Société

FXB : « Pas de détournement mais l’ignorance des bénéficiaires »

11/10/2019 Jérémie Misago Commentaires fermés sur FXB : « Pas de détournement mais l’ignorance des bénéficiaires »
FXB : « Pas de détournement mais l’ignorance des bénéficiaires »
Les bénéficiaires des projets de FXB présents dans la réunion

Des habitants de Buterere ont accusé les représentants de l’ONG internationale François Xavier Bagnoud (FXB) d’avoir détourné des fonds qui leur étaient destinés. Ils ont reconnu que ces accusations sont fausses et fait un mea culpa.

La réunion commence vers 10h, ce jeudi 10 octobre dirigée par Ernest Nduwimana, chef de zone Buterere. Neuf chefs de quartier, les bénéficiaires et les représentants de cette ONG suisse sont dans la salle. « Des informations faisant état de détournements de fonds destinés aux bénéficiaires dans notre zone ont envahi la toile. Il était indispensable de connaître la vérité», a-t-il expliqué appelant ainsi les chefs des quartiers de présenter la situation qui prévaut chez eux.

Six chefs de quartiers prennent successivement la parole. Ils vantent les réussites de cette ONG suisse dans sa zone d’intervention. Ils réclament des sanctions à l’endroit des plaignants qualifiés de menteurs.

L’un d’entre eux chef de quartier Kiyange ne tarit pas d’éloge. « FXB a changé la vie des habitants. Elle a érigé des maisons pour les sans-abris après les pluies torrentielles qui les avaient démolies. Des vivres ont été distribués aux plus démunis. Au lieu des calomnies, l’ONG mérite des remerciements et encouragements.»

Néanmoins le chef de quartier Buterere II B essaie de relativiser. « Il faut écouter leurs lamentations, car tout est possible ». Il est complété par le chef de quartier Kabusi qui dénonce la politique de deux poids deux mesures. « Il est vrai que FXB a servi la population, mais faut-il le mentionner, tous les quartiers n’ont pas été pris sur le même pied d’égalité. Chez moi, aucune maison moderne n’y a été érigée ».

Mauvaise appréciation

Simon Bararunyeretse représente les douze bénéficiaires ayant signé une correspondance adressée au représentant à l’international. Sans hésiter, il reprend les mêmes propos. «Moi, j’avais, entre autres projets, celui d’une pisciculture à hauteur de 70 millions de BIF», confie un vieil homme, très triste. Et d’ajouter : «Un Blanc qui s’était dépêché sur les lieux nous avait promis tous les financements, mais aucun centime n’a été versé »

Un autre bénéficiaire dit s’être confié à l’un des représentants de cette organisation lors de leur séjour au Burundi. « Nous avions soumis des projets pour la construction de maisons, mais ils n’ont rien fait. Cela montre qu’ils ont détourné notre argent».

Répondant à ces accusations, Gisèle Ndereyimana, représentante de FXB au Burundi évoque un « problème d’ignorance ». « Nous n’avons jamais financé un projet de construction d’une maison. Certains des bénéficiaires du projet en cours ont été, début 2018, victimes des inondations. Leurs maisons se sont écroulées. Nous avons alors lancé des alertes au niveau de nos bailleurs parce que la situation s’empirait. »

Elle fait savoir que parler de projet de 70 millions est un mensonge monté de toute pièce. «  Les projets retenus étaient acheminés au siège local de l’ONG pour des activités génératrices de revenus. Ils ont reçu le montant égal ».

Après toutes les interventions, Ernest Nduwimana, chef de zone Buterere, a rappelé que les fausses informations sur la mise en œuvre des projets conduisent à la réticence des bailleurs. Pour lui, ces habitants ont agi par ignorance. Pour débloquer la situation, il demande à ces habitants de présenter des excuses pour leur mauvaise appréciation.

Au nom de tous de son groupe, Simon Bararunyeretse a présenté des excuses devant l’audience et a promis de produire une autre correspondance pour démentir.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

Le CNC s’en lave les mains

Abbas Mbazumutima Commentaires fermés sur Le CNC s’en lave les mains

Si j’ai bien compris, 16 jours après l’arrestation suivie de l’incarcération des 4 reporters du Journal Iwacu et leur chauffeur, poursuivis pour ‘’complicité d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat’’, – une faute grave au Burundi -, le Conseil national (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 459 users online