Lundi 08 août 2022

Archives

«Trente personnes dans une fosse commune, reddition de neuf rebelles »

La police et la mairie de Bujumbura ont présenté à la presse lundi le 29 février une fosse commune et une dizaine de jeunes rebelles qui se sont rendus aux forces de l’ordre.

Des restes de trois corps remontés d'une toilette
Des restes de trois corps remontés d’une toilette

Quartier Mutakura, 9ème avenue, numéro 31, vers 15 heures. Une odeur fétide infeste l’atmosphère dans les alentours d’une maison abandonnée et envahie par une broussaille. Les services de l’hygiène de la mairie ont déjà extrait du fond d’une toilette des restes de trois corps emballés dans des sacs en sisal et dans une moustiquaire. «Il s’agit d’une fosse commune où les insurgés armés ont jeté des corps de trente personnes qui n’adhéraient pas à leur idéologie. C’étaient notamment des Imbonerakure», affirme la maire. Il salue la collaboration de jeunes rebelles qui se sont rendus depuis la mi-février pour avoir aidé à la découverte de la fosse commune. Et de montrer deux jeunes, visages ensanglantés, avec des traces de corde sur leurs biceps. « Ce sont ces deux criminels qui nous ont montré cette fosse. Un d’eux avoue avoir déposé lui-même trois cadavres dans cette fosse. Ils ont été dénoncés par un jeune qui s’est rendu ». Un de ces ex-rebelles confirmera les propos du maire. M. Mbonimpa avertit : « Nous connaissons désormais les noms et l’endroit où se cache tout insurgé armé. Nous les encourageons à se rendre volontairement.»

« Reddition de neuf rebelles »

Des ex rebelles qui se sont rendus
Des ex rebelles qui se sont rendus

Le maire profité de l’occasion pour railler les organisations de défense des droits de l’Homme, telle Amnisty international, qui parlent de fosses communes, mais dont leurs satellites n’ont pas pu détecter celle du quartier Mutakura. « Sûrement que d’autres fosses seront découvertes », croit-il. Il a indiqué que l’administration a enterré 58 combattants le 11 décembre dans les cimetières de Kanyosha et de Mpanda et que la mairie est prête à les ouvrir si quelqu’un exprimait le souhait d’identifier le sien.

Vers le soir, la police a présenté neuf jeunes qui avouent eux-mêmes être des ex-rebelles. Ils opéraient dans les hauteurs qui surplombent la capitale, à Ruyaga, commune Kanyosha de Bujumbura dit rural. La police a présenté aussi les effets militaires rendus par ces jeunes qui se sont rendus (3 kalachnikovs, 9 grenades, 2 radios Motorola, 12 chargeurs, des munitions et des uniformes de l’armée et de la police). Selon les propos d’un de leur chef qui se dit être un ancien rebelle du FNL, ils tendaient des embuscades aux véhicules et aux personnalités de la mouvance présidentielle dans Bujumbura Rural. Ils appuyaient aussi les insurgés du quartier urbain de Musaga dans certaines opérations. Ils ont notamment participé aux attaques du 11 décembre contre des casernes. Ils hébergeaient aussi les combattants de la capitale quand ils battaient retraite dans les hauteurs.

Forum des lecteurs d'Iwacu

33 réactions
  1. Kegis

    Ndavye ivyo mwese mwanditse mbona mukirwaye amacakubiri.
    Mbega yemwe n’ iki kizokiza iki gihugu ko abantu bose barwaye?

  2. C’est une malédiction pour ces bouchers et bien sûr pour le pays. Les « autorités » se font rattraper par leurs actes et par l’Histoire. Quant à ce maire, il n’a pas changé. Ceux qui étaient avec lui au Lycée Ngagara (ex ENE) se souviennent de lui. Il a toujours été comme ça. N’eût été la sagesse du Directeur de l’Ecole à cette époque, il aurait fait rater les études à des dizaines d’élèves par son comportement zélé et tendancieux. Voilà que le même comportement se réveille en lui cette fois-ci dans des circonstances d’une autre dimension. Il n’y a rien de pire que tuer, enterrer injustement et finalement profaner ses victimes! Cela montre à quel point les bouchers de Bujumbura ne dorment plus. Et Freddy Mbonimpa d’avoir le pire des rôles, profaner! « Kiraga cagutse! »

    • Musaga turakuzi

      Uramuzi kabisa. Ce maire est un opportuniste au vrai sens du terme. Soit il est contre PN et soutient les idées de Rajabu. Après quelques années de prison, il demande pardon et désormais il adorera le même dieu que PN. Il a même créé un secte dans sa propre maison pour impressionner le président et regagner sa confiance. Quel ventriote! On ne joue pas avec Dieu, mon cher Freddy! Yoyo izoguhana abana bayo uriko uricisha.

