Dimanche 25 février 2024

Opinions

ECLAIRAGE : Plus de 100 millions de Dollars perdus, quel gâchis !

13/03/2023 10
ECLAIRAGE : Plus de 100 millions de Dollars perdus, quel gâchis !
Les statistiques qui illustrent le taux de décaissement
Un taux de décaissement de seulement 21% sur 1,3 milliards USD accordés par la Banque Mondiale pour la période 2019-2023. Seulement 60 millions USD décaissés sur 188 millions USD programmés pour juin 2022-juin 2023., soit 32%. L’économiste *André Nikwigize explique.

Pour celui qui connait le fonctionnement de l’administration burundaise depuis quelques années, ce qui vient d’arriver n’est pas pour la première fois que des ressources financières retournent chez le bailleur de fonds parce que le bénéficiaire n’a pas été en mesure de les utiliser, dans les délais.

C’est, effectivement, préoccupant et un gâchis pour le pays le plus pauvre du monde, et auquel la plupart des institutions internationales ont fermé la porte depuis 7 ans. Mais, ce qui se passe avec la Banque Mondiale est également arrivé avec d’autres institutions, telles la Banque Africaine et l’Union européenne, et d’autres. Déjà, en 2012, la Banque Africaine de Développement (BAD) s’inquiétait de la longueur d’exécution des projets, à cause de ce qui était appelé « l’absence de culture de recevabilité et de résultats ». Nous pouvons relever trois facteurs à cette carence de performance: la faible capacité technique, la mauvaise gouvernance et le manque de suivi.

Au niveau des capacités techniques de gestion des projets, il faut signaler qu’un fonctionnaire de l’administration n’est pas toujours recruté selon ses compétences techniques ou professionnelles, mais, plutôt, en fonction de son affiliation politique, ses affinités familiales avec les décideurs, etc.. Il arrive, il faut avoir le courage de le reconnaître, que des personnes soient recrutées à des postes dont elles ne connaissent pas vraiment le cahier de charges et une méconnaissance profonde des réseaux, codes et usages de ces domaines très pointus. Ajouter à cela la faible connexion au réseau de communication moderne et à une énergie fiable, les performances du fonctionnaire sont extrêmement faibles.

La faible gouvernance et la politisation des services techniques constituent le second facteur de ralentissement de l’exécution des projets. Les performances d’un fonctionnaire sont évaluées, non pas, en fonction des résultats atteints en mettant en œuvre les projets lui confiés, mais, plutôt en fonction de sa loyauté envers le parti dont il est issu et envers les personnes qui l’ont recruté a ce poste. Malgré l’existence d’une loi faisant la distinction entre les fonctions techniques et politiques, cette loi n’est pas respectée. On observe plusieurs dérapages dans ce domaine, comme des recrutements et des promotions qui ne se font pas sur une base objective, l’attribution des marchés de services ou de travaux à des entreprises non compétentes, juste parce qu’ils sont « recommandées » par des personnalités haut placées, dans le langage courant les fameux « ibihangange » et les surfacturations dans les contrats de services ou de travaux. C’est ce que l’organisation International Crisis Group, dans son rapport en 2012 sur le Burundi, qualifiait de « politisation clientéliste des recrutements dans le secteur public ». Cela explique également pourquoi, depuis plus de 10 ans, le Burundi se classe parmi les premiers pays les plus corrompus au monde.

Le troisième facteur est l’absence de mécanismes de suivi de l’exécution des projets par les ministres de tutelle. Confrontés aux problèmes de faibles capacités techniques et de mauvaise gouvernance, les ministres de tutelle, chargés d’assurer l’exécution des projets, de l’identification à l’évaluation finale des projets, sont dans l’incapacité de remplir des tableaux de bord pour le suivi de l’exécution des projets. Souvent, ces Ministres font confiance aux fonctionnaires qu’ils ont mandatés, d’autant que ces fonctionnaires doivent s’assurer que le ministre reçoive sa quote-part des rétro-commissions. Cette défaillance se remarque, non seulement pour les projets financés par la Banque Mondiale, mais d’autres partenaires de développement, et même au niveau des budgets financés sur des fonds de l’Etat.

Conséquences de la non-réalisation des objectifs fixés.

Evidemment, ce sont les populations pauvres qui seront les principales victimes de cette mauvaise gestion. Le Burundi, n’ayant plus accès à des montants importants des institutions financières, le peu de ressources, qu’il reçoit, sont destinées à financer les secteurs de l’agriculture, de l’eau, des infrastructures rurales, de la santé, de l’éducation et de la protection sociale. Aussi, la majeure partie de ces projets étant destinés aux groupes les plus vulnérables tels que les veuves et les orphelins, l’autonomisation des femmes, la scolarisation universelle des enfants, la fourniture de médicaments, il est évident que la perte est énorme pour ces groupes de Burundais. Par exemple, les 100 millions de dollars, prévus pour financer des projets pour la période 2022-2023, et qui risquent de retourner chez le bailleur de fonds, représentent une perte énorme pour ces populations pauvres, ces enfants et ces malades qui auraient dû en bénéficier. Pour le pays le plus pauvre du monde, avec 82% de la population vivant dans l’extrême pauvreté, avec des enfants en situation de malnutrition sévère, il est évident que toute ressource non utilisée pour combattre la pauvreté constitue un manque à gagner important pour le pays et pour ces populations pauvres.

