Samedi 04 février 2023

Société

Lac Tanganyika : vers la digitalisation de la frontière internationale

06/10/2021 1
Lac Tanganyika : vers la digitalisation de la frontière internationale
Vue partielle des différents participants à la réunion

« Matérialiser avec les nouvelles technologies la frontière partageant les quatre pays riverains du lac Tanganyika », un des buts de la réunion technique qui se tient à Bujumbura, du 5 au 7 septembre.

Avec l’appui de l’Union Africaine, cette rencontre rassemble des experts des quatre pays riverains du lac Tanganyika à savoir le Burundi, la RDC, la Zambie et la Tanzanie. « Dans le lac Tanganyika, il y a un point de trijonction qui partage le Burundi, la Tanzanie et la RDC. C’est à partir de ce point que la frontière descend vers la Zambie », a indiqué le Général-Major Ildefonse Habarurema, président de la Commission nationale des frontières.

Dans ce lac, il a précisé que la frontière entre le Burundi et la RDC est déterminée par une ligne médiane. Actuellement, a-t-il nuancé, la préoccupation ne se situe pas au niveau de la délimitation mais de la digitalisation de la frontière. « Ce qui signifie montrer matériellement les points qui constituent la ligne médiane dans le lac ».
De son côté, ambassadeur Fred Gateretse Ngoga, du bureau du commissaire à la Paix et Sécurité et les Affaires politiques chargé du Programme Frontière de l’UA (PFUA) a souligné que le lac Tanganyika regorge plusieurs ressources. Il a évoqué les produits de la pêche, le gaz naturel, etc. « Et pour éviter des probables disputes, il faut matérialiser la frontière ».

Qu’en est-il des frontières terrestres ?

Pour le cas du Burundi, le Général-Major Habarurema a d’abord rappelé que sa frontière internationale tienne à trois textes juridiques : le protocole de Kigoma signé le 5 août 1924 entre l’Angleterre et la Belgique. La première colonisait le Tanganyika Territory et la deuxième s’occupait du Ruanda-Urundi.
Le second texte est, selon lui, l’arrangement du 14 mai 1910 entre l’Allemagne et la Belgique pour fixer la frontière entre la RDC et le Burundi.

Enfin, vient l’ordonnance N°21/58 du 31 janvier 1958 qui régit la frontière entre le territoire du Burundi et celui du Rwanda. Dans le souci d’éviter des affrontements, l’UA a recommandé à ses Etats membres de vider les problèmes et les questions liées aux conflits frontaliers.

Ainsi, depuis 2014, a-t-il signalé, différentes commissions d’experts statuent sur cette question de matérialisation et de démarcation des frontières internationales. « En effet, suite aux actions humaines, aux effets des changements climatiques, … des bornes installées, des ruisseaux ou rivières servant de frontières peuvent disparaître ».

Ce qui crée des conflits, confirme ambassadeur Fred Gateretse Ngoga, du bureau du commissaire à la Paix et Sécurité et les Affaires politiques chargé du PFUA. D’après lui, seulement 35 % des frontières sont déjà matérialisées. « Et à l’heure actuelle, il y a au moins 100 conflits liés aux frontières ».

Le Programme Frontière de l’UA (PFUA) a été établi en 2007 par les Chefs d’Etats et des gouvernements africains après avoir constaté qu’il existe des problèmes des frontières non délimitées et matérialisées.

TIC

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Kagabo

    Bonne nouvelle pour les usages du lac et les populations de ces quatre nations.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Allo ? Econet Wireless ? Ne raccrochez pas

« La téléphonie mobile, facteur de développement. » Au moins dans deux ateliers, les professionnels des compagnies de téléphonie mobile démontraient noir sur blanc le lien entre sa pénétration et la croissance économique. Entre autres avantages : investissements directs, rentrées fiscales, inclusion financière, (…)

Online Users

Total 3 380 users online