Lundi 02 octobre 2023

Opinions

|Opinion| La politique de la terre brûlée du CNDD-FDD à l’approche des élections de 2015

13/03/2015 31

Par Gervais Marcel Cishahayo

Le président Nkurunziza Pierre et son parti CNDD-FDD sont confrontés à une opposition fragmentée mais résolue, une société civile déterminée et une communauté internationale de plus en plus ferme.

Acculé de toutes parts, et incapable de contempler de quitter (ou garder) le pouvoir à travers des élections compétitives réellement démocratiques le parti CNDD-FDD fait des fuites en avant et fait planer le spectre de la violence pour forcer un troisième mandat présidentiel de Pierre Nkurunziza, ou à défaut, une victoire à tous prix pour son parti.

Alors que le multipartisme est légalement reconnu au Burundi, une frange de jusqu’au-boutistes au sein du parti CNDD-FDD au pouvoir semblent plus ne pas vouloir comprendre qu’avoir compris que l’alternance au pouvoir à l’issue d’élections régulières libres est une des caractéristiques principales de la gouvernance démocratique pour laquelle le Burundi a opté avec la signature des accords d’Arusha et l’adoption de la Constitution du 18 mars 2005.

A tort ou à raison, des irréductibles au sein du pouvoir croient ou perçoivent qu’ils ont tout à perdre et s’adonnent à des pratiques antidémocratiques répressives et de culte de la personnalité caractéristiques du système politique de parti unique. Cette politique que certains n’hésitent pas de qualifier de « terre brulée » au mépris de la quasi-unanimité nationale (voire internationale) contre un éventuel troisième mandat présidentiel du président actuel Pierre Nkurunziza et le maintien forcé au pouvoir du parti CNDD-FDD suscite beaucoup d’inquiétudes au Burundi, dans la région des Grands lacs en Afrique et au-delà.

Les récents remaniements effectués notamment à la tête des services de sécurité et d’autres postes sensibles de l’administration, l’évasion spectaculaire de Hussein Rajabu, les dossiers régulièrement dévoilés et décriés dans les médias ne font qu’accentuer le malaise au sein d’une population qui a du mal à se remettre des séquelles de plus de quinze ans de guerre civile, une gouvernance gangrénée par les vices de toutes sortes et une pauvreté qui ne dit pas son nom.

Tandis que l’opposition politique et la société civile (même fragmentées) se sont déjà exprimées unanimement contre un tel mandat, pour ne citer qu’un exemple, ce dimanche 08 Mars 2015, la puissante et influente église catholique du Burundi a transmis un message unanime clair dans ce sens à ses fidèles. La grogne est perceptible même au sein du parti au pouvoir.

Discrétion professionnelle oblige, le langage diplomatique délibérément mesuré et/ou parfois ambigu entretenu par certaines chancelleries des partenaires régionaux et internationaux du Burundi continue à faire croire aux ténors et inconditionnels d’un troisième mandat du Président Nkurunziza et du parti CNDD-FDD qu’ils peuvent brader l’opinion nationale et internationale. Certains soupçonnent même des forces de l’ombre d’être derrière cette attitude du pouvoir.

Les Nations Unies à travers son Conseil de sécurité et la MNUB (ex-BNUB) ont investi des ressources considérables (matérielles, humaines, temps) pour faire (des élections de 2015) du Burundi un modèle d’une transition post-conflit réussie vers l’établissement d’un état de droit et d’une bonne gouvernance démocratique. Cependant ces efforts risquent de souffrir des tares inhérentes aux contradictions (divergences de vues, d’approches, des priorités et) des intérêts géopolitiques des grandes et moyennes puissances de ce monde au sein même de ce Conseil.

En effet par exemple, si la position officielle des partenaires principaux du Burundi tels que les USA et l’UE a été exprimée diplomatiquement contre un troisième mandat présidentiel qui ne respecterait pas les Accords d’Arusha et la Constitution qui en émane, celle des autres membres du conseil de sécurité tels que la Fédération Russe et la Chine restent moins connues et risquent de suggérer des interprétations les plus controversées. En plus d’une pression interne effective, une position collective du conseil de sécurité articulée dans ce sens pourrait infléchir la position du président actuel et les irréductibles de son parti pour abandonner leur approche catastrophiste et accepter d’appliquer sans malice, les règles établies du jeu démocratique.

