Jeudi 11 août 2022

Politique

Le fonctionnement des feux de signalisation nécessite des formations

15/06/2017 35
Certains automobilistes grillant les feux rouges

Les citadins demandent aux autorités d’organiser des formations sur le fonctionnement des feux de signalisation. Ils font savoir que des accidents seront nombreux si les usagers des routes n’en bénéficient pas.

Pour Prosper Ndayiragije, piéton rencontré dans la matinée de ce jeudi 15 juin, dans les parages du palais du 1er novembre, communément appelé «Kwa Ndadaye», les feux de signalisation faciliteront le déplacement des marcheurs.

Néanmoins, dit-il, il faut que les automobilistes soient formés. «Qu’est-ce que les feux verts indiquent ? Qu’en est-il pour les feux rouges ?… » Et d’exhorter les medias à aider dans cette entreprise.

Gérard Manirakiza, cycliste rencontré sur le même endroit, abonde dans le même sens. Il ajoute que les écoles automobiles devraient intégrer le fonctionnement des feux dans leurs programmes. «Cela faciliterait la maîtrise de leur fonctionnement».

Une source à l’Office nationale des routes, qui a voulu s’exprimer sous anonymat, tranquillise : «Nous en sommes à la phase de test». Cette étape est en cours depuis le lundi 12 juin dernier.

Forum des lecteurs d'Iwacu

35 réactions
  1. Karabadogomba

    Les jaunes, c’est du purgatoire ( catholique). Attends et prépare-toi, pour aller au ciel.

  2. Gacece

    En regardant les commentaires ci-dessous, je me rends compte que certains tente de brûler les étapes.

    Avant de savoir courir, il faut savoir marcher… Mais là aussi, il faut d’abord savoir se tenir débout.

    Étant donné qu’ils disent qu’ils sont encore dans la phase test (ou d’évaluation, d’essai, ou projet pilote), je crois que le meilleur moyen est de proposer des solutions. Peut-être que ça va leur servir d’inspiration. Je commence.

    Le bloc de béton sur lequel est vissé le poteau métallique, il faudrait le faire plus large, plus haut et plus lourd, jusqu’à la hauteur où arrive la premiè partie (plus large) du poteau. Il faudrait également faire la même chose en profondeur dans le sol. Comme une pyramide plantée dans le sol.

    Au lieu de visser le tuyau sur le bloc de béton, il faudrait laisser un trou en plein centre pour y insérer le tuyau. Ou de visser un tuyau plus court tout simplement. Comme cela les feux resteraient à la bonne hauteur, dans le champ de vision des conducteurs.

    De cette façon, même un chauffeur d’un poids lourd y penserait à deux fois avant d’aller percuter les feux. Cela rendrait également la tache plus difficile pour les vandals, les voleurs et autres saboteurs et malfaiteurs.

    L’autre avantage est que ça coûterait moins cher de fabriquer du béton puisque nous avons la chance d’avoir un fabricant de ciment sur place au Burundi.

    Commençons d’abord et allons-y étape par étape. D’autres solutions viendront avec le temps, les moyens et l’évolution des mentalités des usagers des routes de Bujumbura et ailleurs.

    « Bukêbuké bukomeza igihonyi. »

  3. Dallas

    turizeye ko amatara bayashizeho babiteguye kuko bisaba ubundi buhinga, ntabwo ari amatara gusa.
    Camera za surveillance
    Radar
    Abahinga banyaruka mugusanura icononekaye
    kwigisha ubwo buhinga bushasha , abana ku mashure, abanyagihugu, abatwara imiduga , amapikipiki n’amakinga
    gushinga amategeko ahana abadakurikije amategeko y’ibarabara
    gushinga amategeko ahana abononyi b’amatungo y’igihugu.

  4. juju

    Heheee. Ngo feux de circulation a buja! Nikindi kigavu baronse navyo ivyamajambere vyo ntubabaze.

  5. MANISHA

    @Mafero
    Construisons : à vous de faire de meilleures propositions. Ainsi chacun aura contribué aux idées des formations.

  6. Mbones

    Rindira gato ivyo vyuma vyose bizotorwa muBuyenzi bikorwamwo ama portail n´ibindi !

    • Fofo

      Tu as raison, il faut des mesures de protection de cette infrastructure. Nous avons vu ce qui est arrivé au premiers essaies sous Buyoya, les chauffeurs les ont écrasées! Nous venons de voir comment les panneaux de lampes d’éclairage publique ont été volés et n’y reste qu’un tiers. Les burundais méritent une éducation du respect d’un bien public.

