Vendredi 23 février 2024

Sécurité

« Les militaires burundais n’ont jamais collaboré avec un quelconque groupe armé »

20/05/2023 4
« Les militaires burundais n’ont jamais collaboré avec un quelconque groupe armé »
Colonel Floribert Biyereke : « Le contingent burundais accomplit sa mission dans le strict respect des directives régissant la mission »

Déclaration du porte-parole de la Force de défense nationale du Burundi (FDNB), ce samedi 20 mai 2023, à Bujumbura, lors d’un point de presse.

« Malgré les efforts fournis par les militaires burundais en RDC, il est à déplorer que certaines personnes mal intentionnées, à travers la Télévision Rwandaise (RTV), accusent sans fondement les troupes burundaises déployées au Nord-Kivu de collaborer avec des groupes armés, de les entraîner et de leur offrir des armes », a dénoncé le Colonel Floribert Biyereke, porte-parole de la FDNB.

Pour lui, ces accusations constituent une injure grave au regard du professionnalisme des troupes burundaises déployées sur terrain pour restaurer la paix.

« La FDNB dément sans ambages ces propos malveillants tenus pour des intentions inavouées. Les militaires burundais n’ont jamais collaboré avec un quelconque groupe armé et n’entendent jamais le faire », a-t-il souligné, notant que ces propos ont été tenus dans une émission du 15 mai dernier, sur la RTV.

Revenant sur le bilan des militaires burundais en RDC, il a indiqué qu’au Nord-Kivu comme au Sud-Kivu, le contingent burundais accomplit sa mission dans le strict respect des directives régissant la mission.

Au Sud-Kivu, le Colonel Biyereke a annoncé que les groupes armés locaux ont déposé volontairement les armes tandis que les groupes armés étrangers dont ceux originaires du Burundi ont été combattus. Et ce, après des opérations conjointes menées par les militaires burundais et les FARDC, les Forcées armées de la République démocratique du Congo.

Selon lui, ces groupes armés sont actuellement en débandade et la poursuite engagée contre eux continue. « En plus des opérations militaires, les FARDC et les militaires burundais se sont attelées à réconcilier les différentes communautés jadis en conflit, ce qui a contribué à l’amélioration de l’état sécuritaire », s’est-il réjoui.

Et au Nord-Kivu, Colonel Biyereke a signalé que les militaires burundais sont à l’œuvre. « Leurs tâches consistent à assurer la sécurité de la population et de ses biens ; sécuriser les principaux axes routiers pour permettre la libre circulation des biens et des personnes et i8assurer la sécurité des organismes nationaux et internationaux pour l’acheminement des aides humanitaires », a-t-il fait savoir.

Ils y mènent aussi des patrouilles de combat et de reconnaissance ; une assistance aux blessés civils en les transportant vers les structures sanitaires, etc.

Jusqu’aujourd’hui, le Colonel Biyereke a indiqué que le Burundi compte trois bataillons (3 000 hommes) à l’est de la RDC dont deux bataillons au Sud-Kivu en date du 15 août 2022 et un autre au Nord-Kivu du 5 au 16 mars 2023.

FDN

Forum des lecteurs d'Iwacu

4 réactions
  1. Claypton

    Mon Colonel , CE que vous dites est faux , au Masisi Vos troupes laissent entrer dans la zone tampon Les FARDC avec leurs amis FDRL , Nyatura etc .. Ce n est pas dans le mandat de la force Est Africaine , si dans le sud Kivu l’armée Burundaise y travaille sur un accord bilatéral avec Les FARDC ce n est pas le cas au Nord Kivu , méfiez vous des propos flatteurs de Tshisekedi qui veut vous entrainer dans un conflict qui n est pas le vôtre , le Masisi n est pas frontalier du Burundi et le M23 est UNE armée organisée contrairement aux milices Mal organisées du Sud Kivu….Faites attention à ce que vous Faites là bas…Ça risque d’être dangereux pour Vos soldats…A bon entendeur salut!!!!

    • Optimiste

      Cela m’étonnerait que ses soldats aient besoin de tes leçons

      • Claypton

        ( Ses ) Soldats ???

  2. arsène

    Dire que ce qui se passe avec le CNL ressemble à du déjà vu ne contrevient pas à la charte.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Démocratiser le débat sur le marché public

Brouille entre le gouvernement du Burundi et la société Sogea Satom autour des travaux de réhabilitation de la route nationale 3, tronçon Rumonge-Gitaza. Le ministre en charge des infrastructures a pris la décision de suspendre le paiement des frais additionnels (…)

Online Users

Total 1 209 users online