Pour une certaine opinion, malgré les efforts entrepris pour apporter des corrections aux défaillances du processus d’enrôlement des électeurs que l’opposition taxe de manœuvres frauduleuses, les élections sont déjà sérieusement compromises à cause de la confection d’un fichier électoral de référence basé sur l’octroi de cartes d’identité ouvert aux abus de toutes sortes comme cela a été démontré et documenté. Sous d’autres cieux, dans un souci d’assainir le climat politique actuellement vicié, un tel enrôlement aurait été purement et simplement annulé ; la CENI, les CEPI et les CECI auraient été dissoutes et reconstituées pour les rendre plus représentatives de toutes les forces politiques, la société civile et les partenaires sociaux.

Au-delà de la manipulation des partis politiques et tous les forfaits et les tares dont le pouvoir peut être accusé à tort ou à raison, l’utilisation des corps de défense et de sécurité et l’appareil judiciaire pour mener une persécution systématique des leaders et des membres des partis politiques les plus crédibles membres ou non des coalitions notamment le FNL d’Agathon Rwasa, le MSD d’Alexis Sinduhije, le CNDD de Léonard Nyangoma, UPD Zigamibanga, etc… engendre un malaise généralisé perceptible à travers tout le pays. Les Barundi digèrent mal les exécutions, les injustices, les persécutions de toutes sortes et la corruption endémique qui leur rappellent les régimes du passé.

En capitalisant sur la domination par son parti de l’administration et des forces de défense de sécurité en plus de sa milice militarisée « Imbonerakure », le parti CNDD-FDD risque de pécher par excès et d’être pris dans son propre piège. En effet, même si la problématique ethnique persiste, elle a évolué tant au niveau régional que national où l’antagonisme ethnique est maintenant dédoublé de compétition politique intra-ethnique. Sur la scène politique beaucoup s’accordent pour reconnaître que chaque parti pris séparément, même s’il n’est pas reconnu par le ministre de l’intérieur et ne peut donc pas mener légalement ses activités, le FNL d’Agathon Rwasa est indubitablement le challenger principal du CNDD-FDD de Pierre Nkurunziza et que sa coalition avec d’autres partis de l’opposition améliorerait davantage ses chances de succès aux prochaines élections.

Après quinze ans de guerre interethnique polarisée entre Hutus et Tutsi, d’une part, les barundi ne sont pas facilement motivés pour une guerre intra-ethnique (entre hutus ou entre tutsi). D’autre part, sous les pressions d’une opposition politique même fragmentée, une société civile déterminée dans un contexte d’une situation économique catastrophique défavorable et des partenaires nationaux et internationaux de plus en plus impatients, une approche de forcing politique et de terre brûlée risque d’être suicidaire pour une formation politique qui aura ainsi dépensé, en si peu de temps, son capital politique considérable à l’issue des premières élections de 2005 après les Accords d’Arusha.

Gervais CishahayoGervais Marcel Cishahayo est un membre de la diaspora burundaise depuis la fin des années 1970 et établi à Malte, UE. Professeur, consultant sur les questions relatives à l’éducation, la géophysique, les NTICs, la diplomatie et les relations internationales, il est l’auteur d’articles d’analyses et de contributions diverses dans les médias sur l’immigration, la sécurité et l’intégration régionale. Avocat de la bonne gouvernance démocratique bien connu des milieux politiques et académiques et n’ayant jamais adhéré officiellement à aucun parti depuis les années 1980s, il est l’auteur d’une thèse d’analyse de la dimension de la sécurité de la Communauté Economique des Pays des Grands Lacs (CEPGL) présentée à l’Académie Méditerranéenne d’Etudes Diplomatiques de l’Université de Malte.

