainsi que des attaques d’autres groupes armés en Ituri et au Nord-Kivu, écrit Okapi.

Mme Keita se dit notamment préoccupée par l’entrave à la scolarité des enfants qu’entraîne la situation, « qui n’est qu’un seul exemple de la manière dont la résurgence du M23 a perturbé la vie quotidienne d’une population civile qui a déjà souffert de l’insécurité persistante ».

Dans ce contexte sécuritaire difficile, la représentante spéciale a tenu à saluer « la réponse robuste et proactive de la MONUSCO » qui, agissant conformément à son mandat et dans le strict respect de la politique de diligence voulue en matière de droits humains, « a empêché le M23 de menacer la ville de Goma ».

Elle a rappelé qu’il incombe au Conseil de sécurité d’apporter son plein soutien aux efforts menés au plan régional pour ramener le calme entre la RDC et le Rwanda.

« J’exhorte la RDC et le Rwanda à saisir l’occasion que représente le prochain Sommet organisé à Luanda par le Président João Lourenço pour résoudre leurs différends par le dialogue », a-t-elle dit, appelant les deux pays à continuer de tirer pleinement parti des mécanismes sous-régionaux existants, tels que le Mécanisme conjoint de vérification élargi.

Rwanda : Le Royaume-Uni promet 60 millions de livres sterling pour soutenir l’éducation féminine
Cette somme a été approuvée, ce 25 juin, à l’issue du sommet des chefs de gouvernement du Commonwealth (CHOGM) à Kigali, confie Igihe.

Ce don figure dans les 217 millions de livres sterling que le Royaume-Uni s’est engagé à donner aux pays du Commonwealth pour améliorer l’éducation des femmes.

Du côté rwandais, l’argent sera utilisé pour former des enseignants et soutenir tous les programmes visant la promotion de l’éducation des filles.

Le premier ministre du Royaume-Uni, Boris Johnson, qui avait participé au sommet du Commonwealth au Rwanda, a soutenu que la meilleure façon de changer le monde est de soutenir l’éducation des filles.

« Donner à tous les enfants la possibilité d’être bien étudier pendant au moins 12 ans est la façon de construire des familles durables et fortes pour l’avenir ».

Selon le quotidien Igihe, l’argent sera reversé au Rwanda par le biais d’un programme appelé Girls in Rwanda Learn (GIRL). Il y aura des formations des professeurs d’anglais, une assistance technique et la réduction des abandons scolaires.

Kenya : La commission électorale accepte l’utilisation du registre manuel lors des élections générales

L’agence électorale a cédé, ce 29 juin, à la pression sur son projet d’utiliser le registre électoral électronique comme seul document d’identification des électeurs lors des élections du 9 août prochain, écrit Daily Nation.
La décision de la Commission électorale indépendante (IEBC) met fin à des semaines de mésententes opposant la commission aux principaux candidats présidentiels dont Raila Odinga et William Ruto. Elle a accepté d’utiliser le registre manuel, mais uniquement comme dernier recours en cas de panne technologique.

« Le registre électronique sera le principal document que nous utiliserons, mais le registre physique sera utilisé en dernier recours », a déclaré Hussein Marjan, directeur général de l’IEBC.

« On fera l’identification électronique par le biais de la biométrie, mais il devrait également y avoir ce registre manuel afin qu’on puisse également vérifier afin de savoir combien de personnes ont voté dans un centre particulier », souligne Raila Odinga, candidat présidentielle.

Le commissaire de l’IEBC, Abdi Guliye, a noté que les coordonnées GPS de tous les bureaux et centres de vote seront partagées avec les partis politiques pour garantir la transparence.

« Nous allons déployer des modems satellites pour nous assurer que nous avons une connectivité dans les bureaux de vote qui n’ont pas de connexion 3G ».

Ouganda : Museveni met en garde les hauts gradés de l’armée sur l’usage des réseaux sociaux

Le président Museveni appelle les hauts gradés à s’abstenir des commentaires sur les questions de relations internationales sur les réseaux sociaux

Le président ougandais Yoweli Museveni a empêché les hauts gradés de l’armée ougandaise y compris son fils et commandant des forces terrestres, Muhoozi Kainerugaba, de commenter les questions de sécurité et de politique étrangère sur les plateformes de médias sociaux, révèle Daily Monitor.

Des sources dans l’armée ont confié à Daily Monitor que le président Museveni a dénoncé, lors d’une réunion d’urgence avec hauts gradés de l’armée dont le chef d’état-major Wilson Mbadi et le commandant des forces terrestres Muhoozi Kainerugaba, un comportement imprudent de certains commandants de l’armée. Il les a ensuite avertis de s’abstenir de la promiscuité et de l’ivresse.

Il a demandé au commandant des forces terrestres, le général Muhoozi, et aux autres commandants de s’abstenir de discuter ou de commenter des questions de relations internationales sur les réseaux sociaux. Il leur a suggéré plutôt d’utiliser les plateformes pour discuter de sports, de questions de jeunesse, de politique et d’éducation.

Comptant un peu plus de 568 mille abonnés sur Twitter, Muhoozi est l’officier de l’armée ougandaise le plus actif et le plus prolifique sur cette plateforme. Ses commentaires au cours des derniers mois ont notamment porté garant de son soutien aux rebelles du Tigré combattant le gouvernement du Premier ministre éthiopien Ahmed Abiy, offrant de soutenir le Rwanda dans tout conflit, se félicitant d’avoir négocié un dégel des relations entre Kampala et Kigali. En février, il a twitté que « la majorité de l’humanité (non blanche) » soutenait la Russie lors de l’invasion de l’Ukraine.

Tanzanie/ Ngorongoro : Des animaux sauvages ont tué 49 personnes en 6 ans

Aire de conservation de Ngorongoro

Selon The Citizen, au moins 49 personnes ont été tuées par des animaux sauvages entre 2015 et 2021 à Ngorongoro, ce qui met en question les efforts du gouvernement de protéger les habitants vivant dans les aires protégées.

S’adressant à la presse, ce 29 juin, le directeur de la faune au ministère des ressources naturelles et du tourisme, Maurus Msuha, a fait savoir que 170 autres personnes avaient été blessées par des animaux sauvages dans le site du patrimoine mondial de Ngorongoro, tandis que 842 têtes de bétail avaient été tuées au cours de la même période.

« Nous cherchons un moyen durable de conserver le site Ngorongoro et en même temps améliorer le niveau de vie de nos compatriotes tanzaniens, surtout des communautés pastorales. Ils méritent une éducation, avoir accès aux installations sanitaires, l’eau, l’électricité et autres services ». Et d’ajouter que le gouvernement organise actuellement une réinstallation volontaire des résidents de Ngorongoro dans le district de Handeni à Tanga.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Pénurie du carburant. La voie lacustre serait un soulagement

Les pénuries épisodiques de carburant n’ont rien de nouveau au Burundi. Mais celle que nous vivons se distingue des précédentes par sa longueur et sa gravité qui compliquent encore davantage le quotidien de la population. Devant des stations-services, à sec (…)

Online Users

Total 1 052 users online