Samedi 16 octobre 2021

Santé

Gestion des médicaments non utilisés dans les ménages, l’Abuco tire la sonnette d’alerte

12/10/2021 0
Gestion des médicaments non utilisés dans les ménages, l’Abuco tire la sonnette d’alerte
Des médicaments non utilisés dans les ménages

Dans une conférence de presse de ce vendredi 8 octobre à l’occasion de la campagne de collecte des médicaments non utilisés dans les ménages, l’association burundaise des consommateurs (Abuco) a évoqué une gestion inefficace voire dangereuse des médicaments hors usages dans les ménages.

« Les restes des médicaments non utilisés dans les ménages constituent un problème lié à la santé publique. Ces médicaments sont une source de dangers notamment l’automédication ou l’utilisation des médicaments périmés, ce qui est très dangereux pour la population. Le consommateur a droit donc à la sécurité, il doit être protégé contre tout produit pouvant menacer sa vie ou sa santé. Malheureusement, ce n’est pas toute la population qui est au courant de cette campagne », déplore Noël Nshimirimana, secrétaire et porte-parole de l’Abuco

Le ministère de la Santé publique et de Lutte contre le Sida a lancé une campagne d’un mois, depuis le 6 septembre, de collecte des médicaments non utilisés dans les ménages. Selon les responsables de l’Abuco, la campagne n’a pas été suffisamment médiatisée.

Interrogée, une habitante du quartier de Bwiza affirme ne pas être au courant de cette activité, pourtant, elle confie posséder des tas de médicaments non utilisés ou périmés : « Je conserve beaucoup de médicaments que je n’utilise pas. Je n’ai jamais su l’existence de cette campagne et personne n’est venu récupérer ces médicaments. Est-ce que je peux les jeter dans une poubelle ? », a-t-elle naïvement demandé.

« L’environnement est aussi menacé »

Selon le secrétaire et porte-parole de l’Abuco, la menace ne plane pas seulement sur la santé humaine, mais aussi sur l’environnement. Il explique que le fait de jeter des médicaments périmés dans la nature, dans les eaux courantes ou usées, le feu ou les ordures ménagères aurait des conséquences néfastes sur l’environnement : « Si l’on jette un médicament périmé ou non utilisé là où on veut, un consommateur non averti peut le consommer malgré lui. Parce que le ruissellement emportera ce produit dans les rivières, dans le lac Tanganyika et c’est cette eau que nous consommons, c’est cette eau qui constitue le milieu de vie des poissons que nous mangeons. Nos vaches et chèvres vont brouter l’herbe qui a poussé là où ces produits sont jetés », a fait savoir Noël Nshimirimana.

Il demande que cette campagne soit prise au sérieux. Il appelle le gouvernement à prendre en main cette question en aménageant des endroits de collecte et de destructions de ces médicaments, tout en préservant la santé humaine et l’environnement.

Signalons que cette campagne de collecte des médicaments non utilisés a commencé le 6 septembre et se clôturera le 14 octobre. Nous avons contacté le ministère chargé de la santé en vain.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Garder un œil, un seul, sur le Burundi

Malgré ses rapports sur les violations des droits de l’Homme au Burundi qu’une certaine opinion trouvait ’’pertinents, fouillés, documentés’’, au moment où une autre classe les qualifiait de ’’biaisés, de politiquement orientés, de nuls et de nuls effets’’, la Commission (…)

Online Users

Total 1 038 users online