Forum des lecteurs d'Iwacu

31 réactions
  1. Macaire Bacamurwanko

    Monsieur Gervais Marcel Cishahayo kirya gihugu abagitangiye amaraso barakizi, wewe niwigumirize izo diplomes igihumbi tubonye. Birambabaje kubona udashoboye kugira Mariage de 3 textes: Accors d,Arusha signés avec les réserves entre G7 et G10, Lea Accords de Cessez le Feu signés en 2003 avec CNDD-FDD et Finalement IBWIRIZWA NSHINGIRO aprés la réferandum. Dans ton texte sans faute d,ortographe mais avec un vide de fond ntiwatweretse aho amakosa ahagaze nivyo abahinga benshi bavuze kubihengiri bigaragara biri muri Ibwirizwa nshingiro ,pourtant Professeur Rwankara Pascal yoba yize hafi yaho muherereye yarayadomye kurutoke , mbega none hamwe wogira une honetét´intellectuel vyogutwara iki kuvuga ukuri? CNDD-FDD urashobora kuyanka ariko ntayo uzozingazinga ngo ute mori poubelles , analyse yawe ntaho itaniye niya Ntibantunganye Syvestre , le Président du Burundi par défaut. Jewe ndibaza mwoba mutari kure nakura muri politique.

    • Gervais M. Cishahayo

      Reka kwicura amabinga… Amadipolome wayabonye hehe? Ahubwo tsinda ishavu ureke guhayagiza ivyo gutanga amaraso kuko ayatanzwe arakwiye nta yandi abarundi b’umutima bipfuza ko yoseseka… hanyuma mbere wihangane nawe udushikirize « ton texte sans faute d’ortographe mais avec un plein de fond wongere utwereke aho amakosa ahagaze …
      Ico nagomba kukwibutsa ni uko iki gihugu ari ica bose atari ic’abagitangiye amaraso gusa. Kandi ntibikenewe yuko utyoza abandi ntigeze mvuga mu vyo nashikirije.
      Nayo ivyo kwanka CNDD-FDD no kuyita muri poubelle … ninde yakubwiye yuko nanka CNDD-FDD: Uritonda ubaze neza wohava usanga kumbure iyo CNDD-FDD uvuga noba narayikoreye ivyiza gusumba uko wibaza wewe nyene wibaza wayikoreye ariko jewe nkunda ivyo yoba ikora neza nkanka ivyo yoba ikora bibi!
      Jewe rero nabonye intwaro zitari nke: nta ntwaro yamaho kandi ni iya CNDD-FDD ni uko nyene izovaho nta gisivya.

  2. Vuvuzela

    Bavuga ngo: « Umuvuduko w’inkoko ntiwayibujuje kuniya munzu ».
    Uwo Mugabo Peter nawe yari yatuzanaye agahengwe none agira agende abijabanze!!!

    • Amédé

      Ntiyatuzaniye agahengwe, yaduhaye agahengwe. Twiruhikije ahevye ishamba.

  3. Terimbere

    Je pense que c’est un bon travail, un briefing destiné à tous ceux qui ne suivent pas régulièrement ce qui se passe au Burundi et qui voudraient s’informer sur la situation politique actuelle du pays à la veille des élection!
    Personnellement, je n’ai appris rien de nouveau!
    Sauf bien sûr un commentaire que l’auteur a fait lors d’une réponse à un internaute comme quoi il affirme que notre futur président viendra du cnddfdd!
    Je pense que si vraiment le cnddfdd était aussi sûr de remporter, il ne ferait pas la persécution son cheval de bataille électorale.
    Le professeur s’il est vraiment de bonne foi devrait le savoir!
    Personnellement, Je suis à 1000% sûr qu’à travers d’élections libres et transparentes, un candidat de l’opposition unie est capable de réduire l’aigle en miettes!!

  4. Martino

    PRIDE COMES BEFORE FALL.

  5. Amani

    De la part de quelqu’un qui se presente comme un expert, c’est vraiment du n’importe quoi. Copy and paste. Rien de nouveau, simple repetition des littanies de la soi-disante societe civile, affirmations gratuites. Je suis vraiment decu par la sortie de ce nouvel expert des problemes du Burundi. Abakurambere barayamaze ngo ijambo rigukunze ni irikugumye mu nda. Mieux vaut se taire que faire des declarations gratuites et une analyse qui n’en est pas une, surtout de la part d’un « intellectuel » de cet acabit.