Que doit faire le Gouvernement du Burundi ?

Le problème qui se pose au Burundi est, en plus d’être un problème d’hommes qu’il faut aux places qu’il faut, un problème de leadership. Le Burundi traine cette situation de faibles performances budgétaires et économiques depuis plusieurs années, et rien n’a été fait pour sanctionner ceux dont les performances sont en dessous des attentes. Au contraire, chaque année, les évaluations faites des services publics montrent des performances qui sont au-delà de 90%. Cela veut dire que les hauts responsables sont satisfaits des « résultats atteints par leurs fonctionnaires. » Autrement dit, les missions premières de ces fonctionnaires ne sont pas celles de combattre la pauvreté, mais de servir ceux qui les ont recrutés. Il y a certes des années où les fonctionnaires peu performants étaient interdits d’avancement de grade et certains étaient remerciés.

Par conséquent, il y a trois actions nécessaires :

La première action consisterait à renforcer le leadership. Le Chef de l’Etat et son équipe doivent renforcer les systèmes de contrôle du programme gouvernemental. Il faudra, d’abord, cesser, immédiatement, la politisation clientéliste du recrutement dans le secteur public, et mettre les hommes qu’il faut aux places qu’il faut dans les administrations publiques, dans la transparence la plus totale.

La deuxième action consisterait à promouvoir une administration qui rend des comptes, et à tous les niveaux. Les Ministres, les responsables des projets doivent rendre des comptes de leur gestion, et lorsque l’un ou l’autre se rend coupable de mauvaise gestion ou de corruption, il soit poursuivi et sanctionné. Le Gouvernement devrait autoriser un audit de ses fonctionnaires et de la façon dont ils se sont acquittés de leurs missions respectives, aux niveaux, tant technique, administratif que financier.

La troisième action consisterait à engager des actions de concertation régulière avec les partenaires de développement en vue de déceler les goulots d’étranglement éventuels et les corriger à temps, que ce soit au niveau de l’administration bénéficiaire du financement, ou du bailleur de fonds. Il pourrait, également, en concertation avec les partenaires de développement, être envisagé de recruter les bureaux privés, nationaux ou étrangers, pour la gestion des projets.

*Andre Nikwigize
De 1982 à 1991, André Nikwigize était directeur général du Plan et président du Comité technique interministériel de suivi des réformes économiques au Burundi. Par après, il a été directeur exécutif de bl’Organisation pour l’aménagement et le Développement du Bassin de la Rivière Kagera (OBK), Rwanda jusqu’en 2000. De 2000 à 2010, il a été Conseiller économique principal de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), Rwanda. De 2005 à 2007, il était Conseiller économique principal du Bureau du Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest au Sénégal. Après ces fonctions, de 2010 à 2016, il était Conseiller économique principal auprès du Secrétariat Général des Nations Unies à New York aux Etats-Unis. Aujourd’hui, il est membre fondateur et directeur exécutif de  » Partners for Peace and Prosperity.
En avril 2022, il a publié un livre sur le Burundi, sous le titre : « Ethnisme et Tragédies au Burundi. De l’Identité Nationale à l’Identité Ethnique » (L’Harmattan).

Forum des lecteurs d'Iwacu

10 réactions
  1. Voltaire Kaziri

    Merçi Hakizimana
    Oui nous savons bien que pour les recrutement on exige une signature d’un chef de Colline qui ne comprend rien d’autre en dehors de la corruption.
    La première fois que j’ai entendu cela, je n’ai pas voulu le croore.
    Je suis un pauvre réfugié en Europe.
    Nagira ngo nugutyoza aba DD.
    Naratashe ndavyibonera.
    Pathétiques dirigeants du pays le plus pauvre et le plus corrompu au monde.

  2. hakizimana

    mes chers amis du groupe iwacu. ce que vous écrivez dans cet article est très pertinent mais ça ne peut même être considérée comme une arme de dissuasion car les gens qui nous gouvernent ne ce soucient de rien sauf le clientélisme politique. très recensement il ya un recrutement qui s’est fait dans une institution basée a Bujumbura mais même si vous étiez natif de la commune la plus éloignée soit-elle, il fallait que l’administrateur communal confirme qui tu es adhérant du cnnd fdd pour que tu puisses être recruté. vous savez que le Burundi est petit et que les gens se connaissent et se parlent mais dis-mois comment tu peux recruter un candidat qui a eu 13/25 au détriment d’un candidat qui a eu 21/25. la suite c’est la médiocrité et il ne faut pas que nos dirigeant continuent à prêcher les bonnes paroles sans agir correctement. nous assistons puissamment à mais qu’ils sachent que nous ne sont pas bêtes pour constater le manque de transparence qui les caractérisent. ce qui me fait mal c’est qu’après ces bavures ils reviennent sur les places publiques pour donner des leçons de morales.Que nos dirigeants pensent à cette formule GMP cad MERITOCRACY@PRAGMATISM@HONESTY et le Burundi sera développé.

