Mardi 16 juillet 2024

Sécurité

Burundi/Médias : Un journaliste de la Radio-Télévision Isanganiro arrêté par la police puis relâché

01/07/2024 0
Burundi/Médias : Un journaliste de la Radio-Télévision Isanganiro arrêté par la police puis relâché
Gérard Nibigira n'a pas encore eu son téléphone confisqué

Le correspondant de la RT Isanganiro à Gitega, la capitale politique, a été arrêté par le commissaire communal de la police puis conduit au cachot du commissariat provincial.

Selon des sources contactées à Gitega, Gérard Nibigira cherchait de l’essence et faisait la queue devant une station d’essence au centre-ville avec d’autres automobilistes. La police supervisait, comme d’habitude, cette distribution de carburant mais cette opération semblait louche, il y a des véhicules que la police laissait passer pour s’approvisionner et il y a eu des contestations des automobilistes sur la file d’attente.

Débordées, les policiers ont commencé à brutaliser, à l’aide de leurs ceinturons, tous ceux qui protestaient et qui tentaient de se rapprocher de la pompe.

Ce journaliste tentait de prendre quelques photos de la scène quand des policiers sous la supervision du commissaire communal, Jean-Prime Ndikubwayo, l’ont arrêté, il a été brutalisé. Il a été directement conduit au cachot. La police semblait ne pas vouloir de curieux à cette station-service.

Ce journaliste s’apprêtait à entrer au cachot quand il lui a été signifié qu’il était libre. Il a passé environ 3 heures au commissariat provincial. Il venait de vivre les premiers rites de bizutage de la part des autres prisonniers : le paiement d’une sorte de « droit d’entrée » au cachot. Il est communément appelé, « amafaranga y’i bougie » (l’argent pour l’achat d’une bougie).

La police a confisqué le téléphone de Gérard Nibigira correspondant de la RT Isanganiro. Des démarches pour récupérer son téléphone sont en cours, font savoir ses confrères correspondants à Gitega. Mais d’autres sources révèlent que ce téléphone a été confié aux agents du SNR, le Service national des renseignements.

Cet ancien correspondant de la RPA (Radio Publique Africaine), détruite pendant la crise de 2015, a déjà eu des démêlés avec la Justice burundaise. En août 2015, un ancien commissaire provincial de Gitega l’a injustement accusé d’outrage à chef de l’Etat, les témoins n’ont pas confirmé l’avoir entendu proférer des injures contre le chef de l’Etat dans un cabaret. Il a été blanchi.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Dépités par nos députés

En décembre dernier, une députée a revendiqué, lors d’une séance de questions au ministre de l’Énergie, une station-service réservée uniquement aux élus, se plaignant d’être méprisée lorsqu’elle devait faire la queue. Ces propos ont profondément choqué l’opinion publique et ont (…)

Online Users

Total 2 157 users online