  6. Ndikumana Roger

    @ certains commentateurs,…acceptez que vous êtes très très très jalous.
    Mwebwe ngaho iwanyu mwirigwa muri za yegereyegere mwibaza ko ahandi abo bikundiye batiga?
    None uwo mushingantahe, niyaba izo qualifications zose azifise, mushaka areke kuzishirako ngo mudahava mumwita umuzairois?
    Dans les commentaires nabonye nabababazwa nuko abanyagihugu semblent être plus déterminés que jamais à participer à la vie politique de leur pays via des ( phoning-in programs),…jewe ntakibi mbonamwo.
    Iyo muri 1993,…..haba hariho mwenizo programu abanyagihugu bagahana ivyiyumviro en directe à l’aide des vraies proffessionnels des media,……peut être qu’il aurait eu moins de morts inutiles.
    Murantunga si je vous ai contrarié, mugabo nuko ndabibona.

  7. Mutima

    Sauf votre respect Monsieur Cishahayo, quand quelqu’un, cultivé ou non, se met en tête qu’il parle pour « tous » les Burundais, son opinion tombe et sonne malheureusement comme une autre tentative de manipulation.

    Vous pouvez être opposé à la candidature de Nkurunziza et/ou du parti CNDD-FDD. Mais arrêtez de présumer que tous les Burundais pensent comme vous!… Parce que si c’était le cas, laissez-le alors se présenter… Vous n’aurez, vous et ceux que vous supportez, alors aucune difficulté à le battre aux élections.

    En tout cas pour vous faire connaître avec fracas, vous l’avez réussi!

    • Lead

      Oui mais, Mutima–où est-ce que Mr Cishahayo dit parler “pour tous”? Où est-ce qu’il présume que “tous les Burundais pensent comme vous”?
      Et puisque tu es friand de la globalisation, Nyabenda disait avant-hier que les Bagumyabanga ne voteront pas si Nkurunziza n,est pas leur candidat et …Onesime de repliquer (en direct!) qu’il “n’y a pas eu de recensement”. No comment!

    • Malgré ton acharnement contre Monsieur Cishahayo parce qu’il a seulement dit que ton Chef NKURU droit partir tu te trompe:
      «Iyishaje itegerezwa kubarwa ibishaka itabishaka canke ubishaka utabishaka.»

      Malgré que Nyabenda a menti que tous les DD veulent NKURU comme candidat,
      ça ne changera rien: «Iyishaje itegerezwa kubagwa»

  8. kimeneke

    Nimureke harya Peter azobona ayo Pharaon yaboneye mukiyaga gitukura nubwo azoronka soutien yabicanyi bose ndetse harimwo na shetani duhaze neza kubera turikumwe na Yesu

  9. KAISER

    Nyakubahwa Gervais, n’utahe baguhe ubushikiranganji. Jewe mbona tuzoba dukize.

  10. Jean-Pierre Ayuhu

    Chers Monsieur Cishahayo,
    Je comprends que vous êtes fêtes partis de la diaspora des années 1970 car la situation ou plutôt votre analyse est l’information que vous récoltez sur Internet et dans certains milieux diplomatiques.

    Il y a certes du vrai dans ce que vous dites: le souhait d’une démocratie saine et qui dit démocratie suppose la prédisposition à accepter une alternance et quand je dis prédisposition, je veux dire que personne au pouvoir ne le souhaite, y compris à Malte ou vous résidez.

    Il n y a pas de malaise dans la population. Il y a un débat dans les milieux urbains, chez les politiciens d’hier, et ceux qui souhaitent le devenir. Et quand je dis politiciens, j’entends les partis politiques régulièrement constitués et les autres qui ne disent pas leurs noms: les associations de la société au sens large ( Les Églises, les syndicats, différentes coalitions etc…).