    • Stan Siyomana

      @Mbones: « Rindira ivyo vyuma vyose bizotorwa mu Buyenzi… »
      Quand le president kenyan Uhuru Kenyatta inaugurait (le 31 mai 2017) le premier train (sur standard gauge railway-SGR, et qui va reduire a 4 heures le voyage entre Mombasa et Nairobi = MADARAKA EXPRESS, au lieu des 10 heures sur l’ancienne ligne ferroviaire) , IL A DIT QU’IL EST PRET A AUTORISER LA PEINE DE MORT POUR LES SABOTEURS ECONOMIQUES QUI DETRUIRAIENT CETTE GRANDE INFRASTRUCTURE NATIONALE QU’EST LE SGR.
      « Mimi ni wakwanza kukubaliana ya kwamba urais umenipea nguvu ya kuhweka kidole…WALE WATAPATIKANA WAKIHARIBU RELI, NITAWEKA KIDOLE WANYONGWE…Hii reli si ya Uhuru ama Ruto. Hii reli si ya serikali…HII RELI IMEJENGWA NA PESA YA WAKENYA MILIONI 45… »
      (Voir 1. Nancy Agutu: Uhuru threatens death for SGR vandals, declares Sh700 fare at launch. http://www.the-star.co.ke, 31 May 2017;
      2. New China TV: Live: Mombasa-Nairobi Standard Gauge Railway inaugurated in Kenya. http://www.youtube.com).

  7. Ehe

    Vous testez avant d’éduquer??? Ne faudrait-il pas plutôt éduquer D’ABORD ensuite mettre en place et tester en dernier lieu??? Toujours des « solutions » à l’envers!!!!

    • Orignal

      Umwigisha arafise uburenganzira bwoguhitamwo méthodologie ( du concret à l’abstraction ou de l’abstrait au concret ) iri appropriée ashobora gukoresha ku cigwa ashaka kwigisha . Et pour le cas présent , la méthode est appropriée . Il faut que le publique ou les chauffeurs voient ces panneaux , ces feux et tout autre signalisation avant de savoir comment ils fonctionne .

    • Stan Siyomana

      @Ehe
      VOUS AVEZ MAL COMPRIS LE MOT « TEST » d’origine anglaise et qui dans ce cas veut tout simplement dire: « nous en sommes encore a la phase des essais pour que le public s’habitue a ce phenomene des feux de signalisation »
      (Voir Test, http://www.wordreference.com, English-French).

    • juju

      @Ehe,
      Ndakunganire ncuti yanje. On test (anglais) avant la mise en place (implementation). Komera.

  8. dora kabingo

    Incroyable !! Les feux tricolores sont entrain d’être dépassés en Europe , ils ne sont maintenus que dans des endroits ou on il n y a pas d’autres solutions. Pour permettre une meilleure fluidité de la circulation il faut Il faut plutot installer:
    – des rond points avec séparation des voies selon les directions ( avec des séparateurs surélevés)
    – des echangeurs
    – des tunnels ( mais je sais que les tunnels ne sont pas pour demain au Burundi )
    Car les feux tricolores nécessitent un entretien régulier, mais aussi , du courant électrique et surtout beaucoup d’informatique sans parler des censeurs devant être installés tout au long des routes ou sont installés les feux. Et j’omet express de parler des radars pour attraper ceux qui brulent les feux . Ils coutent énormément chers ces radars. Ca ne suffit donc pas de penser aux feux tricolores , il faut penser aussi à leur entretiens et leur perennité. Les Burundais ont cessé de réflechir . Ce qui se passe ailleurs doit nous servir de lecon.

    • Fofo

      @dora kabingo,
      Les négativistes auront tjrs la raison de critiquer. Dépasser oui mais on dépasse ce qu’on a déjà expérimenté!!

      • dora kabingo

        @Fofo
        Les négativistes ? C’est quoi cette histoire de négativisme ? Fofo , vous n’ignorez tout de même que les feux tricolores ont été introduits au Burundi il y a plus d’une décennie . Et que s’est il passé ? Les automobilistes les ont renversé et aucune sanction n’était infligée aux coupables . Et puis souvent on les brulait sans suite puisqu’il n y avait aucun radar de surveillance. Et pour tout cloturer meme ceux qui sont restés sont tombés en panne. Il faut tirer un enseignement de cet echec. En terme professionnel , on appelerait cela une évaluation. Etes vous d’accord avec moi ou pas ? Donnez des arguments alors. Ca ne suffit de refuser les idées des autres , il faut les soumettre à une critique constructive et faire des propositions. Je pense que c’est dans cet esprit que le site Iwacu a ouvert ce forum de réaction afin que tout le monde avance . En vous enfermant dans le déni , vous ne gagnez strictement rien , nous non plus. Alors ? Négativisme?

