Vendredi 07 octobre 2022

Archives

Gitega, quartier Nyamugari : un policier tire à bout portant sur un élève

Connu sous le sobriquet de Shirira, il a ouvert le feu sur un groupe de gens à la 4ème avenue de ce quartier, blessant grièvement un élève de la seconde. Le commissariat provincial indique qu’il s’agit d’une légitime défense.

Yves Iradukunda sur son lit d’hôpital
Yves Iradukunda sur son lit d’hôpital

C’était aux environs de 18h quand Shirira, un policier du commissariat de Gitega, est venu appréhender un voleur, selon les affirmations du commissariat, que la situation s’est dégénérée. Pour les personnes qui étaient sur place, le policier a tiré sans sommation car selon elles, il n’était ni provoqué ni menacé.

D’après ces habitants de la 4ème avenue, la situation était normale et aussi celui qu’on prétendait être un voleur est venu se présenter de son propre gré devant celui qui avançait avoir été victime d’un vol.

« Il a la gâchette facile ! »

« Nous avons, à maintes reprises, averti ses chefs que ce policier constitue un danger car ce n’est pas la première fois qu’il tire sur des gens», souligne une femme qui affirme avoir été elle aussi victime des intimidations de ce policier.

Et l’autre d’ajouter, « chaque fois qu’il rencontre quelqu’un, surtout la nuit, c’est toujours la même réaction. Au lieu de demander les papiers, il menace de le tuer.»

Au chevet de son fils à l’Hôpital Régional de Gitega, Amina Ndikumana déplore que son enfant vienne brutalement d’interrompre ses études. Elle précise en outre qu’elle est incapable de payer les frais d’hospitalisation, parce que veuve et sans moyens financiers.

Malgré les affirmations de la population chargeant Shirira, la version du commissaire provincial est tout autre. D’après Melchior Hakizimana, Shirira est un brave policier qui a pu stopper le banditisme dans le quartier Nyamugari. Néanmoins, il nuance : « Nous l’avons d’abord arrêté pour question d’enquêtes. S’il est reconnu coupable, des sanctions suivront. »

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Par les temps qui courent, Amina Ndikumana devrait remercier Dieu qui a su garder l’enfant en vie. Les frais d’hospitalisation devraient être payés par le Ministère de la Sécurité Publique même si on sait que ce dernier regrette que la victime n’ait pas été définitivement éteinte. Quand au Commissaire Provincial, bien qu’il ait arrêté le policier zélé, il fait preuve de piètre leader car, en fait, il a déjà tranché. Il a déjà innocenté son subalterne en chantant ses qualités, parler de légitime défense avant toute enquête montre que cet arrêt était une façon de l’éloigner de la population, si non le
    policier doit être en train de tirer quelque part maintenant même. C’est la décadence totale.

  2. Gariko

    La populations de Gitega « a aussi bien vote », tres dommage qu’elle beneficie du 3 eme mandat de cettte maniere!
    Quand est0ce qu’on tue finalement. Le policier ou son chef, qui est coupable?

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Université du Burundi, le flambeau risque de s’éteindre

« Il a été blessé grièvement au niveau du visage et du cou autour de la gorge. Il a aussi subi des coups dans le dos ». Un étudiant décrit la torture vécue par son camarade de classe. Emile Nduwimana (…)

Online Users

Total 948 users online