    Que s’est-il passé pour votre information?
    Sentant la volonté du peuple approcher, les anciens tenant de la violence ont vite compris que la seule manière de revenir et de passer, non pas par la formule classique des partis politiques, mais à travers la société civile…
    L’avènement du Cndd-fdd, des vas-nu pieds comme on les appelait, n’était pas attendu. Souvenez-vous, « agateka aho kamye », disaient, hier, nos compatriotes…

    Nkurunziza n’est pas l’homme de la situation actuellement et la constitution ne lui permet pas de se représenter. Je dis bien constitution en lieu et place d’Arusha car Arusha, a été aussi une sortie « honorable » et imposée au détriment d’une constitution sciemment violée par ceux-là qui, aujourd’hui sont en opposition via la société civile…

    Et pour dire ceci, Nkurunziza n’est pas le produit de la Belgique ni de France. Ni icaduka, – Ndadaye l’a été-, diront les chancelleries mais icaduka cadutse neza, du moins au début, car a permis au Burundais, vous et moi, d’aller et revenir, de critiquer, de quitter Malte et de se rendre au Burundi sans la peur au ventre de finir au BSR ou carrément dans la tombe…

    Rappelez-vous. La victoire de Ndadaye fut un décompte ethnique selon Buyoya, repris dans RFI par l’historien des grands-lacs et du Burundi en particulier… Vous connaissez la suite.

    Un très bon week-end, cher Monsieur .

    • Gervais M. Cishahayo

      Cher Jean-Pierre Ayubu
      Sois rassuré: même si je fais parti de la diaspora burundaise depuis les années 1970, je ne suis pas détaché des réalités de mon pays natal et mon opinion n’est pas de l’information que je récolte sur l’internet et dans les milieux diplomatiques.
      Naturellement, je respecte ton opinion même si certains points que tu soulèves sont hors sujet de mon article et à défaut de te rencontrer et échanger avec toi, je serais ravi de lire tes contributions basées sur tes propres sources. Cependant, je suis content que tu sembles partager l’idée du principe de l’alternance au sommet de l’état comme un des pilliers de la bonne gouvernance démocratique.
      Cordialement, Gervais

    • RUGAMBA RUTAGANZWA

      @AYUHU
      « Sentant la volonté du peuple approcher, les anciens tenant de la violence ont vite compris que la seule manière de revenir et de passer, non pas par la formule classique des partis politiques, mais à travers la société civile….. »
      Mr/Mme AYUHU,
      Qu’en est-il des nouveaux tenants de la violence, je veux dire le CNDD-FDD ? Enumérons de façon non exhaustive, certaines de ces violences du Gouvernement CNDD-FDD, un des gouvernements les plus incompétents, les moins sérieux et les plus corrompus que ce pays ait jamais connu : assassinat de Manirumva, assassinat des religieuses italiennes de Kamenge, mise en place et armement des milices paramilitaires Imbonerakure dont le mode de fonctionnement rappelle l’organisation des Interhamwe de sinistres mémoires…, massacres des militants du FNL de 2010 à ce jour, crimes de guerre commis à Cibitoke où des jeunes gens étaient froidement assassinés après avoir été capturés…., harcèlement des médias et de la société civile à qui on veut toujours interdire d’exprimer leurs opinions….la liste est longue.. ! La liste est longue laissez-moi m’arrêter ici.
      Quant à NKURUNZIZA que vous défendez bec et ongle, son 3è mandant est illégal. S’il ne part pas de lui-même, la rue le poussera dehors. Pour moi, c’est une question de jours maintenant car M. NKURUNZIZA est dans une position indéfendable et faible et chaque jour qui passe sans qu’il annonce qu’il n’est candidat en rien en 2015, il s’affaiblit encore d’avantage et affaiblit aussi son parti qui ne fera que se fissurer et se désorganiser au fur et à mesure que les élections approchent!! Ce Monsieur que vous défendez, cher AYUHU est devenu la risée du monde entier. Il donne une image piteuse d’un président en fin de règne qui, apparemment ne contrôle plus grand chose autour de lui et qui veut s’accrocher illégalement au pouvoir en dépit de toute logique politique…! Croyez-moi, il n’aura pas de 3è mandat et je suis prêt à parier…!

  11. DUBOIS

    « http://mporeburundi.org/pourquoi-la-ceni-brule/#more-517 », les marchés,…Tout brûle dans ce petit pays.

