Vendredi 15 octobre 2021

Archives

Digitalisation des services publics au Burundi : encore du pain sur la planche

24/09/2021 Commentaires fermés sur Digitalisation des services publics au Burundi : encore du pain sur la planche
Digitalisation des services publics au Burundi : encore du pain sur la planche
Le classement des pays africains sur la digitalisation des services publics

Le Burundi a été classé 33ème sur 53 pays d’Afrique en matière de digitalisation des services publics. Quel état des lieux et l’importance des services numérisés ? Eclairage d’un spécialiste.

Selon l’étude du Département des affaires économiques et sociales des Nations unies, le Burundi vient en 33ème place sur 53 pays d’Afrique dans la digitalisation des services publics. Un classement qui vient d’être publié par l’agence Ecofin, une plateforme d’informations économiques et financières africaines.

D’après le professeur d’université Siméon Barumwete, spécialiste des questions d’administration et des politiques publiques, la digitalisation est le fruit de la modernisation de l’administration publique.
« Pour éviter les dépenses en termes de matériel bureautique (les papiers, les classeurs, l’encre, photocopie, etc.) qui coûtent énormément de moyens, l’on essaie de numériser les documents. C’est-à-dire qu’au lieu des supports papiers, l’on a un fichier électronique dans l’ordinateur », explique-t-il.

Par exemple, fait savoir ce spécialiste, si une personne cherche une attestation dans la commune, elle n’a pas besoin de se déplacer. Elle entre dans le site, complète le formulaire et l’imprimes peu importe où elle se trouve.

D’après M. Barumwete, ce système permet de réduire les dépenses de l’Etat et de la population. D’autant plus que le matériel bureautique coûte très cher. « Or, il y a moyen de réduire les charges en intégrant la numérisation qui permettra l’accès en ligne des services publics. » Ce système permet aussi l’efficacité et la rapidité des services, selon lui.
Il indique que l’administration burundaise ne dispose presque pas de services publics digitalisés. « Les banques commencent à y adhérer timidement ».

Siméon Barumwete reconnaît toutefois que la digitalisation pourrait augmenter le chômage. Car l’on est obligé de réduire le personnel. Mais c’est normal pour tout ce qui est développement technologique, pour lui. « Les économies qui seraient dégagés par cette réforme pourraient être investies dans d’autres secteurs porteurs de croissance qui ont besoin de beaucoup d’employés », recommande M. Barumwete.

TIC

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Garder un œil, un seul, sur le Burundi

Malgré ses rapports sur les violations des droits de l’Homme au Burundi qu’une certaine opinion trouvait ’’pertinents, fouillés, documentés’’, au moment où une autre classe les qualifiait de ’’biaisés, de politiquement orientés, de nuls et de nuls effets’’, la Commission (…)

Online Users

Total 1 053 users online