  3. Muhima Mweru

    Le mensonge pour être cru doit se déguiser en vérité, c’est là sa limite( Robert Sabatier ), voilà encore un mensonge, il s’agit d’une fuite en avant. Le pouvoir chercher à qui porter les fausses communes, se sont les jeunes du quartier qu’ils ont massacré et enterré à la hâte, maintenant que les enquêteurs de l’ONU sont sur place, le pouvoir cherche a salir l’opposition et lui faire porter le chapeau des fausses communes. Les Burundais doivent être vigilants et éviter de cautionner ce énième mensonge. Les rebelles ont ils eu le temps de creuser cette fausse?Quand? Comment? Et avec quel moyen?

  4. sinzinkayo philbert

    manifestation mais !!!!!! violence et rebelion? Hahaaaaa! genda mwari mufise amayeri. Uwabigiyemwo atabizi sinomumenya uravye neza ivyo vyari bifise intumbero kuko barabihemberwa

  5. Kagabo

    Histoire des tueries ce n’est pas une chose d’hier mes chers frères, Les tueries semblamble nous a avons vu depuis bien longtemps. Allez voir les années 1965, 1969, 1972, 1993-1998( Savez-vous combiens des simples passant dans les quartiers insurrectionneles aujourd’hui sont morts ou portes disparus ses années là???). C’est oeuvre de mêmes personnes, tous ces tueries si tu les analyser bien avec ces dont on nous présentent, c’est un copie conformés, un actes mêmes hommes. et vous allez les voir bientôt quand tous seront étaler après les enquêtes et autres.

  6. Kimaranyi

    Je pense qu’ily a contradiction entre la réalité et ce que dit le maire. Tenez on nous dit que c’est l’odeur nauséabonde qui aurait interpellé les agents d’hygiène qui ont pu trouver les 3 corps. Le maire dit que c’était dans une parcelle abandonnée il y a longtemps à mon avis les corps qui émettent une odeur ne devraient avoir passés beaucoup de temps sous terre . Je me demande de quel génie ces insurgés parviennent à déjouer la vigilance de la position militaire et venir enterrer leurs victimes dans un quartier abandonné . J’aimerais également poser une petite question au maire. Si j’ai bonne mémoire lors de l’attaque des camps militaires le porte parole de l’armée nous a donné un bilan de 80 malfaiteurs assassinés mais le maire nous dit que ses services en ont enterré 58 où sont passés les 22 autres monsieur le maire? J’ose espérer que ce ne sont pas eux qui ont été consommé dans un restaurant à Buyenzi? Étant au pouvoir je pense qu’il est très aisé de connaître combien d’imbonerakure peris à Mutakura? Time Will tell monsieur le maire. Quelqu’un m’a dit que tu serait devenu « un Mukizwa ? » celui qui a dit tu ne tuera point et le même qui a dit  » tu ne raconteras de mensonges » Ton secret avec ton Dieu je ne te juge pas mais le moment viendra avec quelqu’un que tu ne pourra pas mentir pour gagner ton pain quotidien

  7. Kamana

    Mansonges, montage, mise en scène …

  8. KABADUGARITSE

    Bientôt le Burundi subira ce que Sodome et Gomorrhe ont connu du temps Lot. Et si on laissait ces enquêteurs des Nations Unies venir aider à mettre de la clarté et de l’ordre dans ces découvertes macabres !

  9. Nduwayo claude

    c’est super d’entendre de la bouche des autorités que ces fosses existent. Par contre il faut essayer d’analyser sur ces corps les causes du décès et là c’est un travail d’expert ou médecin légiste. Après si le maire a autant d’information on est capable de retrouver un membre de la famille d’un imbonerakure tué et de comparer les ADN.