        • Fofo

          @dora kabingo,
          Là tu as raison. Inquiète liée au problème de gestion et fondée mais il faudrait proposer les solutions par rapport au problème. Sinon, il n’est pas encore temps de dire que c’est du dépassé car même en Europe ils fonctionnent toujours et ce n’est pas aujourd’hui ou demain qu’ils seront remplacés.

          • dora kabingo

            @ Fofo
            Avez vous lu-et compris- tout ce que j’ai écrit? J’ai proposé :
            – des rond-points fonctionnels avec distinction des voies, pouvant être séparées par des signes ou des surélevations à des endroits précis
            – des tunnels
            – des ponts passant au dessus des voies
            Enfin -et j’avais omis de le dire exprès ,toute ville qui se respecte doit installer des voies rapides permettant d’éviter les centres villes générlement très encombrés. Par ex, je vois mal quelqu’un qui vient de Rumonge en se dirigeant à Gitega ou à l’aéroport ou même à Cibitoke ( province) ,pourquoi il devrait traverser le centre ville. Il doit contourner le centre ville . Ceci se ferait en constuisant une sorte de voie rapide ( autoroute) contournant la ville qu’on appelle Paris  » le périphérique », à Anvers, Bruxelles ou Amsterdam  » le ring  » .Ceci a l’avantage d’être rapide et de désengorger en même temps les principales routes. Economiquement cela répresente d’immenses gains pour l’Etat mais aussi pour les individus et les entreprises. En fait les embouteillages coutent chers à l’économie. Aux Pays Bas par exemple ils coutent plus d’1 milliard d’euros par an . En france les bouchons coutent environ 17 milliards d’euros selon les chiffres du journal « Le Monde »
            Je n’ai pas dit qu’on remplace systématiquement les feux tricolores partout il y a des endroits ou ils sont incontournables mais dans d’autres on peut s’en passer durablement et efficacement à bas couts . J’en ai des preuves

          • Fofo

            @dora kabingo,
            Sortons de la globalité et soyons plutôt objectifs. Les feux tricolores sont déjà là, le reste c’est sa gestion. Toute proposition doit être orientée dans cette direction. Sinon, toutes ces innovations viendront plus tard.

          • Karabona

            Parfaitement d’accord avec Dora, les ronds points n’ont pas besoin de panneaux solaires que l’on vole, si un automobiliste rentre dedans c’est lui qui a mal, ils ne demandent que de la main d’oeuvre et ça on en a au Burundi, pas besoin de dépenser le peu de devises que nous avons pour acheter du matériel « T2000 » qui tombera en panne dans les deux mois, ils n’ont besoin d’aucun logiciel ni cameras pour être efficaces (on imagine très bien que sans cameras, nos feux vont donner le vert et le rouge contre le bon sens, à moins qu’on installe un agent de police avec une télécommande, toujours de « T2000″…) et ils ont montré leur supériorité sur les feux, effectivement, partout en Europe, on troque les feux contre des ronds points… mais bien sûr, il faut d’abord, comme le suggère Dora, un plan de circulation pour Buja, des itinéraires conseillés ou alternatifs, des voies de contournement, etc…

    • dodo

      tu dit bien en Europe et le burundi se trouve en afrique, s`adapte aux realitees

      • dora kabingo

        @Dodo
        C’est quoi les réalités du Burundi ? Présentez quand des arguments , moi je les ai donnés! A vous

    • Prudence Sekambabaye

      Kabingo, wotubwira aho uba? Kandi ntuduhende kuko mbona ugomba guhenda abatazi amahanga

      • dora kabingo

        @Prudence Sekambabaye
        En quoi ma résidence ferait avancer le débat ?J’habite aux bords de la Kibira mais je ne vous donnerais pas mon adresse exacte. J’ai quitté votre fameuse ville de Bujumbura pour m’installer dans cet endroit tranquille.

  9. Oussama

    None délestage ya électricité yaheze? Numva twogoroye!

