Samedi 27 février 2021

Santé

Interview exclusive avec la ministre de la Santé : « Je n’ai pas peur des mauvaises langues ! »

28/10/2017 Clarisse Shaka 18

La ministre de la Santé, Dr Josiane Nijimbere, réagit aux accusations portées contre elle, suite à la décision du fonds mondial de lutte contre le Sida de retirer au ministère la gestion des subventions.

 

La ministre de la Santé, Dr Josiane Nijimbere

Certaines ONG locales avaient dénoncé des irrégularités au sein de votre ministère, notamment des licenciements et des recrutements abusifs. Qu’en dites-vous ?

Les ministères sont évalués par la présidence. Le ministère de la Santé est toujours classé parmi les six premiers. D’autres nous évaluent en qualité de qui ? Qui sont-ils pour me juger ?

La ministre n’a aucun rôle dans le recrutement. A chaque fois que le recrutement s’avère nécessaire, des appels d’offre sont rendus publics.

Quant au licenciement, rien ne m’empêche de remercier ceux qui ne font pas leur travail. D’ailleurs j’ai déjà licencié trois directeurs des programmes pour leurs performances médiocres, notamment le refus d’exécution.

Certains employés du ministère vous reprochent des réquisitions de véhicules et le refus du déblocage de l’argent pour les activités financées par le fonds mondial…

Ça, je n’en sais rien. Même s’il y aurait eu réquisition, où est le mal à réquisitionner un véhicule pour exécuter les tâches du ministère ? Ce ne sont que des mauvaises langues qui disent n’importe quoi.

D’ailleurs elles parlent de moi parce que je travaille. Si je reste au lit ou le jour où je ne serai plus ministre, personne ne va parler de moi.

Je n’ai pas peur de ces mauvaises langues. Tant que je serai ministre, je ne permettrai jamais aux gens de me juger. Il faut casser ces gens qui ne respectent pas les institutions !

Le fonds mondial vient de retirer à votre ministère la gestion des fonds. Votre réaction ?

Ce n’est pas la première fois que le fonds mondial prend cette décision pour un pays. Le Burundi n’est pas donc le seul.

Les fonds ne sont pas retirés au Burundi. Ce n’est que le récipiendaire principal qui change. L’essentiel pour moi est que la population continuera à bénéficier de l’aide. C’est cela le résultat final. Il ne changera pas.

Je suis désolée de la façon dont la lettre a été interprétée. Elle a été très mal interprétée. C’est comme si la terre se dérobait sous les pieds du Burundi. Il n’y a pas de torchon qui brûle entre le Burundi et le fonds mondial.

Le fonds mondial vous donne la note de 2 sur 5 (B2) pour l’année 2016. Comment vous évaluez-vous ?

Moi je me donne une note de 100%. Le ministère a réalisé toutes les activités qui étaient programmées pour l’année dernière. La principale mission du ministère est de prévenir, de traiter toutes les maladies et de rendre disponible les médicaments. Nous avons respecté totalement notre mission. Donc je me donne la mention « excellent ».

D’après le fonds mondial, 30 millions USD n’ont pas été utilisés. Comment l’expliquez-vous ?

30 millions ? Cette somme achète combien d’ambulances ? D’ailleurs depuis que le fonds mondial finance le Burundi (2003), l’argent n’a jamais été utilisé en totalité. Je ne comprends pas pourquoi ce bruit maintenant. L’année n’a même pas touché à sa fin. Il fallait attendre le 31 décembre pour déterminer la somme qui n’a pas été utilisée.

Forum des lecteurs d'Iwacu

18 réactions
  1. RUGAMBA RUTAGANZWA

    @Dr Josiane NIJIMBERE: Interview exclusive avec la ministre de la Santé : « Je n’ai pas peur des mauvaises langues ! »

    Mélange d’incompétence et de mauvaise communication, cette femme a vraiment besoin d’une petite formation supplémentaire surtout en communication car elle ne pourrait pas refaire ses études de médecine et puis on ne doit pas être médecin pour être bon ministre de la santé.. ! Elle a cruellement besoin de quelques cours de communication tout comme la plupart de ses confrères du Gouvernement d’ailleurs, Mr Sindimwo venant en première ou en deuxième parmi les plus nécessiteux. Les propos par exemple de Mr SHINGIRO aux NU il y a deux jours frisaient purement simplement le ridicule. C’est vraiment la catastrophe ce Gouvernement… !

  2. James

    Ayuhu devrait défendre cette pseudo- ministre mais il tarde à venir! Qu’est-ce qui se passe? J’aimerais savoir.
    Blague mise à part, cette dame fait honte non seulement au gouvernement mais aussi aux médecins. Dans quelle langue a-t-elle rédigé sa thèse si elle l’a elle-même rédigée? Le Burundi a encore de terribles moments à endurer!

  3. kabwa

    Madame,
    Il te manque l’élément essentiel de la vie: l’ humilité. Tu es loin d’être la personne qu’ il faut à ce poste. Tu es parfaitement à la hauteur du gouvernement très médiocre comme le nôtre et mis en place par un président inconstitutionnellement en place. Si tu ne sais pas la signification étymologique du mot ministre, poste que tu occupes depuis 2015, tu es loin d’ être un intellectuel ( différent d’un technicien du savoir). Le ministre est un serviteur du peuple. Si tu l’étais réellement, tu devrais avoir le plaisir d’être évalué par lui. Le pays n’appartient pas au président même si il était légal, il appartient au peuple. Ce langage peu courtois pour ne pas dire arrogant dans un français approximatif fait la honte de ta famille, de ton parti politique, de ton gouvernement et de toi-même. Bien qu’il consacre l’incompétence, je pense que le président d’origine divine ne va pas quand même tolérer cette maladresse qui fait la honte de lui-même. Dans tes réponses transparaît une certaine culpabilité qui tu arrives mal à cacher. Avec de tels ministres, le pays doit compter encore des décennies pour se relever. Un journal te donne l’occasion de démentir les accusions portées contre toi et, au lieu d’en profiter pour soigner ton image, tu ajoutes le mal au mal. Quel gâchis! Du jamais vu.