    • RUGAMBA RUTAGANZWA

      @Nduwayo,
      Je suis totalement d’accord avec vous. A force de trop parler pour impressionner les experts en droits de l’homme qui arrivent enquêter sur les violations massives de ces derniers par le pouvoir en place, notre zélé maire risque de se coincer lui-même. Est-ce que ce Monsieur sait qu’avec le Carbonne 14 notamment on peut dater exactement quand les fosses communes ont été creusées ? Est-ce qu’il sait que les restes humains peuvent être identifies complètement notamment grâce à l’analyse ADN encore appelée DNA fingerprint ou Empreinte génétique comme cela l’a été lors du génocide des musulmans de Bosnie massacrés par les Serbes il y a une vingtaine d’années ? C’est intéressant d’entendre que le maire ne nie pas l’existence d’autres fosses communes tel que l’avaient d’ailleurs rapporté Amnesty international, Human Right Watch et d’autres organisations de défense de droit de l’homme grâce notamment aux satellites des NU qui en avaient identifié une dizaine dans et en dehors de Bujumbura . Les autorités du Burundi nous en donneront bientôt des explications, j’espère.
      Tout cela fera aussi objet d’enquêtes internationales pour que des responsabilités soient établies et des poursuites judiciaires organisées, j’espère… !! Je vais le repeter: il y en a qui risquent de finir leurs jours a La Haye comme Milosevic

      • Gatare

        @Rugamba merci aussi pour ces précisions pertinentes. Je pense que le Maire de Buja ainsi que le PP de la police veulent effectivement cacher la vérité. comment affirmer que ce sont des insurgés qui ont tué des militants du parti au pouvoir sans même avoir identifié les victimes? et si demain il se révélait que ce sont des personnes qui avaient été arrêtées lors des répressions et retrouvées exécutées? d’ailleurs la grande question est de savoir aussi où ont été amenés les corps des victimes retrouvées à Mutakura? ont-ils été conservés pour que les experts de l’ONU puissent procéder aux analyser que vous évoquer? si oui cela donnerait des réponses claires sur les victimes. ou vont-ils aussi les ‘enterrer’ rapidement comme ils disent l’avoir fait les 11 et 12 décembre 2015?

  10. Jereve

    Petite question: qui pourrait préciser le nombre d’embuscades « aux véhicules et aux personnalités de la mouvance présidentielle dans Bujumbura Rural » recensés sur les routes de cette région durant cette crise? Il y en a eu beaucoup quand le CNDD FDD était dans le maquis! Mais, maintenant? Ces prétendus rebelles repentis – ou l’état lui-même – devraient nous donner les dates, les lieux, le nombre et les noms des victimes; si non c’est de l’affabulation.

  11. Jereve

    La mise en place d’une Commission internationale d’enquête pour faire la lumière sur l’existence de fosses communes aurait donné plus de crédibilité à l’état. Mais comme ce dernier y a opposé une fin de non recevoir, il se trouve par conséquent dans une situation ambiguë où l’accusé fait ses propres enquêtes et découvertes. Cela reste suspect.

  12. NDABIRABE

    On avait jamais entendu parlé qu’il y avait des Imbonerakure qui ont été tués, sauf celui qui a été brulé à Nyakabiga. Maintenant les disparus du 12/12 deviennent des Imbonerakure. Gélase avait parlé que les « fosses communes  » c’est un nouveau fond de commerce pour les opposants « Abakoroni ». Le maire de la ville expert en EPS reconnaît les cadavres comme étant des Imbones. A Dénis Karera de nous dire combien d’Imbonerakure manque à l’appel kuko turumva ko zahonye. Avec la technologie actuelle, l’identification des cadavres est une des choses qui sont réalisables avec l’aide des experts. Si fait une demande, il sera beaucoup aisé de les identifier grâce à l’ADN.

  13. Charlotte Kamikazi

    Thank you Lord Elohim, Oh Hallelua!!!, tout en espérant que ces experts de l’ONU pourront enfin continuer leurs investigations concernant nos morts des années 1965, 1968, 1969, 1972, 1988, 1991, 1993. La plupart des genocidaires sont toujours en vie et n’ont jamais été traduit en Justice donc ca serait le moment de traduire en Justice les Génocidaires comme: Simbananiye Arthémon, Mpozagara, Ndabemeye Thomas, Jean Baptiste Bagaza, Pierre Buyoya auront à répondre sur les atrocités qui ont commis.

