Vendredi 07 octobre 2022

Politique

Des sympathisants de Rwasa toujours traqués

Quatre sont incarcérés à l’API et au SNR depuis fin mai. Aimé Magera, porte-parole d’Agathon Rwasa, accuse le député Adolphe Banyikwa d’être derrière cette traque. L’intéressé s’en lave les mains.

Colline Gakungwe de la commune Kabezi où Alexis Nshimirimana et Siméon Nkurunziza ont été arrêtés.

Les faits remontent à mercredi 31 mai 2017 vers 18 heures sur la colline Gakungwe de la commune Kabezi en province Bujumbura. Alexis Nshimirimana et Siméon Nkurunziza, tous démobilisés du Fnl causent tranquillement chez M. Nshimirimana.

Tout à coup, une camionnette blanche de type Hilux bondée de policiers et un agent du Service national du renseignement de Kabezi fait irruption.

« L’agent du SNR les a accusés d’avoir tenue une réunion clandestine avec l’honorable Agathon Rwasa, dans la matinée, mais ils ont nié cette accusation », confie une parenté de Siméon Nkurunziza. Il a ajouté, laisse entendre notre source, qu’Agathon Rwasa s’était déplacé sur place déguisé et à bord d’une voiture Probox. « Les intéressés ont également nié ces accusations mais ont tout de même été embarqués de force. »

D’après leurs proches, les deux démobilisés sont conduits dans un premier temps au cachot de la commune Kanyosha puis dans les cachots du SNR dans la ville de Bujumbura tard dans la nuit.

Alexis Buhungu arrêté à Mutimbuzi

Ce lundi 5 juin 2017, deux autres proches d’Agathon Rwasa ont été incarcérés. Le premier est Jean-Claude Ngendakumana, un policier de la garde rapprochée d’Agathon Rwasa. Selon ses proches, il est incarcéré à l’API (Appui à la Protection des Institutions) et n’est autorisé ni à boire ni à manger et n’a droit à aucune visite. Le second est Alexis Buhungu, un mobilisateur du Fnl, habitant la localité de Kirekura en commune Mutimbuzi.

Des arrestations qui cachent un plan diabolique ?

Selon ses parentés, il a été enlevé par un groupe de jeunes affiliés au parti Cndd-fdd, accompagnés par des policiers. « Nous ignorons où il est détenu et les mobiles de son arrestation », indique sa sœur au bord des larmes.

Pour Aimé Magera, porte-parole d’Agathon Rwasa, il ne fait aucun doute qu’Adolphe Banyikwa, ancien secrétaire général du parti Fnl et proche d’Agathon Rwasa, soit derrière ces arrestations. « Il était sur place à Kabezi comme à Mutimbuzi. Son but est de traquer tous les membres influents de notre parti qui ont refusé de trahir l’honorable Rwasa. »

Aimé Magera : « Adolphe Banyikwa est la taupe trouvée pour faciliter l’exécution de ce plan. »

Et d’expliquer que ces arrestations rentrent dans le cadre d’un plan diabolique en trois phases, visant l’élimination politique voire physique d’Agathon Rwasa : « La première phase était de le tuer tout simplement depuis février 2017. Ils s’étaient fixés le 20 avril 2017. Mais cela a échoué.» La seconde phase, fait savoir M. Magera, est d’emprisonner Agathon Rwasa à partir des montages de rébellion à sa solde et la dernière serait de le contraindre à l’exil. Et d’accuser Adolphe Banyikwa d’être l’intermédiaire pour faciliter l’exécution de ce plan. « C’est pour cela qu’il sillonne des collines à la recherche de ceux qui peuvent accepter de le rejoindre dans son plan ignoble. Ceux qui refusent sont emprisonnés voire tués.»

« Je n’ai rien à voir avec ces arrestations… »

Adolphe Banyikwa : « Il est en Belgique et tout ce qu’il trouve pour se donner de l’importance c’est de citer mon nom à tout bout de champ. »

Contacté le député Adolphe Banyikwa balaie ces accusations du revers de la main : « Je n’ai rien à voir avec ces arrestations et je mets au défi quiconque de prouver que j’étais sur place lors des faits. » Bien plus, s’indigne-t-il, il n’a aucun intérêt à faire arrêter des proches de Rwasa car il ne les connaît pas. « Pour quel intérêt ferais-je cela ? Je n’en ai ni les moyens ni la volonté. »  Pour lui, c’est la haine de Magera à son encontre qui pousse le premier à proférer des mensonges et à salir son nom : « Il est basé en Belgique et tout ce qu’il a pour se donner de l’importance, c’est de citer mon nom à tout bout de champ. » Et d’appeler les Banamarimwe (militants Fnl) d’ouvrir les yeux et d’arrêter de suivre des idées mensongères véhiculées par Aimé Magera. Quant à l’accusation d’être la pièce maîtresse dans un plan d’élimination de Rwasa, M.Banyikwa lâche : « Ce n’est qu’un pur mensonge et un signe de plus que certaines gens ne digèrent pas que chacun puisse suivre son chemin. »

Au niveau de la police nationale, Pierre Nkurikiye, son porte-parole, avait, dans un premier temps, accepté de nous donner des éclaircissements sur ces arrestations. Mais, par la suite, nous l’avons contacté sans succès. Et au moment où nous mettons sous presse, nous apprenons que Siméon Nkurunziza vient d’être libéré du SNR.

