Mardi 23 avril 2024

Archives

Fin de la formation du 16ème bataillon burundais de l’AMISOM par des instructeurs français

05/05/2013 Commentaires fermés sur Fin de la formation du 16ème bataillon burundais de l’AMISOM par des instructeurs français

Les cérémonies de remise des certificats aux lauréats se sont déroulées ce jeudi 23 février 2012 au Camp Muzinda (Nord ouest du Burundi). La formation de ce 16ème bataillon était assurée par des instructeurs français du DIO (Détachement d’Instruction Opérationnel) basés au Gabon.

<doc3103|left>Plusieurs personnalités dont le Général Major Godefroid Niyombare, Chef d’Etat Major général de l’Armée burundaise, l’Ambassadeur de France au Burundi, Jean Lamy, le Général Jean Jacques Toutous, Commandant des Forces françaises au Gabon, le Représentant spécial du Président de la Commission de l’Union Africaine au Burundi, l’Ambassadeur de Chine au Burundi ainsi que plusieurs attachés militaires ont pris part à ces cérémonies.

« La France est activement engagée auprès du Burundi dans le cadre de sa participation aux opérations de maintien de la paix et en particulier en soutien de son engagement en Somalie au sein de l’Amisom », a fait savoir l’Ambassadeur de France au Burundi, Jean Lamy. Selon lui, la France est consciente du défi à relever pour restaurer l’Etat de droit et la démocratie dans ce pays de la Corne de l’Afrique et des sacrifices à consentir pour les nations qui y consacrent des moyens importants.

« La France n’oublie pas que le Burundi a payé un lourd tribut en 2011 pour parvenir à repousser les milices d’Al-Shabaab. Les soldats burundais peuvent légitimement s’enorgueillir des progrès accomplis sur le terrain avec leurs frères d’armes ougandais et la Communauté internationale doit être reconnaissante à l’engagement du Burundi pour cela », a souligné l’Ambassadeur de France au Burundi.

Il a en passant signalé la tenue ce jeudi même du Sommet de Londres sur la Somalie pour discuter de la meilleur façon dont la Communauté internationale peut accompagner le nouveau dispositif institutionnel avec un nouveau parlement et un nouveau gouvernement qui se mettent en place en Somalie à l’issue du mandat du Gouvernement actuel de transition.

Le Chef d’Etat Major général de l’Armée burundaise, le Général Major Godefroid Niyombare a salué l’appui multiforme apporté par la coopération militaire française et surtout l’engagement des instructeurs du DIO pour le renforcement des capacités des militaires burundais qui se préparent pour des opérations de maintien de la paix.

Des modalités d’un accroissement substantiel des effectifs de l’Amisom sont en discussion sous l’égide l’UA et de l’ONU. Il y aura en plus des troupes burundaises ougandaises et kenyanes en Somalie, des contingents venus de Djibouti et de la Sierra Leone. Le Burundi qui a 5 bataillons à Mogadiscio, compte avoir 6 bataillons permanents en Somalie pour avoir un total de 5.500 hommes.

La pluie s’est invitée à ces cérémonies de remise de certificats aux lauréats du 16ème bataillon burundais de l’Amisom, mais ces militaires burundais et les instructeurs français venus du Gabon sont restés immobiles, en position ‘’garde-à-vous’’. Il y a eu quelques démonstrations dont des exercices de check point, de fouille de véhicule, d’évacuation d’un blessé sous le feu et de réduction d’une résistance isolée.
Cette formation sera suivie par une autre formation, de deuxième niveau, dispensée au Centre de Formation pour le Maintien de la Paix de Mudubugu par des instructeurs du programme américain ACOTA (Africa Contingency Operations Training and Assistance) avant le déploiement en Somalie.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 5 161 users online