    • NDABIRABE

      Le CNDD FDD a tué (et continue de tuer ) plus que les gens que tu cites. Les personnes que tu cites ont toujours été ici à Bujumbura, siegés au sénat, un autre a été conseillé juridique du président et l’autre partage souvent la prière avec le chef de l’Etat. Thomas Ndabemeye est mort depuis belle lurette. Pierre Nkurunziza a fait campagne pour le poste de la Francophonie jusqu’à la dernière minute en faveur de P Buyoya. Les personnes que tu cites sont plus respectés qu’une personne qui ne sait pas compter le nombre de mandat qu’il a déjà dirigé jusqu’à plonger le pays dans le chaos et le marasme économique. Shame on You Charlie.

      • Mahoro

        Sois honnête!on parle des événements, on ne parle pas des commanditaires.Ils étaient les chefs,ils vont expliquer mais ne sont pas accusés pr autant.Croyez à la CVR et tout ira bien.Fausses communes est une bne voie pr découvrir la réalité sur les exécutions de masse qui ont eu lieu au Bdi jusqu’à nos jrs.Personne ne devrait pas être inquiété.Vive la marche rétrograde sinon, l’histoire de montages et mensonges restera tjrs d’actualité!

      • Charlotte Kamikazi

        NDABIRABE, on peut comprendre que tu es entrain de délir, je sais qu’ au fond de ton coeur tu sais bien que tous ces Génocidaires que j’ai bien cité sont bel et bien les auteurs de ces génocides des hutus et les nations unis ont eu ce dossier heureusement d’ailleurs. Pour te dire qu’ un jour viendra la où ces génocidaires seront traduit en justice au nom d’ELOHIM.

      • Racso69

        Ahubwo yibagiye ba Mworoha Emile, Nicayenzi Zénon , Rusiga Paul n’abandi benshi…

    • MAYUGI

      Oh, tu as déjà tranché…..génial!

    • Weka Weka

      @Charlotte Kamikazi

       » Tu ne prononceras pas le nom du Seigneur en vain »…. wewe ntaco ikubgiye ga nani

  14. Mugumyabanga

    Les opposants sont en exilés par force comme si le Burundi n’est pas leur pays. Comment Nkurunziza et co peuvent revenir pour ns faire comprendre que c’est eux qui ont tué? Vraiment ce mandat de trop va nous causer problème!!!!

  15. Malédiction- 1212Massacre

    Enfin les fosses communes découvertes. J’espère que ceux qui avaient nié leur exixtance surtout durant les massacres du 12 Décembre 2015 ne vont pas revenir pour nous expliquer qui ont tué et qui ont été tué. Mes amis, qu’on laisse la communauté internationale intervenir pour identifier les crimes et jugés les coupables.

    Non au 3è mandat qui celui de la famine, des guerres et des fosses communes

  16. Kindros

    Abo baraboneka ko ari imbonerakure! !! Irementanya twararihinyuye

    • Karundi

      « Abo baraboneka ko ari imbonerakure » Genda ubandanye wica abantu ww utari imbonerakure.

  17. Il faut identifier les commenditaires de ces genocidaires (CNARED) pour qu’ils soient traduits en justice.

    • Yves

      Tiens, quand on parlait de moutons, on voilà justement un…

  18. Yves

    Je suis époustouflé du coulot des DD. Face à la ‘pression’ internationale, ils ont donc décidé de révéler leur propre fosse commune en faisant croire que les auteurs sont ceux de la rebellion. Pas de chance : les centaines d’opposants arrêtés et disparus plaident en leur défaveur el enlève toute crédibilité à leurs explications. De quoi convaincre les moutons, peut-êtren, mais certainement pas les observateurs extérieurs…

    • Bakari

      @Yves
      « Je suis époustouflé du coulot des DD. »
      Tout en maudissant toute personne qui tue sans aucune raison, je voudrais savoir si la fosse sceptique dans laquelle on vient de déterrer les 3 corps se trouve dans une parcelle habitée par un DD!

      • Yves

        une parcelle habitée par un DD ou annexée de force par un DD ? 🙂

        • Bakari

          @Yves
          une parcelle habitée par un DD ou annexée de force par un DD ?
          Le successeur de Bambonanire a du pain sur la planche! Tout le boulot est à refaire! Mince!

  19. dester

    Dieu pardonne tout le monde merci chère jeune, ne suivez pas les petits démons rebelles comme satan le maudit

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Pénurie du carburant. La voie lacustre serait un soulagement

Les pénuries épisodiques de carburant n’ont rien de nouveau au Burundi. Mais celle que nous vivons se distingue des précédentes par sa longueur et sa gravité qui compliquent encore davantage le quotidien de la population. Devant des stations-services, à sec (…)

Online Users

Total 1 501 users online