    • Gacece

      Madama la ministre s’affirme et vous appelez cela de l’arrogance? Pour qui vous prenez-vous hommes de peu de foi!?

      Voyez le bon côté des choses sur 75 millions de $, il reste 30 millions non encore utilisés. Si on y ajoute les autres 75 millions de l’an prochains, on a 105 millions. Je crois que peu importe qui va gérer ces fonds, tant que le destinataire final reste le malade, on devrait plutôt s’en réjouir.

      • Mafero

        @Gacece: C’est vraiment comme cela qu’on vous appris de s’affirmer, avec une langue plus tranchante qu’une machette?

        • Gacece

          @Mafero
          « Elle n’a pas peur des mauvaises langues! »

  4. Muco

    Sans rire elle dit qu’elle n’a pas de compte à rendre et se donne 100%. Bien dit. L’arrogance mélangée avec médiocrité est un cocktail éxplosive.

  5. Björn

    Voila comment les dirigeants africains confondent la chose publique et privee. Si elle est ministre c’est qu’elle au service du peuple burundais donc elle doit repondre a ce dernier aux cas elle ne fait pas bien son boulot et dont les critiques qu’elle doit repondre humblement au lieu d’insulter le peuple.

  6. James

    Cette dame est insolente, bête et méchante. “Il faut casser ces gens qui ne respectent pas les institutions.” Depuis quand un ministre parle avec cette indécence? Elle doit avoir fréquenter un Coco vu le niveau de son français.

  7. Rurihose

    Rien ne peut inquiéter madame la Ministre de la santé.
    Les critères de performance du Fonds Mondial ne sont pas les mêmes qu’utilisent Nkurunziza
    La ministre qui avait squatté la villa de la BRB n’a jamais été inquiétée.
    Ce n’est pas pour rien que le Burundi est le pays le plus corrompu au monde

  8. Bizuru

    Qui sont-ils pour me juger ?
    Tant que je serai ministre, je ne permettrai jamais aux gens de me juger.
    Moi je me donne une note de 100%.

    Aho nta ntisoni ga Madame? ngo ntaco dukwiye kukubaza? erega ukorera abanyagihugu? Hagow uwo murarana ngira ntaco ahakura nayo manyama!! lol

    • Mafero

      En Anglais correcte, on parle de “strip off” et maintenant elle trône dans un gouvernement, completèment “naked.”

  9. divine comédie

    Cette dame dit ” Il faut casser ces gens qui ne respectent pas les institutions !” Maintenant elle se prend pour une institution ! Ca se voit que le pilote de l’avion “Burundi”est allé dormir , si non dans un pays normal ce ministre serait remplacé illico presto, du fait de l’interview même. Elle n’a jamais parlé du fond . Pour elle la faute est à ceux qui parlent d’elle . Elle est qund même très forte .

  10. CLAUDIO

    Emwe uyo mushikiranganji yishura ukuntu daaaaaaa.

  11. Mafero

    Quelle arrogance! “Tant qu’elle restera ministre, elle ne permettra jamais les gens de la juger.” Napoléon dirait:” L’Etat, c’est moi!”

  12. Habwawihe Pierre Claver

    Gushira isoni gutyo mbona atari vyiza. Umuntu w’ukuri aremera ati ngaha narihenze ati aha naho barambeshera. Nayo vyose kwiha 100% mbona ari ikinyoma

  13. kongwe

    La somme n´a pas été utilisée mais elle n´a pas été détournée ! Amahera ari ngaho azokora , où est le problème ??? Ni bakureke madamu !!

    • divine comédie

      @ kongwe
      Posez plutot la question de savoir comme les budgets sont utilisés . Je vous l’explique et ceci est valable aussi pour le budget de l’Etat à la disposition des ministères . Lorsqu’un buget X doit être utilisé un ministère M , il faut au préalable qu’il ai t été accepté et affecté , avec donc une prévision des dépenses . Ce budgett doit être utilisé comme prévu au départ . Et lorsquee par exemple un montant M1 a été viré sur le compte du service utilisateur , les justificatifs doivent suivre pour un avoir une seconde tranche M2 , Tant que les justificatifs ne sont acceptés par le bailleur ou ne sont pas fournis , la seco nde tranche M2 ne peut pas être débloqué. La question principale est donc de savoir pourquoi les justificatifs ne sont pas fournis ou contiennent des erreurs . Ah l’explication la plus importante c’est que les budgets détournés sont difficiles à prouver ou des irrégularités ont été constaté. La transparence budgetaire est de rigueur dans la gestion des budgets des organismes internationaux même si parfois les détournements peuvent exister. Dans le cas qui nous concerne la ministre est totalement responsable ainsi que les services demandeurs de ces budgets . C’est cela le problème . La conséquence de tout cela est terrible après . Car , du fait que la totalité des budgets alloués n’a pas été utilisé, le budget pour l’année suivante s’en trouve amoindrie alors que les besoins des demandeurs augmentent.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Main basse sur les morgues

Où sont passées les valeurs morales et humaines, l’« Ubuntu » chanté par les Burundais à longueur de journée ? Depuis un certain temps, avoir accès aux chambres froides dans les hôpitaux publics de Bujumbura relevait d’un parcours du combattant. Des gens qui (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 071 users online