  3. Kanda

    C’est bien normal de voir ces choses arriver. Il n’y a pas de visionnaire et ceux qui ont la vision pour la Nation ne sont pas écoutés. Qu’a-t-on fait des recommandations du Forum national sur le développement du Burundi du 18 Novembre 2021? Qu’a-t-on fait des coupables des projets bâclés, des grands dossiers de malversations économiques et de corruption bien connus de tous? Et qui le fera parce que tous ceux qui ont le poids pour le faire sont pareils? Jusqu’à ce jour, le pouvoir se trouve entre les mains de ceux qui ont fait la guerre, Hutu et Tutsi. Les généraux et leurs amis se partagent entre eux le petit revenu de la Nation. Les militaires sont avant tout des militaires: insensibles! Surtout, insensibles à la misère du petit Peuple. Et nombreux d’entre eux ne savent pas ce que développement national veut dire. Tout ce qui importe pour eux, c’est-mêmes, leurs villas, leurs jeeps, les richesses individuelles.

  4. Mapoka

    Ce qui arrive au Burundi n’étonne personne: tenez un pays où l’éducation n’a pas de place, un pays où ce n’est pas le plus compétent qui occupe un poste, un pays où on passe des semaines et des semaines à prier , on ne sait quel dieu au lieu de travailler; c’est tout à fait normal.
    On a mis en avant la médiocrité, il ne faut pas s’attendre à des miracles.

  5. NIMUBONA CAMILLe

    kugira ibihugugu bikomeye( OCCIDENT= Capitalisme de predation…) bisambure uduhugu tugoyagoya, iminyuro ni myinshi! Ariko hariho inzira zibiri zamye zikoreshwa( kandi zizoguma zikoreshwa): GUTERA IGIHUGU ( KUBERA IGISIRIKARE CACO KIDASHOBORA KUGIKINGIRA), KUGIHA IMFASHANYO(umusururu kukiyiko) uciye muri Banque Mondiale -FMI( Fond monetaire international) – OMC ( organisation mondiale du commerce),………!!!!!

    • Stan Siyomana

      @Nimubona Camille
      1.Vos convictions anti-occidentales sont surement contre celles de l’Etat burundais qui ne cesse de proclamer au monde entier qu’il est neutre/non-aligne (comme sur la question de l’invasion de l’Ukraine par la Russie).
      2. Vous ne niez quand meme pas que les projets finances par la Banque Mondiale et cites dans cet article sont d’une grande importance dans le developpement (durable et equitable?) du Burundi.
      3. Pourriez-vous nous montrer une autre source ou le Burundi pourrait trouver des fonds avec de meilleures conditions?

    • Kanda

      Le Peuple a besoin du Pain dans la Paix. Et il y a risque de manquer de tout parce qu’il n’y a pas de paix sans paix. Le ventre vide surtout celui des dirigeants crée des tensions. Et c’est difficile de gouverner un peuple affamé.
      Le Burundi résiste contre quel grande puissance occidentale et avec quelles capacités burundaises?
      Officiellement, le Burundi entretient de bonnes relations avec tous les Pays du Monde. Donc, il doit pouvoir profiter de cette paix pour se développer. Recevoir et utiliser sagement une aide non-remboursable dont le Burundi et le Peuple ont tant besoin, en quoi cela te semble une soumission? Dis-moi que tu préfères Zana Amagi Zana Amasoro !?!

  6. Ntakirutimana Pascal

    En un seul mot :c’est le néo-patrimonialisme qui fait le mal Burundais.

  7. Devis

    Bravo à vous

  8. Voltaire Kaziri

    Il a terminé la FSEA à Bujumbura (1981)
    Fut il nommê DG juste une année après? (I a terminé Lettres modernes, au CSE).

    Le problème du Burundi est très très sérieux.
    Dans le temps , les DG de l’Ocibu et Otb: deux vaches laitières du Burundi étaient confiées à des Ir. Agronomes ou à défaut à des économistes. ( Les seules sources de devises).
    Vérifies le cursus académique des dirigeants de ces mastodontes sous le Cndd/fdd.
    Comme l’a bien dit André, le problème de politicization dans les recruitments est l’un des vers qui rongent le pays le plus pauvre et le plus corrompu au monde

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Crise à l’Est de la RDC. On ne choisit pas ses voisins

Le 37ème Sommet de chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) s’est tenu dans un contexte très mouvementé de tensions dans plusieurs parties de l’Afrique. Lors du discours inaugural de la séance plénière, Moussa Faki Mahamat, président de (…)

Online Users

Total 1 196 users online