Jeudi 25 avril 2024

Politique

Revue de la presse régionale

28/08/2023 Commentaires fermés sur Revue de la presse régionale
Revue de la presse régionale
Robert Kyagulanyi (Bobi Wine) : « La communauté internationale ne devrait pas considérer les droits des homosexuels comme les seuls droits en Ouganda »

De la RDC à l’Ouganda en passant par la Tanzanie et le Rwanda, l’actualité de la semaine a été variée dans la sous-région. Au Rwanda, Paul Kagame menace d’emprisonner des pèlerins prêchant la pauvreté. En Tanzanie, des politiques appellent à l’amendement de la constitution. Pour l’opposition ougandaise, les droits de l’homme ne se limitent pas seulement à ceux des homosexuels.

Ouganda : L’opposition accuse la Banque mondiale de se soucier seulement des droits des homosexuels

Le chef de l’opposition ougandaise, Robert Kyagulanyi, alias Bobi Wine, accuse la Banque mondiale de défendre de manière sélective les droits des homosexuels et d’ignorer les autres. C’est après que cette banque a suspendu ses prêts et financements au gouvernement ougandais suite à la promulgation de la loi anti-homosexuelle, écrit The East African.

Pour lui, les mêmes sanctions devraient être imposées au gouvernement du président Yoweri Museveni en raison d’autres violations des droits humains : « Nous nous en sommes félicités lorsqu’ on a appris que la Banque mondiale avait suspendu ses prêts à l’Ouganda. Cependant, j’étais mécontent qu’ils retiennent uniquement les prêts à cause de la loi anti-homosexuelle ».

Il dénonce l’hypocrisie de la communauté internationale : « Nous voulons qu’ils sachent que nos vies, celles des centaines de personnes qui sont tuées comptent aussi. Ils ne devraient pas considérer les droits des homosexuels comme les seuls droits en Ouganda ».

Selon Daily Monitor, Bobi Wine accuse la communauté internationale d’avoir continué, dans le passé, de soutenir le gouvernement de Museveni malgré les violations des droits humains : « Des personnes ont été tuées lors des émeutes de Kayunga en 2009, des centaines ont été tuées par le régime à Kasese en 2016 et de nombreuses autres ont été tuées lors des manifestations de novembre 2020 et lors des campagnes électorales générales de 2021, mais la Banque mondiale et le FMI ont continué de donner au régime de Museveni des milliards de dollars ».

Pour lui, la communauté internationale devrait cesser de faire la sourde oreille aux cris des personnes torturées en Ouganda. Et de demander au gouvernement américain de changer sa politique à l’égard de l’Ouganda et du régime de Museveni.

RDC : Six Rwandais et Congolais sanctionnés par les Etats-Unis en raison du conflit dans l’Est du pays

Les six individus sont des rebelles rwandais et congolais, ou des membres des forces de défense de ces deux pays. Selon le bureau de contrôle des avoirs étrangers au sein du département du Trésor américain, chacun de ces individus a contribué à l’instabilité dans l’est de la RDC, confie The East African.

Parmi eux, Apollinaire Hakizimana, un ressortissant rwandais du groupe rebelle des FDLR en tant que « commissaire à la défense ». Il est sanctionné aux côtés de Sebastian Uwimbabazi, lui aussi rwandais en charge du renseignement des FDLR. Protogene Ruvugayimikore, combattant pour le groupe Maccabe affilié aux FDLR, est également sanctionné.

Les sanctions visent également le groupe rebelle M23. Bernard Byamungu, ressortissant congolais et commandant adjoint des opérations et du renseignement, a été sanctionné.

Ces sanctions ont également touché des membres des forces armées des deux pays. Le colonel Salomon Tokolonga, ressortissant congolais et commandant du 341e régiment de l’armée congolaise (FARDC), a été sanctionné pour avoir dirigé la coalition de groupes armés contre le M23.

Pour le Rwanda, le général Andrew Nyamvumba, qui dirige les opérations de la 3e division des Forces rwandaises de défense, a été sanctionné pour avoir collaboré avec le M23 pour attaquer les positions des FARDC. Le gouvernement américain affirme qu’il « est entré sur le territoire congolais et a apporté son soutien au M23, qui entretient des liens de longue date avec le gouvernement rwandais ».

Le Département d’Etat américain a déclaré que ces individus sont impliqués dans de nombreuses affaires, commettant des violations des droits de l’homme, notamment des violences sexuelles et des violences contre des enfants. « Les actions d’aujourd’hui reflètent l’engagement des Etats-Unis à faire progresser les efforts vers une résolution de la crise et à remédier aux violations des droits de l’homme et à la situation humanitaire désastreuse ».