  10. MANISHA

    Qu’est-ce qu’il ya de compliqué ! Abarundi ntahero ry-imiti ! Igisha :
    A/ Pour tout ce qui roule
    1 Rouge : ni nk-umuriro udahera : il faut s’arrêter !!!
    2 Vert : ubwatsi butoshe, on y va !
    B/ Pour les piétons :
    1 Quand le petit bonhomme est rouge : yooo ! ntimuje mumuriro udahera !
    2 Quand le petit bonhomme est vert : ahaa ! Tugende mu cibare !

    • Jambo

      Bien dit Manisha! Avec la simplicité et l’humour en plus!

      • Mafero

        @Manisha: Vous avez donné une leçon / contribution en rapport à l’utilisation des feux de signalisation au Burundi. On vous a acclamé pour votre humour ( un certain Jambo. Un certain Elias Sentamba aussi) et je trouve tout cela normal. On vous a lancé des fleurs (Umwarimu mwiza!)
        Je vais vous poser une question:
        1. Les feux de signalisation utilisés au Burundi sont-ils bicolores ou tricolores? Parce que vous ne parlez dans votre intervention que du « vert » et du « rouge ». Qu’en est-il du jaune, le plus dangereux?
        2. Les feux de signalisation au Burundi sont alimentés à partir de quelle source? ( Il parait que dans un pays que ne citerai pas le nom ici, les feux sont alimentés par des lanternes à kerosène et ça fonctionne très bien!)

        • Jambo

          Mafero
          Merci pour le clin d’oeil, il s’agit peut être d’un oubli ou d’une inattention de la part de Manisha. Moi même je n’avais rien remarqué.Justement ce forum est fait pour que tout le monde y donne sa contribution pour le bien de tous.

  11. Lecteur 14

    Normalement l’usage des feux tricolores est enseigné dans le code de la route burundais. Si les gens ne respectent pas le code de la route, il faut leur retirer les permis

    • Bakari

      @Lecteur 14
      Le code de la route contenait des feux qui n’existaient pas sur les routes?
      Paradoxe!

      • Elias SENTAMBA

        Ni ko abagendesha imodoka n’amakikipiki bariize ivy’ama « feux de circulation » igihe baca impusha zo gutwara ivyo vyuma. Mugabo abagenda n’amaguru, hari aho batobimenya neza. Aha ni ho nsanze MANISHA ari umwigisha mwiza. Ndamushimiye cane kuri ako kabirya (humour ) ashizemwo. Abotanga izo nyigisho bokoresha izo mpanuro. Abobishobora na bo bakiyumvira utubirya nk’utwo. Hanyuma abo vyega (Polisi, Ubuyobozi butandukanye bura ico gista, abakoresha ibarabara batandukanye bahurikiye mu mashirahamwe canke bigenga…) bakazovyisunga mu kwigisha abantu ingene bovyitwaramwo ku nyungu za bose. Murakoze.

        Elias

      • Lecteur 14

        J’ai fait l’auto école en 2009, il y avait bien des feux tricolores, circulation sur autoroutes, etc. Le code est en quelque sorte international. A bujumbura, les gens ne respectent même pas la priorité, tu vas pas dire que la priorité n’existe pas ! Ces feux ne sont pas les premiers, il y a eu des feux de circulation dans les années 90!

        • Mafero

          Moi j’ai longtemps vécu et grandi à Bujumbura. J’ai étudié à l’Athénée de Bujumbura. (Avant que que ce soit Lycée de Rohero). J’ai fait l’Université du Burundi. J’ai vécu au campus Kiriri, confisqué aux Pères Jésuites. Le président actuel du Burundi est passé par ce même campus etc… Les seuls feux de signalisation qu’il y’ avait dans cette belle capitale c’était sur le croisement Stella Matutina/ Clinique Prince Louis Rwagasore/ Croix Rouge/ Etat-Major… vers la Cathédrale Régina Mundi. Qui va me démentir? Je n’ai jamais vu ces feux fonctionner de mon vivant!

          • John

            @Mafero, tu as raison. Il n’y en avait que sur le croisement au niveau de Stella Matutina. Ca n’a fonctionne que le temps d’une rosee matinale. Plus vu!

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Pénurie du carburant. La voie lacustre serait un soulagement

Les pénuries épisodiques de carburant n’ont rien de nouveau au Burundi. Mais celle que nous vivons se distingue des précédentes par sa longueur et sa gravité qui compliquent encore davantage le quotidien de la population. Devant des stations-services, à sec (…)

Online Users

Total 1 155 users online