  12. Kubwayo

    Monsieur Gervais, tu mélange TOUT! Pierre NKURUNZIZA-les irréductibles du cndd fdd, le CNDD-FDD,…..Un mauvais coctail qui prouve que tu ne comprend pas ce qui se passe réellememt.Je t’explique: 1) ce n’est pas le CNDD FDD qui veut Pierre NKURUNZIZA comme candidat, c’est juste quelques membres(puissants, c’est sur) qui le veulent pour des raisons bien connues. Beaucoup de membre (tout aussi puissant) veulent un changement Démocratique au sommet. 2)comment tu nous décrit une opposition fragmentée et tu affirmes que le CNDD FDD ne pourra pas être élu d’où la politique de la terre brulée? pas d’opposition…..on élira qui alors? la société civile?! 3)Penses tu que si de pareils tractations s’étaient entrain de se produire au sein de l’UPRONA ou du frodebu, quelqu’un de ton rang ou du mien, aurait pris son temps pour donner son opinion la dessus? moi je m’en foutrais! Le CNDD FDD n’est pas n’importe quel parti. je le sais, tu le sais, l’opposition le sais, tout le monde le sais. c’est pourquoi le choix du candidat CNDD FDD est primordiale pour nous tous car ce sera lui NOTRE prochain PRÉSIDENT.

    • Jean-Pierre Ayuhu

      Kubwayo na Kibwa,
      Je vous complète en disant que « trop de chasseurs désorientent le chien ». Je ne sais pas si j’ai bien traduit « abahigi benshi bayobeza imbwa »..
      Vous aurez remarqué chers amis qu’au Burundi, tout le monde est spécialiste…tout le monde est politologue, consultant, expert etc…pour finalement me dire que beaucoup de ventres sont creux et l’on invente et en inventant, cela devient de l’anarchie. Ce que dit notre expert de Malte rentre dans cette catégorie…
      Au fond, Nkurunziza le mal aimé n’a rien dit de sa candidature…si mon expertise est bonne, car je finirai à l’être comme tout le monde, il a simplement dit que le choix appartiendra à son parti…Attendons la décision du cndd-fdd!

      • Nzobandora

        Ayuhu,
        Même si il n’a rien dit sur sa candidature jusqu’ici, certains faits prouvent à suffisance l’intention de briguer ce mandat de trop notamment le discours claire à ce sujet de son chargé de communication et du président du parti sans oublier le fait que tous les DD anti-troisième mandat perdent automatiquement leurs postes les autres chassés du même parti.

        Donc, inutile de faire celui qui ne pas veut voir ou entendre mais le plus important est que maintenant ceux qui s’opposent à ce mandat au sein de ce parti commencent à afficher leur position clairement. Quant à la victoire du CNDD FDD, chacun peut donner son avis mais pour moi l’essentiel est que la compétition se fasse en respectant les règles et que le meilleur qui qu’il soit gagne.
        Un point un trait !

      • l'histoire est en marche

        Ntitwigire abatazi ibiriko birabera mu burundi. Petero Nkurunziza ntariko asabwa kuvuga uwo umugambwe aturukamwo uzoshira imbere mu matora y’umukuru w’igihugu yimirije, ivyo abanikeneye bazogenda kubibaza mu mugambwe urafise abawurongoye. Nk’uwutwara uburundi kuva 2005, asabwa kuvuga nimba wewe abona ashobora kuba umu candidat. Nibaza ko nk’uwujejwe guhagararira ibwirizwa nshingiro n’amasezerano ya Arusha, ufatiye kandi no kubuhojojo bw’abahanuzi banonosoye ivy’amategeko igihugu camuhaye ngo bamufashe mu mabanga yiwe, ico kibazo abazwa atari akananirabahinga excusez du peu.

    • Nzobandora

       » Le CNDD FDD n’est pas n’importe quel parti. je le sais, tu le sais, l’opposition le sais, tout le monde le sais. c’est pourquoi le choix du candidat CNDD FDD est primordiale pour nous tous car ce sera lui NOTRE prochain PRÉSIDENT.  »
      Je ne savais pas qu’on avait un certain Kubwayo dont l’avis représenterait tous les burundais.
      Hahahaha…..Certains doivent vraiment fumer du fort !!!!