Selon Actualité.CD, les sanctions des Etats-Unis interviennent quelques jours après un échange entre le président du Rwanda Paul Kagame et le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken sur la crise qui sévit dans la partie orientale de la RDC.

Tanzanie : Des partis politiques recommandent la révision de la constitution

Les partis politiques ont formulé, ce 23 août, des recommandations qui devraient être prises en considération pour créer un meilleur environnement et garantir des élections libres et équitables en 2024 et 2025, révèle The Citizen.

Après une retraite de deux jours, le président du Centre tanzanien pour la démocratie (TCD), Ibrahim Lipumba, a fait savoir que le système politique multipartite reste le moyen le plus sûr pour sauvegarder et promouvoir la croissance économique.

Et d’ajouter qu’il faut modifier la Constitution pour promouvoir la démocratie et garantir des élections libres et équitables. « La loi sur les partis politiques de 2019 devrait être aussi modifiée pour promouvoir la démocratie au sein des partis et dans le pays en général ».

Selon lui, les candidats indépendants à la présidentielle et la contestation des résultats présidentiels devant les tribunaux devraient être autorisés : « Les résultats présidentiels ne devraient être annoncés que si un candidat remporte au moins 51 % du total des voix, au lieu de l’accord actuel selon lequel celui qui a obtenu le plus de voix est déclaré vainqueur, quel que soit son pourcentage ».

Le chef du parti de l’opposition ACT-Wazalendo, Zitto Kabwe, a martelé qu’il est impératif de modifier la loi électorale et de réformer la constitution pour garantir des élections libres et équitables : « Le processus de révision de la constitution prend inutilement du temps alors qu’on a déjà mis en place des étapes pour parvenir à une nouvelle constitution, y compris la formation d’un comité d’experts, mais jusqu’à présent, rien n’a été fait ».

Pour le secrétaire général adjoint du parti au pouvoir CCM, Namringi Macha, l’éducation civique est importante dans le processus d’amendement de la constitution.

Reginald Munisi du parti de l’opposition Chadema a indiqué que son parti n’a pas confiance dans la manière dont les élections sont faites. Il a peur que des irrégularités observées lors des élections précédentes puissent se reproduire.

Rwanda : Des pèlerins catholiques « vénérant la pauvreté » dans le viseur de Paul Kagame

Paul Kagame met en garde des pèlerins qui vénèrent la pauvreté dans son pays

Le président rwandais Paul Kagame a menacé d’arrêter les fidèles catholiques qui visitent un lieu de pèlerinage dans son pays, les accusant de « vénérer la pauvreté ».

Selon The East African, chaque année, des milliers de personnes, dont beaucoup voyagent plusieurs jours à pied, visitent Kibeho, une ville du sud du Rwanda où la Vierge Marie serait apparue à trois écolières, il y a quatre décennies.

Lors de la conférence des jeunes, YouthConnekt ce 23 août, Paul Kagame a qualifié « d’horrible » le pèlerinage à Kibeho : « Je pensais que lorsque vous priez, vous priez pour ce qui peut vous aider à améliorer votre vie, à devenir riche et sortir de la pauvreté ».

Pour lui, personne ne devrait vénérer la pauvreté : « Ne faites plus jamais cela… Si j’entends encore parler de cela, que des gens voyagent pour aller adorer la pauvreté, j’amènerai des camions, je les rassemblerai et les emprisonnerai. Je ne les relâcherai que lorsque la mentalité de pauvreté les aura quittés ».

D’après The New Times, le président faisait référence à un pèlerinage annuel de trois jours habituellement entrepris par des jeunes de l’ouest du Rwanda et qui se termine par un forum sur une « montagne de prière » connue sous le nom de Notre-Dame des Pauvres, située dans le district de Rutsiro.

Ce pèlerinage a été initié par feu l’évêque Aloys Bigirumwami du diocèse de Nyundo en 1954. A l’époque, des milliers de jeunes avaient fait un voyage d’environ trois jours pour se rendre à l’événement, partant de zones situées dans les districts actuels de Rusizi, Rubavu, Ngororero, Nyabihu et Rutsiro.

Le président Kagame a demandé aux jeunes de rejeter de telles pratiques et d’adopter plutôt un sentiment de développement personnel et de progrès. Il les a exhortés à éviter les attitudes de désespoir et à se concentrer sur ce qui profite à eux et au pays.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 4 942 users online