Forum des lecteurs d'Iwacu

10 réactions
  1. SENYAMWIZA Jean-Claude

    Ses militants sont traqués, exécutés souvent sans aucune autre forme de procès mais RWASA se la coule douce dans les institutions de Pierre NKURUNZIZA. Je n’ai jamais compris la stratégie politique de ce monsieur qui semble être populaire au sein d’une partie de la population burundaise. En tout cas il est tout sauf visionnaire et intelligent. Comment peut-on siéger au parlement pour lequel tu n’as pas battu campagne alors qu’on vous a même imposé le nombre des élus de votre parti ?? RWASA est un désastre politique dont je ne comprends ni la stratégie ni la vision pour arriver un jour au sommet de l’Etat, si du moins il en a les ambitions… ! Personnellement je ne souhaiterai pas qu’il y arrive car je ne vois pas ce qu’il apporterait à ce pays meurtri. En effet, jusqu’à présent tous ses choix politiques ont toujours été des choix lâches qui ne sont opérés que par les perdants.

  2. LANGA SOURCE

    Les membres du FNL d’Agathon Rwasa dont traqués par la police,documentation et Imbonerakure alors que leur leader est dans le noyau du régime,mangeant dans la même marmite que les assassins.Il y a deux mois,son lieutenant Aimé Magera criait sur les entennes de radios que son boss allait être tué par le pouvoir.Je ne purge rien de la strategie d’Agathon.J’aimerais avoir les explications d’un analyse specialiste politologue.
    Le ridicule ne tue pas!

  3. roger crettol

    @ Ayahu Jean Pierre

    A part les accusations contre la Belgique, aucun fait n’est cité qui pourrait infirmer les faits énoncés dans l’article.

    Alors, tous des menteurs et des manipulateurs ?

  4. Ayahu Jean Pierre

    « Il est basé en Belgique et tout ce qu’il a pour se donner de l’importance, c’est de citer mon nom à tout bout de champ. » bien dit et j’ajoute qu’ « Ils sont basés en Belgique et tout ce qu’ils ont pour se donner de l’importance, c’est de salir leur patrie, leurs compatriotes et demander des sanctions sur sanctions contre leur pays à tout bout de champ. »

    • Mafero

      @Ayahu Jean Pierre, même si Magera était basé ailleurs, tu n’ aurai pas manqué d’ajouter, comme à vos habitudes (toi et tes semblables) que la Belgique et le Rwanda ont une main dans tout cela.

      • Ayahu Jean Pierre

        Vos ne me lisez pas correctement. Je n’ai jamais parlé du Rwanda!

        • Yves

          @JP : ils ont fui en Belgique, y ont introduit une demande d’asile et ont obtenu leur statut de réfugié, délivré par une une institution indépendante des pouvoirs publics (le Commissariat-Général aux Réfugiés et aux Apatrides), le tout en parfaite adéquation avec la Convention de Genève. Ne crachez pas sur la soupe, qui sait, peut-être sera-ce vous, un jour, qui vous retrouverez dans une telle situation…

        • Bakari

          @Ayahu Jean Pierre
          Et pourtant on ne peut pas dire qu’il a fait un lapsus car il n’a pas substitué la Belgique au Rwanda. Il a maintenu les deux. Soit, mais cela y ressemble.
          Et dire qu’il y a eu des gens qui définissaient le lapsus comme lien entre erreur de langage et « pensée dissimulée»! Nous n’y sommes pas loin!

    • Gateka Alain

      Que Magera arrête ces jérémiades Rwasa a fait un choix d’être un serviteur  » valet » du système DD qu’il accepte les conséquences sinon qu’il démissionne on ne peut pas vouloir l’argent et le beurre en même temps .
      Dans le texte sur le  » Discours de la servitude volontaire » Étienne de La Boétie le cas typique decertains de la coalition Amizero et leur acceptation de cautionner les hérésies dd est bien expliquée ;je cite les extraits expliquant « La volonté de soumission »
      «Mais la principale raison est qu’une partie de la population se met au service de la tyrannie par cupidité et désir d’honneurs ». Ce sont donc les courtisans qui se font les complices de la tyrannie, perdant du même coup leur propre liberté. Certains hommes flattent leur maître espérant ses faveurs, sans voir que la disgrâce les guette nécessairement, devenus complices du pouvoir.(Source WIKIPEDIA)
      On finit par être valet du système et finalement sans valeur ajoutée,sinon la trahison des idéaux.

    • Rurihose

      Est ce que le Burundi est le pays le plus corrompu et le plus pauvre au monde parce que les Magera noircissez le Burundi?
      Dear Magera, try to be honnest when arguing.
      Burundi is just like RD Congo.
      Actual leaders are just accountable for that failure

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Université du Burundi, le flambeau risque de s’éteindre

« Il a été blessé grièvement au niveau du visage et du cou autour de la gorge. Il a aussi subi des coups dans le dos ». Un étudiant décrit la torture vécue par son camarade de classe. Emile Nduwimana (…)

Online Users

Total 1 059 users online