    • Gervais M. Cishahayo

      Cher Kubwayo
      Je suis perdu… car tu sembles dire une chose et le contraire expliques-moi un peu plus :
      1) En quoi ceci diffère –t-il de ce que j’ai dit dans mon article ? : « … ce n’est pas le CNDD FDD qui veut Pierre NKURUNZIZA comme candidat, c’est juste quelques membres (puissants, c’est sur) qui le veulent pour des raisons bien connues. Beaucoup de membre (tout aussi puissant) veulent un changement Démocratique au sommet …»
      2) C’est quelle logique ça ? : « … Le CNDD FDD n’est pas n’importe quel parti. je le sais, tu le sais, l’opposition le sais, tout le monde le sais. c’est pourquoi le choix du candidat CNDD FDD est primordiale pour nous tous car ce sera lui NOTRE prochain PRÉSIDENT … »

      Je retiens de ton commentaire que « Beaucoup de membres … veulent un changement Démocratique au sommet …»

  13. kibwa

    Bonjour Mr Gervais.
    Que vous êtes trop qualifié!! De la géophysique à la géopolitique, en passant par les sciences de l’éducation , l’imigratiopn, l’intégration régionale …ect…c’est trop beau. Simplement ça manque de modestie et ça sent une petite exagération de soi. On est dans la vague aujourd’hui au Burundi. Deux semaines passées, un certain Nduwayo Gérard (portant pompeusement le surnom de Kisinger), un pur produit du couple Concilie-Gaston est monté sur l’estrade pour se proclamer candidat aux prochaines élections présidentielle. Il semble que même sa maman a crié au scandale!!!

    Ce petit pays a besoin de pyschanalistes, spécialisés dans le traitement « des complexes profonds » ayant tendance en évoluer en folie.
    Kibwa

    • Baobab

      @kibwa
      « Simplement ça manque de modestie et ça sent une petite exagération de soi. »
      Bien dit!
      Des fois j’ai l’impression que la mégalomanie est contagieuse car dans les années 70 on disait que c’était une maladie qui n’atteignait que les zaïrois! Actuellement ce sont tous les Grands-Lacs qui sont atteints!!!

      • Federation

        @Baobab

        D’accord avec vous aussi! Je n’ai pas pu m’empêcher de faire la rapprochement avec nos amis et voisins zaïrois comme vous le dites si bien … Exaspérant.

    • kadodwa jean

      Qui ment qui? il est membre du FNL Rwasa nibabe bemera ivyo bakwirikiye kandi il n’y avait aucun probleme.

    • Kibwa uvuz ukuri nk ukurima kabisa.En fait le probleme dans notre cher petit pays nuko tudafise abaganga bakwiye bavura ingwara zo mu mutwe.,,aba psychiatres.Tout le monde quand il s agit de la politique a quelques choses a dire la dessus.Mb uwo baza barya birirwa baraterefona kabizi nind amaze gusoma constitution na accord d arusha?!Parfois je me dis ko uburundi gishobora kuba ari igihugu ca mbere kigoy gutwara.Environ 8 millions d habitants et environ autant de politiciens.

    • Federation

      Cher @Kibwa,
      La lecture du « court » résumé de monsieur m’a exactement fait penser à la même chose. Une petite réaction pour vous dire que vous n’êtes pas le seul à l’avoir ressenti.
      Amahoro.

      PS : Désolé de n’avoir pas faire de commentaire sur le contenu que j’ai vite survolé (Le papier me semble très bien écrit même si je trouve que l’auteur a fort peu ciblé le message …J’ai le sentiment qu’il traite de TROP de points …. Juste un impression!).

    • Gervais M. Cishahayo

      @ Kibwa & Baobab
      Jewe ivyo nivyo nzi kandi nfitiye ivyemezo, nibaza yuko namwe muzi ibindi …
      twese tumenye bimwe ntawogira ico amarira uwundi 🙂
      Souviens-toi aussi, « toute personne bien portante est un malade qui s’ignore ».

      • baobab

        @Gervais M. Cishahayo
        Je n’ai dit nulle part qu’un manque de modestie soit une quelconque maladie! Par ailleurs dites-vous  » qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même »!

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Immixtion inacceptable

« Indépendance de la justice », « séparation des pouvoirs », tels sont les grands mots inlassablement répétés par les professionnels du droit après l’intervention du ministre de l’Intérieur lors de la réunion du 25 septembre. En vue de juguler la fraude, les malversations (…)

Pôle annonces

  • Il n'y a actuellement aucune annonce à afficher.

Online Users

Total 1 987 users online