Samedi 18 septembre 2021

Santé

Quand les centres de dépistage deviennent des zones de contamination

11/09/2021 2
Quand les centres de dépistage deviennent des zones de contamination
Les gestes barrières sont moins respectés dans les centres de dépistage en mairie de Bujumbura

Au premier jour de dépistage des élèves fréquentant les écoles à régime d’internat, les gestes barrières sont négligés de Ruziba à Kamenge en passant par le centre de dépistage dit « Au bon accueil ». Les parents des élèves craignent de probable contaminations.

11h au centre de dépistage sis à l’hôpital de Ruziba en commune urbaine de Muha. A l’intérieur de l’hôpital, devant les tentes où se font les dépistages, les jeunes filles et garçons forment de petits groupes.

Ils discutent, rient et des fois se serrent la main. Certains ne portent pas de masques. Et ceux qui les portent ne le font pas convenablement. Ils ne couvrent pas la bouche encore moins le nez. La distanciation physique n’existe pas. Une marée humaine se voit devant les tentes où l’on attend se faire dépister ou les résultats du dépistage.

Une femme rencontrée sur les lieux ne mâche pas les mots : « Il y a trop de désordre. J’ai amené mes enfants pour se faire dépister mais j’ai peur qu’ils soient contaminés sur place ». Et de déplorer que même les kits de lavage ne sont pas suffisants considérant le nombre de la population qui fréquente le centre.

Pour elle, il faut plus de rigueur pour bannir la covid-19 dans les lieux de dépistage. « Le respect des mesures barrières devrait être une préoccupation pour tous. Sinon, les centres de dépistage risquent d’être des zones de contamination », regrette-t-elle.

Même constat au centre de dépistage dit « Au bon accueil » en zone Bwiza, en commune de Mukaza. Un nombre élevé de gens fait que les mesures barrières ne soient pas respectées.

Des élèves qui peinent à bien porter le masque, des files d’attente sans distanciation physique, des bousculades devant les bureaux d’enregistrement, les risques de contamination sont énormes.

Pour D.N., le ministère de la Santé publique devrait chercher un autre centre pour le dépistage exclusif des élèves. « Ce centre accueillait déjà un grand nombre de gens chaque jour. Ajouter les élèves est plus risquant », déplore-t-il.

Il appelle ce ministère à veiller à ce que les centres de dépistage ne soient pas source de contamination de la covid-19.

Au centre de dépistage opérant sur le terrain situé près de l’hôpital de district de Kamenge, les élèves sont nombreux pour se faire dépister. Certains circulent avec des masques dans les mains. La distanciation physique n’est pas respectée.

« Le terrain est large pour contenir ceux qui viennent se faire dépister. Mais le respect de gestes barrières reste une préoccupation », confie un membre du personnel. Il regrette que certaines personnes ne prennent pas au sérieux la covid-19.

Signalons que le dépistage des élèves fréquentant les écoles à régime d’internat a débuté ce 10 septembre dans tout le pays et prendra fin le 14 septembre.

Ce dépistage est fait au moment où le ministre de la Santé publique a fait savoir, dans un communiqué de ce 9 septembre, que les premiers jours du mois de septembre ont été marqués par une flambée de cas positifs de covid-19 dans les centres urbains du pays.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. H

    Dépistage…. depistage..
    A quoi ça sert
    On peut recommencer deux jours après
    C est vacciner qu il faut faire
    Et à grande échelle

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19, faut-il en rire ou en pleurer ?

”Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés’’… La Covid-19 (puisqu’il faut l’appeler par son nom) continue de peupler nos hôpitaux-mouroirs, ces lieux de transit pour Mpanda et autres Ruziba, nos dernières demeures. Et nous continuons d’y accompagner, en (…)

Online Users

Total 1 447 users online