Dimanche 16 mai 2021

Économie

Marché rénové de Kinama : les anciens occupants en désarroi

15/02/2018 3

Les commerçants bénéficiaires des emplacements au marché de Kinama en mairie de Bujumbura sont en colère. Les surfaces des stands ont été rétrécies. Ils dénoncent l’opacité dans leur attribution.

Des commerçants du marché Kinama en colère

Mercredi 14 février, 11h10. De l’extérieur, des résonnances des cris sont audibles. Il s’agit d’une cinquantaine de commerçants énervés. Ils sont venus faire connaissance de l’emplacement de leurs stands dans ce marché restauré.

C’est la désolation. La commission d’attribution des stands leur a donné de petites surfaces d’un m2. Certaines échoppes sont perdues tout près des latrines. «Un emplacement pareil attire plus de mouches que de clients».

Ils dénoncent un amalgame de places en fonction des marchandises des uns et des autres. Des stands de boutiquiers se retrouvent entremêlés avec ceux des vendeurs de légumes ou de fruits. «Du véritable capharnaüm», lâchent plusieurs d’entre eux, furieux, une vendeuse a éclaté en sanglots.

Ils évoquent également la falsification des numéros de plusieurs stands, etc. Le comité de gestion du marché interchangeait les bénéficiaires des stands. A l’insu de la commission municipale.

D’après eux, ce «désordre est dû au favoritisme pratiqué par ces responsables du marché : «La mairie a octroyé des stands à certains commerçants et ils ont falsifié les numéros par après.» Et aussitôt de s’interroger : «Comment par ailleurs dans un carré d’un m2 peut-on avoir où s’asseoir et où étaler ses articles ?».

Pour Jean Claude Mpawenimana, nouveau délégué des commerçants du marché, ce sont les anciens responsables du marché qui doivent en répondre. Il épingle le commissaire sortant, l’ancien délégué et les anciens membres du comité.

Ils ont donné des stands aux nouveaux commerçants au grand dam de ceux qui exerçaient dans l’ancien marché. «Nous étions autour de 1.400, nous nous retrouvons désormais à plus de 2.200». Il évoque la corruption.
Vu sous cet angle, renchérit M. Mpawenimana, les superficies des stands devaient se rétrécir. Avant de souligner que les malheureux ont été les anciens.

Ils ont bénéficié des stands dans de mauvais emplacements ou tout simplement ils n’ont rien eu. «Leurs stands ont été retirés». Et de demander à la mairie de revoir leur attribution.

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. KABADUGARITSE

    None! Qu’est ce qui reste de positif chez moi, dans ma patrie? Où est passée le sens de l’humanité? Serait-ce du chacun pour soi! Du sauve qui peut! Ou alors le syndrome la corruption généralisée qui guette notre société?

    • nunu nado

      Comment dirai-je ? ” La raison du plus fort est toujours la meilleure”.

  2. Rurihose

    La corruption est à tous les étages du gouvernement DD.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La fête et la Covid-19

Au Burundi, le 1er mai, la journée internationale du travail a été célébrée avec faste pour honorer « ceux qui de la nature brute ont taillé et ouvragé toute la splendeur que nous contemplons », pour reprendre les mots de (…)

Online Users

Total 1 327 users online